Billet de blog 7 sept. 2020

«Je ne suis pas homophobe, mais…»

Homophobie: comment exprimer son point de vue, débattre, s'engueuler même, sans attaquer par ricochet des personnes qui n'ont rien demandé. Accompagnant la libération de la parole des femmes et des personnes racisées, les LGBTQI+ aussi entendent prendre part au débat.

Tarik Safraoui
Equipe Modération
Journaliste à Mediapart

«Macron, Macron, on n’t'encule pas : la sodomie, c'est entre amis !».


Depuis quelques années, dans les manifs, et depuis la résurgence du Pink Bloc – cortège LGBTQI+ donnant une visibilité aux questions de genre, d’orientation et d’identités sexuelles dans les manifestations sociales ou de solidarité internationales – « Pride de nuits » et « pôles radicaux » dans les marches des fiertés, le slogan le plus scandé et certainement le plus apprécié est : « Macron, Macron, on n’t'encule pas : la sodomie, c'est entre amis ! ».
En plus d’être drôle, ce slogan en appelle à notre vigilance collective sur le vocabulaire oppressif qui, souvent non intentionnellement, atteint les mauvaises personnes.

Logo Mediapart aux couleurs de l'arc-en-ciel

Les insultes en question 


En effet, notre langue, fleurie ou non, est particulièrement sexiste et homophobe. Il suffit de s’intéresser de près aux insultes les plus répandues pour le comprendre. L’association Respect Zone a recensé dans une étude de 2016 que les insultes les plus proférées sur internet sont « Pute » et ses déclinaisons familiales (maternelles principalement, pas de batailles entre le parent N°1 et le parent N°2 cette fois-ci), ensuite, les débats sur les couilles, en avoir, ne pas en avoir, se les battre ou les laisser sur la table à manger… Le cul, les salopes, les pédés et les enculés arrivent ensuite.
Le constat est là, quand le ton monte, quand il faut montrer qui domine qui, qui est au-dessus, société hétéro-patriarcale oblige, souvent, les femmes et les LGBTQI+ qui n’ont rien demandé se retrouvent mêlé·e·s à cette histoire. Non, Pierre Gattaz n’est pas un gros pédé (on vous le laisse). Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, ne pratique pas le BDSM avec Geoffroy Roux de Bézieux président du MEDEF. Les salariés « jaunes » qui narguent les grévistes ne sont pas des « suceurs de bites ». Marine Le Pen n’est pas une salope. À part peut être pour des lèvres gercées, la Vaseline n’aide en rien un salarié victime de plan de restructuration (comme ils disent). Et, jusqu'à déclaration ou preuve du contraire et quoi qu’on en pense, Macron n’est pas un enculé.
Et quand bien même, si quelque "enculé" que se soit se mettait à opprimer, licencier, violenter, trahir, tuer, ou quoi que ce soit, une fois de plus, le problème n’est pas l’identité sexuelle ou sa pratique, mais bien l’oppression qu’il fait subir, la violence, la trahison ...

"On ne peut plus rien dire !"


J’entends déjà, du fond de la classe, murmurer qu’ « y’a pas que les invertis qui naviguent sur les sombres océans séparant la vie du royaume des ténèbres » ou « Je ne suis pas sexiste, mon parent n°1 est une femme » ou encore « je ne pense pas à pédé quand je dis pédé » (oui, ils sont toujours un peu chelous au fond de la classe).
Alors oui, je pense que l’intention compte, et doit être prise en considération. C’est là l’intérêt d’une modération humaine remplaçant les algorithmes. L’intention des commentateurs·trice·s grossiers ou grossières est souvent « de bonne foi » ou « sans se rendre compte » mais dans ce cas, elle place justement, les LGBTQI+ ou les femmes dans une position délicate, rien de sexuel cette fois-ci : le cul entre deux chaises.

La sodomie peut, il est juste, être pratiquée par tous les genres, toutes positions confondues pénétré.e/pénétrant.e. Mais on utilise le terme de « sodomie », « d’enculé », « Il faudra de la vaseline » etc. pour discréditer son adversaire, pour dire sa soumission, sa faiblesse, son rapport de domination: sa passivité. Or, c'est bien la passivité supposée de la personne qui est enculée, sodomisée, qui confère à ce nom une dimension insultante.

Toutes les insultes homophobes ont à l'origine une signification en termes patriarcal et sexiste, dans le sens où elles désignent soit la présence de traits féminins chez un homme, soit une moindre masculinité. Il s'agit donc bien d'une insulte hétérosexiste, c'est-à-dire une insulte qui vise à inférioriser les femmes et les gays et donc: homophobe.

Pas de panique, pas d'essentialisation


Donc si votre commentaire est supprimé pour homophobie, pas de panique, cela ne fait pas de vous un horrible homophobe, il arrive à tout le monde d'utiliser du vocabulaire oppressif, symptôme d'une société oppressive, mais de grâce, ne justifiez pas ce terme homophobe, de grâce ne vous enfermez pas dans une justification hasardeuse, et considérez cette erreur comme ce qu'elle est, une erreur.
L’homophobie n'a pas sa place dans le fil de commentaires de Mediapart.
Dire ça, ce n’est pas dire que nous voulons d’un monde propre et aseptisé, ce n’est pas de cela dont il s’agit, ni même élitiste, au contraire, on veut un peu de place au banquet, pour pouvoir débattre, rire, et vivre avec vous.

Voilà pourquoi, la modération s'efforce de prendre en compte toutes ces réalités, même si parfois, c'est frustrant. Si vous pensez que la partie commentaires est un défouloir, pourquoi pas, mais faisons en un défouloir pour tout le monde, soyez créatifs et créatives, faisons en sorte que ce ne soit pas juste la loi du plus fort.
Tarik Safraoui

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Politique
À l’approche de « l’élection reine », le vote bousculé
Au fil des scrutins, il semble de plus en plus difficile d’y voir clair dans les comportements électoraux. Deux ouvrages s’attaquent au problème sur des bases simples : comprendre et réhabiliter les absents des urnes et ajouter la loupe des histoires individuelles.
par Mathilde Goanec
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social