Les indignés de la Défense demandent justice (Médiapart 16 Janvier 2012 | Par Michel Deléan)

Une procédure sensible doit être déposée mardi 17 janvier au matin sur le bureau du procureur de la République de Nanterre, Philippe Courroye. Vingt-trois « indignés de la Défense », défendus par l’avocat parisien Christophe Ayela, déposent plainte contre X pour « entrave à la liberté d’expression, atteintes volontaires à l’intégrité physique de la personne, non-assistance à personne en danger, destructions de biens, discrimination du fait du refus de recevoir les plaintes, et propos injurieux ».

« Face aux violences policières contre un rassemblement pacifique, face aux intimidations et aux menaces, nous avons choisi de riposter sur le plan juridique », expliquent plusieurs des « indignés », rencontrés lundi 16 janvier avec leur défenseur. Pour Me Ayela, « ce rassemblement était tout à fait légal, et on ne pouvait pas le disperser, encore moins en recourant à la violence ».

Une indignéeLe campement citoyenet que l’on peut voir ici.

Née à la suite du mouvement des indignés espagnols, et grâce à une mobilisation spontanée sur les réseaux sociaux, l’occupation pacifique du parvis de la Défense aura duré du 4 novembre au 4 décembre dernier, mais sans qu’un véritable campement citoyen ait pu s’établir, les forces de l’ordre expulsant et dispersant régulièrement les occupants.

Une vingtaine d'entre eux ont même été arrêtés, placés en garde à vue et convoqués devant le procureur aux fins de rappel à la loi. Un comble, si l’on considère – comme leur avocat – qu’ils n’enfreignaient aucune loi.

Outre sa valeur emblématique, la plainte des « indignés » peut également permettre au procureur de Nanterre, Philippe Courroye, de démontrer à quel point il veille scrupuleusement – et en toute indépendance – à ce que la loi s’applique à tous de manière égale.

http://www.mediapart.fr/journal/france/160112/les-indignes-de-la-defense-demandent-justice?page_article=2

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.