Marche Toulouse.Compte rendu étape 12: St Julien Souillac

Le réveil sonne à 8h20. Pourquoi si tôt ? La radio toulousaine Campus FM
nous a proposé une interview par téléphone ce jeudi matin à 8h30. Deux
marcheurs s'en chargent donc et répondent aux quelques questions posées,
ce qui prend 10 minutes environ. Voilà de quoi bien commencer la
journée. Cependant, cela ne nous empêche pas de traîner et de partir en
tard, vers 10h30. Ce matin là nous sommes 5, une marcheuse nous a
rejoint la veille au soir. La matinée de marche passe très vite,
quelques coups de fils sont passés, notamment à la marche Bayonne afin
de mettre au clair certains points. Deux petits vieux prennent également
le temps de discuter avec nous sur la route, ils parlent de leur vécu de
ce qu'ils pensent de notre société actuelle...

Il est déjà 13h, l'heure de pique-niquer, du riz et de la ratatouille
font office de repas alors que nous discutons de notre arrivée à Paris
qui se fera maintenant dans moins d'un mois. 
Le ciel est menaçant lorsque nous reprenons la route, on choisit la
route à prendre à pile ou face, laissons le hasard s'exprimer ! Dès 15h,
on aperçoit le panneau d'entrée dans Souillac, déjà ?! Il faut encore
une heure avant d'arriver dans le centre ville, ce qui nous laisse le
temps de régler certaines choses sur internet, de faire un peu de
vaisselle, de rangement. Environ 5 personnes extérieures à la marche
nous rejoignent pour participer à l'assemblée, celle ci commence sur la
place, mais à peine la présentation terminée, le ciel nous tombe sur la
tête, nous nous tournons vers le plan B, faire l'assemblée sous la
halle. Un militant ayant une grande expérience parle de lutte des
classe, il donne sa vision de la lutte, ce qui crée le débat. Quelle
structures de lutte adopter ? Comment s'unir ? Malgré quelques
divergences entre les marcheurs et les autres participants, certains
d'entre eux, militant au Front de gauche, l'assemblée se termine sur une
note positive avec le sentiment d'un échange riche et bénéfique pour
nous tous. Avec l'idée d'aller poser un campement sur la place publique,
nous retournons sur nos pas apercevant au loin quelques personnes qui,
il semblerait, étaient là pour nous, dont Paul, qui est revenu marcher
avec nous!. Des discussions se créent alors dans tous les sens, comme un
prolongement de cette assemblée. On nous propose même de finir la soirée
dans une maison un peu en dehors de Souillac où nous pouvons prolonger
ces discussions et partager quelques verres. La fatigue monte. Il est 1h
du mat', bonne nuit ! 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.