Billet de blog 8 oct. 2010

Faux et usage de faux

«Nourrir la confusion, faire entendre au citoyen tout et son contraire»: la communication du gouvernement stérilise le débat public en allant jusqu'à cloner désormais les structures de la gauche, constate Michel Saint-Jean, physicien, directeur de recherches au CNRS, ancien membre du conseil d'administration de Sauvons la recherche.

Michel Saint-Jean
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Nourrir la confusion, faire entendre au citoyen tout et son contraire»: la communication du gouvernement stérilise le débat public en allant jusqu'à cloner désormais les structures de la gauche, constate Michel Saint-Jean, physicien, directeur de recherches au CNRS, ancien membre du conseil d'administration de Sauvons la recherche.

----------------

ARF ou AERF ? «Labo des idées» ou «laboratoire des idées»? Le 21 septembre, naissait l'Association des élus régionaux de France, créée par Valérie Pécresse pour «inventer une nouvelle politique régionale, loin des polémiques stériles et des partis pris idéologiques». Une fréquentable et paisible «AERF» donc, constituée pour circonvenir l'ARF, l'Association des régions de France, réputée de gauche et donc forcément partisane. Similitude des acronymes, un simple hasard? On peut se poser la question car la ministre n'en était pas à son coup d'essai. Déjà en juin, pour «renouveler le débat public», elle avait fondé un «Labo des idées» présenté comme «un collectif ouvert à toutes les sensibilités politiques», pas gênée le moins du monde de plagier le «Laboratoire des idées» créée en 2008 par le Parti socialiste, son principal opposant politique.

Il ne faut pas s'y tromper. Ce n'est pas par manque d'imagination que la droite au pouvoir pille l'opposition. Ces «copier/coller» s'inscrivent au contraire dans une stratégie réfléchie destinée à égarer le citoyen, lui faire perdre ses repères. Après avoir privilégié l'usage systématique du mensonge, la communication gouvernementale s'applique désormais à nourrir la confusion, à faire entendre au citoyen tout et son contraire, à faire l'inverse de ce qu'elle déclare. Dans le bruit médiatique quotidien, une oreille distraite ne peut-elle pas facilement confondre les déclarations de l'AERF avec celles de l'ARF, les anayses des deux «Labo des idées»? Tout est bon pour entretenir la confusion des esprits et ainsi stériliser le débat public.

Il n'est pas la peine de revenir sur les petits manquements à l'honnêteté intellectuelle quotidiens ni sur les plus grandes contre-vérités de la droite gouvernementale. La supposée existence d'un bouclier fiscal inscrit dans la constitution allemande qui justifiait le nôtre ou le plus récent «malentendu» obligeant Angela Merckel à démentir publiquement une conversation concernant les Roms avec Nicolas Sarkozy n'en sont que des exemples parmi tant d'autres. Ces mensonges sont aujourd'hui si fréquents que les Français comme les dirigeants étrangers, après une période initiale de fascination, ne sont plus dupes. Le pouvoir sarkozien ment mais maintenant chacun le sait. Ainsi décrédibilisée, la droite tente désormais de tromper la population en brouillant les cartes.

Dès le début de son quinquenat, Nicolas Sarkozy avait initié cette stratégie. Citant Jaurès, Blum, Guy Môquet, il débauchait quelques pâles figures de la gauche pour en faire ses ministres d'ouverture et expliquait qu'«être président est un dur métier», faisant mine d'oublier que cette responsabilité est avant tout un engagement sur des choix politiques clairs. Pour avoir les mains libres, il fallait convaincre le citoyen qu'au nom de l'efficacité et de la modernité, seules les compétences des élus importaient désormais. Les choix partisans étaient déclarés obsolètes, le clivage droite/gauche ne relevant plus que d'une idéologie archaïque coupable.

Pour amplifier ce mouvement de mystification, les ministres étouffaient les critiques de l'oppositon en récupérant son vocabulaire et ses concepts pour en dévoyer le sens. Ainsi, alors que le plus puissant mouvement universitaire que la France ait connu depuis trente ans revendiquait le savoir, la collégialité, l'indépendance, Valérie Pécresse n'hésitait pas à reprendre à son compte ces valeurs cardinales du monde académique qui étaient absentes des réformes qu'elle engageait et ignorées dans sa lettre de mission signée par Sarkozy. Ses discours, sorte d'oxymores généralisés, louaient par exemple «la science, soif de connaître, de comprendre» alors que ses réformes réduisaient l'enseignement à un transfert de compétences et la recherche à l'innovation. Pécresse y glosait l'autonomie alors que sa loi Libertés et responsabilités des universités (LRU) n'avait d'autre objectif que le pilotage bride courte des universitaires par l'Etat et ses agences de financement.

Que ce soit pour la réforme hospitalière, la carte judiciaire ou les autres réformes engagées par ce gouvernement, tous les ministres ont utilisé cette même méthode. Tout récemment, Rama Yade vient même de se déclarer favorable à une sorte «d'allocation d'autonomie pour les jeunes», une vielle revendication des Jeunes socialistes reprise par le PS. Comment un électeur, si bien intentionné qu'il soit, pourrait-il dès lors s'y retrouver? En lisant ou écoutant de longues et précises explications? Le format court des médias actuels l'interdit le plus souvent. La droite gouvernementale exploite cette incommensurabilité. Elle sait qu'asséner un mensonge est instantané tandis que faire émerger la vérité réclame d'autant plus de temps que les informations déversées sont nombreuses et contradictoires. Alors elle inonde les médias de discours divers et variés, n'ayant aucune crainte de malmener la vérité et la cohérence.

Aujourd'hui, la stratégie de la droite s'est encore affinée. Elle ne parle plus de ses positions institutionnelles officielles avec un discours antonymique à sa pratique; elle porte désormais un discours de droite depuis des structures dont les noms ressemblent à s'y méprendre à celles de la gauche. Il conviendra dès lors d'être très attentif aux déclarations et communiqués émanant de l'AERF, du «Labo des idées» ou d'autres officines qui ne vont pas manquer de voir le jour dans les mois qui viennent. Ils nous faudra rester vigilants et dénoncer énergiquement ces manipulations pour qu'un véritable débat démocratique puisse réellement s'instaurer sur les sujets qui engagent le pays.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch