Bloody Sunday - 1972 - 2010 : le rapport pour la vérité



Bloody Sunday 1972 © Oisín Ó Dubhláin

30 janvier 1972 - Derry (Irlande du Nord) : La population catholique de la ville organise une marche pour la pleine reconnaissance des droits civils des Catholiques d'Irlande du Nord.
Des femmes, des enfants et des personnes âgées participent à la manifestation. Tout est calme - malgré une tension certaine dans les rangs.
L'armée britannique veille.
Soudain, tout s'emballe. Partis d'on ne sait où, des coups de feu éclatent. Des personnes s'écroulent.
Le cessez-le-feu tarde à être décrété. L'armée britannique continue à tirer.
Mardi 15 juin 2010 : le rapport officiel de 5.000 pages va enfin être publié. Qui a ordonné le massacre ?
Les familles attendent de connaître la vérité depuis 38 ans.

 

Rappel historique :

En 1998, Tony Blair demande l'ouverture d'une enquête concernant ces événements - en parallèle des négociations qui ont abouti aux accords de paix de 1998 (Good Friday Agreement).

L'enquête a produit un rapport de 5 000 pages.

Un premier rapport officiel, publié juste après le Bloody Sunday, affirmait que les soldats n'avaient ouvert le feu que pour se défendre. Or les manifestants n'étaient pas armés. Cinq manifestants ont été tués d'une balle dans le dos - dont l'homme qui brandit un mouchoir blanc en portant secours à un blessé.

 

Ajout :

Le rapport de Lord Saville a été publié aujourd'hui à 15.30 h à Derry (Irlande du Nord).

Plus de 500 journalistes venus du monde entier ont été accrédités et étaient présents à Derry.

 

Les familles des victimes seront présentes à la lecture du rapport qui ne sera pas censuré par les autorités britanniques.

 

Le rapport a été lu en public. Ses conclusions sont simples : le massacre est "injustifiable".

Le rapport précise également nettement et clairement que les parachutistes britanniques ont tiré à balles réelles les premiers sans sommation pour prévenir les civils présents - et que toutes les victimes de la marche pacifique étaient désarmées et innocentes.

Les familles après la lecture du rapport de Lord Saville - dont l'enquête a duré 12 ans.

Pour la 1ere fois en 38 ans, le gouvernement britannique reconnait ses torts : Cameron s'est exprimé après la lecture du rapport et a déclaré que la Grande-Bretagne avait eu tort.

il s'exprimait à la tribune de la House of Communs : 'What happened on Bloody Sunday was both unjustified and unjustifiable. It was wrong.'

Il a présenté ses excuses au nom de l'Etat.

Une première dans l'histoire de l'Irlande du Nord (et de l'Irlande en général).

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.