Michel Sardou - J'accuse

Extrait de l'album "La vieille" (1976)

 Lien vers le texte

D'aucuns critiqueront Michel Sardou de se prendre pour ce qu'il n'est pas en osant reprendre en titre celui de Zola. Et pourtant, si tous, collectivement, on avait été assez intelligents pour comprendre ce texte et faire en sorte que l'économie de marché, chère à notre religion capitaliste, ne prenne pas le pas sur nos vies et nos moyens de survie, alors nous ne serions pas dans cette situation de fin de règne de l'humanité.

Des phrases très fortes et qui sont malheureusement de plus en plus d'actualité près de 45 ans après la sortie de cette chanson : j'accuse les hommes ../.. "De ne prévoir que le bout de leur temps", "D'atomiser le peu d'air qu'ils respirent", "J'accuse les hommes de crimes sans pardon Au nom d'un homme ou d'une religion", "J'accuse les hommes de croire des hypocrites" (hommage à Macron et à tous ses prédécesseurs et leurs complices médiatiques), "Et s'agenouillent aussitôt qu'ils ont peur", "J'accuse les hommes de se croire des surhommes"...

Une fois de plus, voilà une chanson qui aurait dû nous alerter. Merci Michel pour cette clairvoyance. Et honte à tous ceux qui n'ont pas voulu comprendre ton message.

 

NOTE : afin de respecter les droits d'auteurs et les autorisations de publication, vous trouverez l'intégralité de ce texte sur un site tiers qui détient ces autorisations (lien au début de cette page).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.