Billet de blog 15 oct. 2008

A quand un plan de sauvetage des affamés?

Ce jeudi, les Nations unies organisent la journée mondiale de l'alimentation. Après les «émeutes de la faim», au début de l'année, Nicolas Sarkozy avait proposé la mise en place d'«un partenariat mondial pour l'alimentation et l'agriculture». Six mois plus tard, François Danel, directeur général d'Action contre la faim — qui soutient l'initiative — déplore que la crise financière ait occulté la crise alimentaire.

François Danel
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce jeudi, les Nations unies organisent la journée mondiale de l'alimentation. Après les «émeutes de la faim», au début de l'année, Nicolas Sarkozy avait proposé la mise en place d'«un partenariat mondial pour l'alimentation et l'agriculture». Six mois plus tard, François Danel, directeur général d'Action contre la faim — qui soutient l'initiative — déplore que la crise financière ait occulté la crise alimentaire.

© 
Il aura fallu moins de 15 jours à quelques Etats occidentaux pour investir plus de 1.000 milliards d'euros pour sauver les banques en faillite — ce montant est certainement le prix nécessaire à payer pour sauvegarder l'économie mondiale — alors qu'aucune des promesses qu'ils avaient faites pour venir à bout de la crise alimentaire n'a été tenue.

En juin 2008 plus de 6,5 milliards d'euros de dons avaient été promis lors du sommet de la FAO à Rome. (3 milliards d'euros par an suffiraient pour soigner les 19 millions d'enfants malnutris en danger de mort). 500 millions de dollars ont été versés au Programme alimentaire mondial en juillet. Depuis, rien.

Les victimes de la faim sont en train de devenir les victimes d'une triple peine :

— La première peine qu'ils subissent depuis de nombreuses années est l'abandon quasi-total des dirigeants de l'aide publique internationale.

— La deuxième est survenue avec la crise alimentaire et l'explosion du prix des denrées qui ont rendu l'accès aux produits alimentaires encore plus difficile pour les plus vulnérables. Conséquence directe et malheureusement provisoire de cette flambée des prix, la FAO annonçait en septembre 2008 près de 75 millions de personnes en plus victimes de la faim dans le monde (portant le chiffre total à 923 millions de personnes).

— Enfin, troisième peine encourue de l'avis même des dirigeants de la Banque mondiale : la crise financière. Le directeur de la Banque mondiale, Robert Zoellick parle désormais d'une « crise humaine » qui se répand rapidement dans les pays en développement. Le symbole du milliard des victimes de la faim risque d'être franchi sous peu...

Les zones où frappe la malnutrition sont connues et pour la plupart accessibles. Les produits pour traiter la malnutrition existent et sont extrêmement efficaces. Ils permettent un accès et un traitement aisés aux enfants, même dans les zones les plus reculées. Les protocoles de détection et de prévention sont également au point. La faim n'est pas une fatalité. Seule la négligence collective condamne ces enfants à la mort. Ne restons pas les complices de ce crime !

Après les émeutes de la faim, un groupe interministériel français a porté l'idée d'un partenariat mondial pour l'alimentation et l'agriculture qui s'organiserait autour 3 piliers. Le premier est la création d'une coordination internationale permettant d'assurer une meilleure cohérence des politiques mondiales et des actions locales pour la sécurité alimentaire. Le deuxième propose la création d'un groupe international d'experts sur la sécurité alimentaire (GIESA). Enfin, le dernier est un fonds ou une « facilité » permettant de lever des fonds additionnels.

Ce partenariat mondial comprend de nombreuses innovations prometteuses, bien que nous y voyions aussi un certain nombre de points de vigilance dont la part accordée à l'enjeu vital de lutte contre la malnutrition qui nous paraît bien faible.

Aujourd'hui, pour que ce partenariat voie le jour, ce sont les ressources financières qui manquent. Le rôle de la France est déterminant. Malgré une conjoncture économique critique, il nous paraît essentiel que le gouvernement français s'engage sur les 50 premiers millions qui feront boule de neige auprès des autres Etats impliqués dans le projet. Une somme bien dérisoire comparée aux fonds débloqués pour faire face à la crise financière... On nous rétorquera « que ce n'est pas le même chose » ou que « la faim ne fait pas partie des questions stratégiques » : qu'est ce qui est plus stratégique que la vie de près d'une personne sur six sur la planète ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — Politique
Personnel et notes de frais : les dossiers de la députée macroniste Claire Pitollat
Dix-neuf collaborateurs en cinq ans, des accusations de harcèlement et des dépenses personnelles facturées à l’Assemblée : le mandat de la députée du sud de Marseille, candidate à sa réélection, n’a pas été sans accrocs. Notre partenaire Marsactu a mené l’enquête.
par Jean-Marie Leforestier et Violette Artaud (Marsactu)
Journal
En France, le difficile chemin de l’afroféminisme
Dans les années 2010, le mouvement afroféministe, destiné aux femmes noires, a connu en France un certain engouement. Il a même réussi à imposer certaines notions dans les débats militants, mais il peine à se constituer comme un courant à part entière.
par Christelle Murhula
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet