Billet de blog 10 juin 2009

Thierry Mandon
Abonné·e de Mediapart

Parti socialiste: minuit moins le quart

«Le discours du rassemblement vient trop tard» après la défaite du PS aux européennes, estime Thierry Mandon, maire socialiste de Ris-Orangis, président délégué du Conseil général de l'Essonne. Il juge que son parti n'est plus gouverné que par la peur de tout perdre et qu'il est urgent de convoquer un nouveau congrès fondateur et d'organiser des primaires ouvertes à gauche.

Thierry Mandon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

«Le discours du rassemblement vient trop tard» après la défaite du PS aux européennes, estime Thierry Mandon, maire socialiste de Ris-Orangis, président délégué du Conseil général de l'Essonne. Il juge que son parti n'est plus gouverné que par la peur de tout perdre et qu'il est urgent de convoquer un nouveau congrès fondateur et d'organiser des primaires ouvertes à gauche.

© 

Le résultat désastreux de ce dimanche est la triste, quoique prévisible, confirmation de l'inéluctable disparition du Parti Socialiste tel qu'il est et fonctionne. Si aucun changement de grande ampleur n'est engagé, on peut d'ores et déjà, malheureusement, en prédire la prochaine étape : les prochaines élections régionales avec des listes impossibles à faire, une concurrence frontale avec les Verts qui refuseront dans de nombreux endroits la reconduction de nos sortants, un bilan fiscal à assumer qui sera, avec les transports en commun, le principal angle d'attaque de la droite, bref, tous les ingrédients d'un nouveau fiasco.

Répéter «unité, travail et idées» peut suffire à conserver «l'ordre» interne du parti au prix de quelques aménagements, mais cela ne fera en rien disparaître les causes profondes de l'étiolement : leadership issu des années Mitterrand épuisé, paresse idéologique qui fait tenir un discours daté sur de très nombreux sujets, modes d'intervention et formulations archaïques, organisation de parti qui emprunte plus aux structures d'extrême gauche qu'aux mouvements d'idées modernes (militantisme fermé, rites incompréhensibles, primat des enjeux internes sur le débat avec la société).

La conscience de cette fin tragique est plus grande que l'on ne pense au sein du Parti socialiste. Sans même parler des propos publics de nombreux dirigeants, les signes avant coureur de la décrédibilisation de la structure du parti sont apparus dès le congrès de Reims. Derrière la façade d'un combat pour la prise de contrôle de l'appareil central, ce qui s'est joué c'est l'émancipation de quelques 3 à 4 grandes fédérations qui, entre elles, ont décidé de faire roi, reine en l'occurrence, qui perturberait le moins leur ordre mortifère. C'est le retour de la SFIO: un discours national gauchi, des pratiques locales à géométrie variable. Les victimes ? Des quadras divisés, spécialistes en diagnostic mais impuissants à l'action. Eux croient sincèrement à la nécessité de refonder un véritable parti mais surjouent entre eux des rivalités de Ligue 2.

C'est pourquoi le couplet du rassemblement vient trop tard. Désormais, il faut ouvrir en grand les fenêtres. D'abord, discuter avec les Verts et tous ceux qui le souhaiteront des modalités d'organisation d'une primaire ouverte et populaire pour désigner le candidat à la présidentielle qui peut avoir une chance de l'emporter. Dans le même temps, avec les mêmes partenaires, organiser des assises programmatiques qui serviront de base aux programmes présidentiels et législatifs. Enfin, programmer la date du congrès fondateur du nouveau Parti socialiste. Car chacun sait qu'un cadre idéologique redéfini, un bouleversement des règles internes, un fonctionnement modernisé et ouvert sont les conditions de notre résurrection. Mais la peur commande : Peur du neuf, peur de Nicolas Sarkozy, peur de nous même, depuis hier peur des Verts. La seule peur que nous nions c'est la peur de tout perdre. Il est pourtant minuit moins le quart. Il faut agir en grand maintenant.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Faux scoop du « Point » sur Garrido-Corbière : un « accident industriel » écrit d’avance
Alors que l’hebdo avait promis de faire son autocritique en publiant une enquête pour revenir sur ses fausses accusations visant le couple LFI, la direction l’a finalement enterrée. Sur la base de documents internes, Mediapart retrace les coulisses de ce fiasco, prédit deux mois avant par des salariés.
par David Perrotin et Antton Rouget
Journal
Lutte contre l’antisémitisme : angle mort de la gauche ?
Les militants de la gauche antiraciste ont-ils oublié l’antisémitisme ? Un essai questionne le rôle des gauches dans la lutte contre l’antisémitisme et plaide pour la convergence des combats. Débat dans « À l’air libre » entre son autrice, Illana Weizman, un militant antiraciste, Jonas Pardo, et le député insoumis Alexis Corbière.
par À l’air libre
Journal — Parlement
La loi sur les énergies renouvelables est-elle vertueuse ?
Alors que le projet de loi sur le développement de l’éolien et du solaire est en cours d’examen à l’Assemblée nationale, les macronistes savent qu’ils ont besoin de la gauche pour le faire adopter. Mediapart a réuni la députée insoumise Clémence Guetté et le député Renaissance Jean-Marc Zulesi pour éclaircir les points de blocage et les possibilités d’évolution.
par Pauline Graulle et Amélie Poinssot
Journal
Face au mur social, Macron choisit de foncer
Dans un contexte d’inflation record, de conflits sociaux dans les entreprises et d’état alarmant des services publics, le président de la République souhaite réformer les retraites dès le début de l’année 2023. Le climat social gronde mais l’exécutif mise sur une « résignation » de la rue.
par Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités