Un nouvel élan pour la collection «Terre humaine»

La magnifique collection fondée par Jean Malaurie a un nouveau directeur, Philippe Charlier.

auregan-terre-humaine
« Terre humaine » a été fondée au éditions Plon en 1955 par le géographe Jean Malaurie. Incroyable personnage qui se définit comme "animiste", il va bientôt fêter ses cent ans et est en train de boucler ses mémoires . Son oeuvre est unique dans l'histoire de l'édition. Il ouvre "Terre humaine" en y publiant « Les derniers rois de Thulé ». Il consigne dans cet ouvrage la vie quotidienne des Inuits du Groenland avec lesquels il vit. Ceux-ci sont perturbés par l’installation d’une base secrète américaine. D’emblée l’esprit qui présidera à la collection est fixé : empathie avec les peuples premiers, défense de leurs droits, mesure de l’évolution de leurs identités face à ce qu’on n’appelait pas encore mondialisation, être le portevoix des sans voix sans se substituer à eux, s’inspirer des grands ethnologues sans verser dans l’académisme, regarder la civilisation européenne de la même façon que les autres sans pour autant se renier…

helias-queteur-memoire
La collection compte aujourd’hui plus de cent titres. Et une incroyable série de chefs d’œuvre : « Tristes tropiques » de Claude Lévi-Strauss, « Les Immémoriaux » de Victor Ségalen, « Afrique ambiguë » de Georges Balandier, « Louons maintenant les grands hommes » de James Agee (avec des photographies de Walker Evans)  sur les métayers d’Alabama, « Chronique des Indiens gayakis » de Pierre Clastres, « Le cheval d’orgueil » de Pierre Jakez Hélias (un million d’exemplaires vendus), « L’été grec » de Jacques Lacarrière… Avec de nombreux témoignages d’Indiens ou d’Africains, comme de marins, serruriers, paysans… européens ou truands, condamnés à mort, sans domicile… aussi bien que curés et chamans… Pierre Jakez Hélias y a également publié "Le quêteur de mémoire", réédité par les éditons du CNRS, dans lequel il consacre un chapitre à la commission des Arts et traditions populaires qu'il a animé 25 ans au sein de la Ligue de l'enseignement. Pierre Aurégan a consacré à la collection un ouvrage aussi riche que subtil : « Terre humaine. Des récits et des hommes. Un autre regard sur les sciences de l’Homme » (Pocket).

charlier-vaudou
Docteur en médecine, docteur ès-sciences et docteur ès-lettres, Philippe Charlier ne collectionne pas que les titres. Ancien médecin légiste, maître de conférences, directeur du département de la recherche et de l'enseignement au Musée du quai Branly, il a beaucoup travaillé sur les reliques, religieuses ou non, au point d’être surnommé l’ « Indiana Jones des cimetières ». Il ne craint pas de s’impliquer dans la vulgarisation scientifique, aussi bien à la télévision que dans certains de ses livres. Il en a rédigé plus de vingt. Un des derniers, et des plus passionnants, « Vaudou : les hommes, la nature et les dieux », a été publié chez Plon dans la collection « Terre humaine ».  C’est de cette collection mythique dans l’édition française que Philippe Charlier devient le directeur, à 43 ans. C’est dire combien il est attendu, avec impatience et confiance…

La Ligue de l'enseignement a travaillé sur la question de l'éducation populaire durant trois ans jusqu'à son congrès de Nantes en 2013. Parmi les réalisations inscrites dans ce travail une journée d'étude, en juin 2012, a vu Pierre Aurégan présenter la collection "Terre humaine" à laquelle il a consacré un livre. Il synthétise son propos dans une brève vidéo:

Pierre Aurégan © Charles Conte

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.