Billet de blog 11 mai 2010

michaelharris
Abonné·e de Mediapart

Non aux investissements économiques en Israël

Au lendemain de l'accord d'adhésion donné à Israël par l'OCDE, l'Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine affiche son soutien au mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions.

michaelharris
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Au lendemain de l'accord d'adhésion donné à Israël par l'OCDE, l'Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine affiche son soutien au mouvement Boycott, Désinvestissement et Sanctions.

--------------

Des déclarations contre le boycott anti-israélien ont été récemment propagées dans la presse par les relais usuels d'Israël en France, et reprises par le Premier ministre, François Fillon, ainsi que par l'une de ses ministres, Michèle Alliot-Marie. Elles se sont accompagnées de mesures juridiques sévères.
Faut-il rappeler, une fois encore, que le boycott de certains pans de l'activité israélienne est une action non-violente destinée à alerter l'opinion sur les pratiques inadmissibles de cet État où les droits élémentaires de la population palestinienne sont quotidiennement bafoués? Il en fut jadis de même au moment du boycott international de l'Afrique du Sud, ou des campagnes de boycott organisées par le mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. Cette campagne a reçu l'appui de citoyennes et de citoyens israéliens. Vous trouverez ci-dessous la lettre qu'ils ont envoyée à ceux qui, en France, animent et soutiennent cette campagne, ainsi que leurs signatures. Leur courage et leur détermination nous incitent à persévérer dans notre démarche.
Pour l'Association des universitaires pour le respect du droit international en Palestine (AURDIP) : Ivar Ekeland, président; Sonia Dayan-Herzbrun, vice-présidente; Joseph Oesterlé, vice-président.
Lettre de soutien de militants israéliens à la campagne BDS-FRANCE
Publiée le 14 avril 2010 sur le site BOYCOTT ! Supporting the Palestinian BDS Call from Within
Nous sommes des citoyens israéliens. Nous voudrions exprimer notre soutien à nos amis en France qui défendent l'appel palestinien au Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) internationales à l'encontre d'Israël. Nous aimerions insister sur le fait que prendre part à une activité de cette sorte n'est d'aucune manière discriminatoire, antisémite ou raciste, mais qu'il s'agit bien au contraire d'une action basée sur les valeurs universelles de liberté, d'égalité, de respect des droits de l'homme, ainsi que sur le droit international.
En tant que citoyens dévoués à promouvoir une paix juste et la démocratie dans la région, nous dénonçons les investissements économiques continus de la communauté internationale en Israël qui, directement ou indirectement, contribuent à soutenir les violations israéliennes quotidiennes du droit international et accélèrent la colonisation des territoires occupés. Nous sommes conscients que l'occupation israélienne et l'oppression des Palestiniens ne cesseront très probablement pas sans des pressions et sanctions internationales.
Certains d'entre nous sont des survivants des atrocités du régime nazi ou les enfants et petits-enfants de ces survivants. Nous voulons insister sur le fait qu'il n'y a rien d'antisémite ou de raciste dans le fait de critiquer et de s'opposer à la politique et aux pratiques du régime israélien par le biais du BDS, tout comme il n'était pas raciste de s'opposer à la guerre du Vietnam ou à l'occupation française en Algérie. Il n'est jamais antisémite ou raciste de s'opposer à des injustices telles que voler des terres, torturer, placer en détention sans procès, tuer des innocents, et autres éléments de l'occupation et de l'oppression israéliennes. En fait, ce sont ceux qui veulent identifier l'Etat d'Israël à l'ensemble des Juifs - comme si s'opposer à l'un revenait à s'opposer à l'autre - qui devraient être accusés de généralisations racistes, en ce qu'ils encouragent une vision figée et étriquée de la communauté juive.
Nous rejetons aussi les accusations selon lesquelles l'appel au BDS - appliqué aux institutions et non aux individus - serait discriminatoire. Donner à des institutions et des Etats l'impunité, tout en engageant des poursuites contre ceux qui exigent qu'ils aient des comptes à rendre, est à la fois anti-démocratique et oppressif. Dans une véritable démocratie, ce sont les individus qui devraient faire l'objet de la plus grande protection par la loi.
Promouvoir l'appel au BDS pour la Palestine est un acte démocratique qui fait appel aux gens pour qu'ils prennent la décision consciente de faire entendre la voix opprimée des Palestiniens et de faire connaître les graves violations des droits de l'homme commises sur le terrain. Il ne s'agit pas de censure, dans la mesure où la liberté de parole individuelle n'est pas visée et où il n'y a aucune volonté de contrôler les autres. Le boycott culturel et académique n'est ni un boycott de personnalités du monde culturel ou académique, ni un boycott de leurs travaux, mais plutôt un boycott d'Israël et des institutions culturelles et académiques qui se rendent complices de sa politique.
Pour toutes ces raisons, nous honorons votre initiative courageuse, dans l'espoir qu'elle montrera à bien d'autres l'exemple à suivre. L'appel au BDS utilise des moyens non-violents et légitimes de pression sur Israël afin qu'elle change sa politique, moyens désespérément nécessaires à l'heure actuelle pour mettre fin à l'occupation israélienne et à l'oppression des Palestiniens.
En solidarité,
Daniel Dukarevich Argo, Nitzan Aviv, Ronnie Barkan, Ofra Ben Artzi, Lilach Ben- David, Prof. Haim Bresheeth, Maya Cutler, Naama Farjoun, Arie Finkelstein, Racheli Gai, Prof. Rachel Giora, Adar Grayevsky, Rosamine Hayeem (Jews for Justice for Palestinians ; Palestine Solidarity Campaign), Dina Hecht, Shir Hever (The Alternative Information Center), Yael Oren Kahn, Yana Knopova, Yigal Laviv, Eytan Lerner, Prof. Moshé Machover, Dr. Dorothy Naor, Ofer Neiman, David Nir, Deb Reich, Adv. Emily Schaeffer, Ayala Shani, Tal Shapira, Ruth Sirton, Sonya Soloviov, Jonatan Stanczak, Ruth Tenne, Amir Terke
BOYCOTT ! Supporting the Palestinian BDS Call from Within (http://boycottisrael.info)
The Coalition of Women for Peace (http://coalitionofwomen.org)
Signée aussi par:
Kelvin Bland (The Royal Institute of British Architects ; Architects & Planners for Justice in Palestine) ; Muhammad Burgal ; Tarak Kauff (Veterans For Peace ; Middle East Crisis Response) ; Emma Klein, Jewish American ; Aliyah Strauss
Voir aussi : Jewish voices supporting the BDS movement
(http://boycottisrael.info/content/jewish-voices-israel-and-elsewhere-supporting-bds-movement)

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal — France
Procès Bismuth en appel : Nicolas Sarkozy s’enferre dans ses dénégations
L’ancien président de la République le jure, il n’a jamais eu l’intention de commettre le moindre délit dans l’opération d’approche de plusieurs magistrats de la Cour de cassation, dont il laisse la responsabilité à Thierry Herzog et Gilbert Azibert.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey