Billet de blog 14 août 2010

Oliv92
Supply Chain
Abonné·e de Mediapart

L'Allemagne recrute

Oliv92
Supply Chain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les entreprises allemandes manquent de personnel qualifié, spécialement dans les MINT (Mathematiker, Informatiker, Naturwissenschaftler und Techniker). Plusieurs instituts font du lobbying auprès du gouvernement pour simplifier les procédures d'immigration pour des professionnels travaillant dans ces domaines. Le chiffre de 65 000 postes ne pouvant être pourvus en ne faisant appel qu'à la main d'oeuvre allemande circule. Avec les départs en retraite prévus ces prochaines années et le déséquilibre démographique allemand, le déficit de personnel qualifié va s'amplifier et va mettre en danger la performance des entreprises allemandes.

On débat de l'idée d'un permis à points pour les immigrants, un peu similaire à ce qui se fait pour immigrer au Canada. Sont visés ici les étudiants ou professionnels Chinois, Indiens, Brésiliens...

Pour les personnes résidant dans l'UE, cela se fait évidemment sans aucune contrainte en matière de visa.

Je voudrais par ce billet partager un peu de mon expérience de travailleur immigré (privilégié) en Allemagne. Un premier constat est que tous les français travaillant en Allemagne que j'ai pu croiser sont contents de leur sort. Aucun n'est malheureux ou ne rêve de revenir en France.

Cela s'explique par plusieurs avantages très concrets par rapport à la vie en France :

1/ Les salaires sont en général meilleurs et évoluent systématiquement à la hausse chaque année. Sauf situation exceptionnelle, il ne viendrait pas à l'idée d'un employeur de ne pas augmenter ses employés. L'organisation des salariés y est plus systématique et efficace qu'en France. Etoile66nous a parlé dans plusieurs billets de la capacité des allemands à s'organiser pour défendre les intérêts. C'est vrai aussi des salariés.

2/ Les conditions et horaires de travail sont meilleurs. Rares sont les employés à travailler plus de 8 heures par jour Rester sur son lieu de travail plus de 10 heures d'affilée est tout simplement interdit. Pas d'horaires à rallonges donc.

3/ Les prix sont en général plus bas qu'en France, en particulier les prix de l'immobilier. Compter quasiment 30% à 50% de réduction entre Paris et un quartier correct d'une ville allemande (sauf Munich et Hambourg). De plus les techniques d'isolation et de chauffage sont dignes du 21ème siècle et donc rendent le chauffage moins cher (en dépit d'un prix du Kw.h plus élevé). Frankfurt est par exemple la championne mondiale de "l'habitat passif". En matière de télécom par contre, pas d'avantage particulier avec les opérateurs classiques, il faut vraiment creuser pour trouver des contrats intéressants. En ce qui concerne l'alimentation, les prix sont beaucoup plus bas pour les produits de base, grâce aux discounters et aux promos incessantes. Par contre goût et diversité (le choix de viande en dehors du porc est vraiment restreint) ne sont pas au rendez-vous. Les produits bios sont peu chers... mais pas forcément très bons.

4/ La vie semble plus facile, plus équilibrée, avec des accès aisés à des espaces verts, équipements sportifs et culturels. Tout comme en France il existe des milliers de sorties culturelles, balades, visites à faire les week-ends. Contrairement aux préjugés français, il existe des coins magnifiques et des paysages très diversifiés en Allemagne. J'ai mis en photo un paysage que je traverse chaque matin pour aller au bureau. Pour ceux qui aiment le cinéma, par contre, seule Berlin peut faire concurrence à Paris.

5/ Moins de radars sur les routes (du moins en Hessen, que je connais) , autoroutes gratuites et quelques tronçons sans limitation de vitesse... ce qui se traduit par contre par des comportements un peu pénibles.. La voiture est un élément permettant d'affirmer son statut, sans les tabous que l'on peut trouver en France. En général avec un bon job vient aussi une voiture, ou du moins des tarifs préférentiels de leasing.

6/ L'occasion d'apprendre une nouvelle langue, certes pas facile, mais loin d'être insurmontable, et qui ouvre un marché du travail gigantesque, et surtout une culture très riche.

7/ Et le meilleur pour la fin : en Allemagne vous ne subissez plus au quotidien les conneries de Sarkozy.. elle est pas belle la vie?

Bon, voilà pour un article un peu "engagez-vous, rengagez-vous" sur la vie en Allemagne. Si vous déprimez en France, c'est une option a considérer sérieusement, beaucoup plus simple que le Canada ou la Chine par exemple !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB