Billet de blog 6 avr. 2011

Prochaine séance des Entretiens de Montreuil le 7 mai 2011 : Quelles politiques et quels usages de la nature en ville?

Entretiens de Montreuil
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les premières séances des « Entretiens de Montreuil « ont ouvert le débat sur deux questions majeures qui interpellent fortement l’identité et l’avenir de notre commune.

«Comment faire vivre la ville monde ? » : les relations quotidiennes entre populations ayant des dizaines d’origines et de trajectoires différentes produisent les éléments d’une nouvelle culture urbaine « composite », alternative au modèle français d’intégration traditionnelle comme à la simple juxtaposition anglo-saxonne de communautés. Elles connectent de fait notre ville à une multitude d’autres territoires sur la planète. Ainsi contribue-t-elle à l’invention d’une autre pratique de la « métropole globale » et au rééquilibrage d’un modèle francilien tourné à l’excès vers l’offre standardisée de services à la mondialisation économique.

« Quel pacte urbain pour qui et avec qui ? » Au processus « gentrifiant » qui expulse et qui sépare, on oppose à Montreuil la perspective de l’alliance des classes moyennes et des classes populaires, des populations nouvelles et des anciennes et de toutes les générations, autour d’un usage renégocié de l’espace, des services, et des temps de la ville.

Dans la continuité des deux premières, la troisième séance, ayant pour thème « la nature en ville » se présente comme le moment de leur mise en perspective avec les opportunités et les contraintes liées aux effets de la crise écologique.

Affectation socialement équitable de l’espace entre usages et usagers, valorisation et reconquête d’une degré plus élevé de biodiversité, - faune et flore- contribution de la première couronne à la limitation de l’étalement urbain et de la déprise agricole, promotion de la ville compacte et énergétiquement sobre dans le cadre de la lutte contre le changement climatique, réduction et prévention des pollutions, qualité écologique du bâti nouveau et de la rénovation de l’ancien, autant de sujets généraux que la séance se propose de resituer dans le contexte montreuillois …

Au delà de sa géographie et de son environnement particulier (En plateau, colline et plaine sans cours d’eau ouvert) et par différence avec la plupart des villes de la première couronne dont les processus urbains sont quasiment achevés, notre commune présente en effet, des caractéristiques propres :

© 

- Forte proportion d’espaces bâtis pouvant encore muter sur tout le territoire de la commune.

- Présence significative de friches ou d’espaces urbains en déshérence, héritage de l’histoire industrielle et horticole, avec l’enjeu stratégique des murs à pêches et de la requalification de l’autoroute et des espaces libres dans le haut Montreuil.

- Répartition assez équilibrée, s’agissant des espaces non construits hors friches , entre usage privé (pavillonnaire), usage mutualisé ou collectif (habitat social ou résidentiel, stades) et usage "universel" (parcs et jardins, parterres de rues, passages et venelles)

- Diversité des fonctions assignées à ces espaces : loisirs, sports, éducation, jeux, promenades, décoration, insertion, maraichage, auto production alimentaire, et par conséquent grande variété des utilisateurs.

- Homogénéité des phénomènes stressants sur les « écosystèmes » locaux : pollution et artificialisation forte des sols ,ravinement, circulation automobile, hydrocarbures, polluants persistants, piétinement, détritus, panneaux publicitaires, mauvaise régulation de l’animal domestique en ville, plantes invasives, risques d’effondrement…

La gestion de la « nature montreuilloise », loin d’être, en bout de course ce qui reste à faire dans l’espace quand on a traité des questions d’accès équitables à l’habitat ou aux équipements publics, se présente au contraire comme un enjeu majeur de régulation et d’arbitrage dans la gouvernance de la question sociale elle même….

Une stratégie écologiste de changement soutenable fait à partir de là évoluer l’idée de « la nature en ville » vers celle de « la ville naturelle »

Elle renvoie à la mise en mouvement coordonnée de politiques complémentaires. Elle implique qu’on rénove des outils et règlements d’urbanisme, d’aménagement et de planification des équipements. Qu’on pense dans le même temps la « naturation » des nouvelles constructions neuf, et la « renaturation » des friches et de l’ancien.

La mise en œuvre par les services municipaux qui entretiennent l’espace, du maximum de bonnes pratiques (fin de l’usage des pesticides, plaines urbaines, diversification des plantations, gestion différenciée des espaces, recyclage des végétaux) et la construction d’équipements collectifs exemplaires (écoles, piscine) sont dans cette perspective le socle des dynamiques positives d’acculturation partagée et d’éducation à l’environnement.

Elle complète et accompagne l'actionnement des différentes catégories de populations, des acteurs associatifs et entrepreneuriaux, des bailleurs,

© 

autour d’objectifs négociés, identifiés et évalués : végétalisation participative, composteurs en pied d’immeubles, jardins partagés, entretien des mares, comité d’usagers des parcs, trocs de graines et plantes...Elle incite, sur le territoire de la commune, à la mise en cohérence et en continuité progressive de toutes ces actions (les trames et corridors, le partage des moyens d’action et d’observation, l’agenda 21)

Enfin, elle appelle à un partenariat serré avec les territoires voisins pour organiser les interrelations, les frontières, les chevauchements et les continuités.

A partir de l’accumulation de mesures prises depuis plusieurs années dont le propos initial était la mise à niveau minimale, il est désormais possible d’envisager à Montreuil la définition d’ « un pacte de la nature », plus global et mieux partagé..

C’est in fine la réflexion sur la construction de ce contrat communal écologique, son imaginaire et sa gouvernance démocratique, qui fera l’objet de cette séance.

Les trois axes du premier paquet d’entretiens consacré a la ville ayant ainsi été ouverts , il est suggéré au cours de l’année 2011 d’en ouvrir un second consacré aux "pratiques urbaines de la démocratie."

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte