Les Entretiens de Montreuil du 6 novembre 2010 : Intervention de Gérard Perreau Bezouille

Gérard Perreau Bézouille, maire adjoint à la ville de Nanterre est venu partager son expérience lors de cette première séance des Entretiens de Montreuil. Voici son intervention synthétisée.

Gérard Perreau Bézouille, maire adjoint à la ville de Nanterre est venu partager son expérience lors de cette première séance des Entretiens de Montreuil. Voici son intervention synthétisée.

 

 

Mon intervention s'appuie sur mon expérience, puis qu'elle porte sur la mise en place, le rôle et l'évolution d'un service « Relations et Coopération avec le monde » au sein de la direction « Vie citoyenne » dans la municipalité de Nanterre à partir de 2002. C'est le fruit d'une réflexion sur le rapport « Local/global ».

 

Mais il nous a semblé que le début du 21e siècle, avec les logiques d'une économie globalisée à sens unique, s'imposant à tous, appelait à repenser l'utilité, les ambitions, le sens, les outils de notre rapport au monde.

Non pas pour faire moins mais plus et mieux.

Nous partons d'un constat : aujourd'hui le monde fait partie de la proximité d'un très grand nombre de nanterriennes et nanterriens.

Le monde est dans nos villes... Et cela marque la citoyenneté locale.

Il peut être source de résignation : « Pourquoi s'engager, participer même au plan local si le global s'impose à nous » mais il peut aussi pousser à des nouveaux engagements locaux dont les objectifs seraient la survie de la planète, l'humain, la connaissance et la coopération avec d'autres citoyens du monde afin d'agir pour un monde solidaire et écologiquement responsable.

GPB_EDM.JPG

Nous avons donc décidé qu'il était de notre responsabilité dans notre démarche municipale participative de rendre visible et d'amplifier notre appui aux projets pour un monde plus solidaire qui émergent d'associations, de citoyens, de services municipaux. Ils ne sont pas un plus mais bien un « parti pris » municipal pour développer une « citoyenneté mondiale » enracinée dans le local et enrichissant cette dernière. Ils sont partie prenantes de la citoyenneté locale.

 

L'appui et la mise en valeur de ces projets sont une des deux missions de notre service de « Relations et coopérations avec le monde ». Elle est elle même partie prenante des objectifs de la direction « Vie citoyenne » qui regroupe les démarches participatives, les missions de quartiers, la vie associative, les mairies de quartiers, les rapports avec les centres sociaux, la maison des initiatives citoyennes - Agora....

 

Cet engagement est le fait de militants traditionnels de la solidarité internationale mais aussi de jeunes qui vivent au quotidien la proximité du monde, d'associations en liens avec d'autres bouts de la planète je pense notamment à des nanterriens d'origines familiales diverses, à des employées communaux encouragés par la municipalité à faire partager leurs valeurs, à exprimer leurs solidarités.

 

Nos territoires regorgent de liens, d'envies sur le monde, nous avons décidé de les encourager, de leur donner confiance, de les valoriser. Ils enrichissent le local. Ils contribuent à faire reculer le fatalisme.

 

Le pôle « Ville - monde » de notre fête associative est quasiment le plus important, il associe une vingtaine d'associations.

Cette diversité d'engagements citoyens - valorisés par la municipalité - a sensiblement élargi les liens de Nanterre avec le monde. Une dynamique c'est crée.

Il est pour nous constitutif de notre engagement, un levier pour faire reculer l'idée d'un monde d'injustices, de dominations, de violences, d'égoïsmes s'imposant à nous. Il s'inscrit dans notre démarche participative en travaillant la légitimité d'être citoyen du monde au local.

 

Cela rend mieux lisible, interfère, « fait sens » avec notre volonté de prendre des initiatives municipales pour informer, pour échanger, comprendre le monde, afin de faire reculer le fatalisme et de favoriser l'engagement (débats, délégations citoyennes dans des villes amies, lors des FSM, de rencontres mondiales sur la démocratie participative, sur la paix, sur les banlieues...).

Nous constatons également que notre détermination politique de saisir le monde à bras le corps irrigue de plus en plus d'autres services municipaux comme la santé, la jeunesse, la vie culturelle, l'enfance, l'urbanisme. Ils investissent avec fierté leurs compétences de service public dans des projets solidaires (accueil d'enfants sahraouis, programme de prévention bucco dentaire au Pérou, échanges sur la mise en réseau de bibliothèque en Argentine), échanges des expériences avec leurs collègues d'autres villes, en nourrissent leurs pratiques.

 

Je voudrais, pour terminer, aborder le deuxième versant de notre activité dans le monde. Nanterre est donc une « Ville -Monde » mais aussi une « Ville du monde » et le monde est un « Monde de villes ».

Ce monde globalisé est majoritairement urbain. Les villes, les métropoles, jouent des rôles nouveaux dans les flux de l'économie, du « vivre-ensemble », de la solidarité, de l'accès au droit, de l'empreinte écologique...

Les pouvoirs locaux ont donc une responsabilité nouvelle, particulière. Leurs choix ne sont pas neutres pour la planète.

 

Pour ce qui nous concerne, nous sommes rentrés de plein pied dans le slogan du Forum d'Autorités Locales pour l'Inclusions Sociales de Porto Alegre en marge du FSM de 2002 « Un autre monde est possible et il commence dans les villes ».

 

Je ne rentrerai pas dans les détails de son activité mais son ambition première est de valoriser et de faire entendre le regard, l'engagement de nombreux pouvoirs locaux de banlieues pour des métropoles solidaires, durables, démocratiques et citoyennes. Les débats autour de notre métropole francilienne se retrouvent dans la plupart des métropoles mondiales et rien ne serait plus dangereux pour le présent et l'avenir du vivre ensemble métropolitain d'en exclure les citoyens et les élus des banlieues.

 

Nous faisons notre l'idée « Penser global, agir local » mais nous cherchons donc également à faire vivre « Pour Penser le local, agir sur le global »....

 

Nous vivons un monde de villes, elles ont des responsabilités nouvelles : elles peuvent contribuer à changer le monde.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.