Billet de blog 21 févr. 2011

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

«Soyez raisonnables, ne courez pas le risque démocratique»

Ecrivain, musicien, chroniqueur à ses heures dans la presse brésilienne, Emmanuel Tugny signe une «fable» sur la crainte qu'inspire toujours jusque dans les démocraties la diffusion de la démocratie.

Emmanuel Tugny
Ecrivain, musicien, chroniqueur. Né en 1968.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ecrivain, musicien, chroniqueur à ses heures dans la presse brésilienne, Emmanuel Tugny signe une «fable» sur la crainte qu'inspire toujours jusque dans les démocraties la diffusion de la démocratie.

© 

Un diplomate égyptien, soutenu par des collègues tunisien et jordanien, affiche publiquement, à toutes les tribunes officielles et médiatiques, sa crainte de voir les élections démocratiques s'organiser en France et au Brésil. Son pays craint, dit-il, qu'à l'occasion de ces élections libres, des extrémistes s'emparent du pouvoir. Il interroge au nom de son Etat la nécessité véritable d'organiser des élections démocratiques en France et au Brésil. La démocratie comportant un risque d'élection de majorités dangereuses, il se refuse à soutenir pleinement les démocraties française et brésilienne. Qui sait, en effet, si la démocratie est souhaitable si elle autorise la communauté nationale à élire librement des pouvoirs que l'Egypte et la Tunisie craindraient, pour telle ou telle raison à elles particulière. Le représentant officiel appelle à la responsabilité des peuples français et brésilien : soyez raisonnables, leur dit-il, ne courez pas le risque démocratique, renoncez aux élections, renoncez à cette démocratie dangereuse qui peut vous conduire à élire ces non-démocrates qui vous gouvernaient avant que les élections existent chez vous...

Voilà une fable, me dira-t-on !

Il est bien inventif, celui qui imagine une telle situation, nous nageons en pleine fiction géostratégique, tout cela ferait un beau roman mais quant au vraisemblable...

Non, point de fiction, ici : depuis un nombre insupportable de semaines, nous assistons en effet à l'incapacité de la communauté démocratique mondiale à se réjouir d'un processus démocratique, celui qui est à l'oeuvre dans le monde arabe. C'est un fait.

Le sourire de nos responsables est figé, nous préférons manifestement l'injustice au désordre, nous n'avons pas confiance en l'aspiration pourtant manifeste des peuples arabes à rompre les liens autocratiques qui les brident.

Nous souhaiterions, semble-t-il, que l'autocratie, que le despotisme, fût-il diplomatiquement éclairé (Moubarak) l'emporte sur les soubresauts de l'aspiration au libre choix. Nous faisons mine de croire que des peuples cultivés, inscrits dans les réseaux de communication mondiaux, courent le risque de passer d'une dictature à l'autre, comme cela fut parfois le cas au temps des frontières opaques.

L'on peut comprendre que quelques dictatures craignent que les phénomènes de révolte démocratique constatés dans le monde arabe contaminent leurs espaces sociaux et politiques mais comment admettre que de vieilles démocraties affichent autant de réserve devant ce qu'ils devraient saluer et applaudir à tout rompre ?

Le vieux monde démocratique semble avoir perdu la tête et avec la tête, la mémoire de ses origines frondeuses, révoltées, radicales. Il accueille avec froideur ses frères à venir. Il agit égoïstement et fort imprudemment car les jeunes démocraties arabes sauront se souvenir du peu de soutien reçu de leurs modèles d'antan...

Le vieux monde démocratique est un monde vieux, il a jadis promu liberté et sécurité, le voici bien moins soucieux de liberté que d'ordre, il ne marche plus que sur une jambe frileuse. Il vend devant nous son âme au diable pour être tranquille.

Et ceci n'est pas une fable mais un épisode honteux de l'Histoire de nos démocraties.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Services publics
RER B : voyage sur la ligne qui déraille
Le RER B est la deuxième ligne de train la plus chargée d’Europe, et pourtant elle souffre de nombreuses tares : quatre terminus, un tunnel partagé avec le RER D et, surtout, un sous-investissement chronique de la part de la région et de l’État. Les usagers souffrent, les conducteurs aussi.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Étrangers sous OQTF : la justice recadre la préfecture de Seine-Maritime
Le tribunal administratif de Rouen vient de débouter la préfecture qui demandait aux gestionnaires de centres d’hébergement d’urgence d’exclure de leur dispositif « insertion » les étrangers en situation irrégulière faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire exécutoire. Une décision qui vient contredire les circulaires et les récents engagements du ministère de l’intérieur.
par Manuel Sanson
Journal
La précarité étudiante s’enracine et le gouvernement répond à côté
Le gouvernement vient de débloquer 10 millions d’euros pour soutenir les associations qui agissent en faveur des étudiants précaires. Seulement, les principaux acteurs considèrent que la réponse est insuffisante et attendent des mesures structurelles pour endiguer la pauvreté des étudiants.
par Faïza Zerouala
Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes
Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid