Charles Conte
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Les Cercles Condorcet

Suivi par 34 abonnés

Billet de blog 28 janv. 2021

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Universités populaires : de la belle aventure au solide réseau

L’Association des Universités Populaires de France est forte d’une centaine d'associations locales. Elles partagent un socle de valeurs communes conformes aux objectifs de l'éducation populaire : laïcité, ouverture, fraternité, tolérance. Elles relèvent aujourd’hui, comme les Cercles Condorcet, le défi de la pandémie.

Charles Conte
Chargé de mission à la Ligue de l'enseignement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nikolai Grundtvig

L’aventure des Universités populaires est une aventure européenne. C’est le célèbre danois Nikolai Grundtvig (1783-1872) qui développe sous cette forme ses conceptions pédagogiques. On trouve aujourd’hui de nombreuses Universités populaires au Danemark, bien sûr, en Suède, en Allemagne, aux Pays-Bas, en Pologne, en Suisse… et aussi au Québec et aux Etats-Unis. En France elles ont connu une première floraison au moment de l’affaire Dreyfus sous l'impulsion de Georges Deherme, ouvrier typographe et militant anarchiste. Intellectuels et militants ouvriers s’y retrouvent. Le mouvement perdure jusque dans l’entre-deux guerres, puis s’efface. Il renaîtra sur le Rhin, à Mulhouse dans les années soixante. Jean-Claude Richez détaille remarquablement  l’aventure française jusqu’à nos jours. Elle aboutit à l’actuelle Association des Universités Populaires de France (AUPF).

Le site de l’AUPF présente cette renaissance : c'est d'Alsace qu'est parti le renouveau des universités populaires en France, renouveau qui a entraîné le fort développement actuel, avec la naissance à Mulhouse en 1963 de l'Université populaire du Rhin. Cet ancrage géographique s'explique probablement par un phénomène de métamorphisme culturel dû à la proximité de l'Allemagne où existent en effet des Volkshochschulen (universités populaires) financées par les Länder et pratiquement chargées d'un service public d'éducation des adultes, grâce à une loi votée en 1970 qui accorde des moyens à ces universités populaires.

Les UP se multiplient et l’ A.U.P.F. , qui en regroupe une grande partie, est créée en 1987 à Avignon sous la première appellation de Fondation Nationale pour l’Université Populaire. En 1992 à Romans, elle choisit de s’intituler A.U.P.F. Elle est devenue depuis une association nationale de jeunesse et d’éducation populaire reconnue. L’esprit de coopération, la mutualisation des savoirs et des pratiques sont ses principales caractéristiques, ainsi que le respect de l’identité de chacun de ses membres.

Ses buts, décrits dans ses statuts, sont explicites. L’A.U.P.F. a pour but de mettre en réseau des associations qui œuvrent à l’éducation populaire et créent les conditions d’un accès pour tous aux apprentissages et à la culture, tout au long de la vie. Porteuse, comme d’autres, du patrimoine inaliénable de l’Éducation Populaire en France, l’A.U.P.F. oeuvre en référence aux valeurs de la République (laïcité, tolérance, ouverture, fraternité…) et à celles des Droits de l’Homme. Elle s’interdit toute discrimination et toute propagande politique, religieuse ou sectaire. Elle garantit la liberté de conscience de chacun. L’A.U.P.F. favorise, dans le respect de l’indépendance et de la diversité des associations adhérentes, l’assistance mutuelle, les échanges d’information et de formation, la réflexion sur l’évolution de l’Éducation Populaire. Elle favorise aussi la représentation collective auprès des partenaires, l’organisation d’évènements nationaux et internationaux et toute activité de nature à assurer le succès de ses buts.

Le nouveau président de l’ A.U.P.F. est Joël Eisenegger,   écrivain, organiste, président de l'association Mémoire mulhousienne et  président de l'historique UP du Rhin. Depuis sa création en 1963 par le professeur Paul Meyer et d'autres militants chrétiens sociaux,  l’UP du Rhin a pour vocation de répondre au besoin de se former autrement que par le dispositif scolaire ou universitaire. Elle propose aujourd’hui un « programme des confinés ». Présente dans toute l’Alsace, elle plonge ses racines dans les principes fondateurs de l’humanisme rhénan qui fut le creuset de la Renaissance européenne avec l’Italie. Pour l’UP du Rhin comme pour l’ A.U.P.F. « les principes humanistes retrouvent toute leur pertinence dans une époque en quête effrénée de repères ». On ne saurait mieux dire…

__

Les Cercles Condorcet sont affiliés à la Ligue de l'enseignement, mouvement d'éducation populaire et mouvement d'idées. La Ligue de l'enseignement anime une autre édition sur Médiapart: "Laïcité". Fondée en 2009 cette édition propose plus de 400 articles. Elle assure le suivi des événements, initiatives et publications liées à la laïcité au sens le plus large. Ne manquez pas de la visiter !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Kohler : le secrétaire général de l’Élysée est mis en examen
Le bras droit du chef de l’Etat a été mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » et placé sous le statut de témoin assisté pour « trafic d’influence », pour avoir caché ses liens familiaux avec le groupe de transport MSC et être intervenu à de multiples reprises en sa faveur. L’Élysée a mis tout en œuvre pour enterrer le dossier.
par Martine Orange
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Appelons un chat un chat !
La révolte qui secoue l'Iran est multi-facettes et englobante. Bourrée de jeunesse et multiethnique, féminine et féministe, libertaire et anti-cléricale. En un mot moderne ! Alors évitons de la réduire à l'une de ces facettes. Soyons aux côtés des iranien.nes. Participons à la marche solidaire, dimanche 2 octobre à 15h - Place de la République.
par moineau persan
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost