Billet de blog 26 juil. 2014

R12 Un bilan mélancolique ...40 ans plus tard, mais toujours d'actualité!

cerise
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Aujourd'hui chacun s'interroge avec angoisse sur une montée du Front National et moi je repense à l'époque où on disait dans les manifs « Travailleurs français immigrés même patron, même combat »

En même temps dans les années 70, un peu partout il y avait des comités de soutien aux luttes des travailleurs immigrés  sur les questions de logement, de travail.

Dans l'union Locale où je militais en tant que représentante de mon entreprise,  il y exitait un collectif de soutien à une lutte de travailleurs immigrés menacés d'être expulsés de leur hotel du 15 ième arrondissement.

Dans les soutiens il y avait des jeunes de l'Ecole normale de la rue d'Ulm, des maoistes de diverses tendances, des cathos etc... tous ayant fait des études aux côtés des militants  syndicaux des nombreuses boîtes du 15ième à l'époque.

J'évoque ça en me disant : « Cette lutte a duré plus de 3 ans avec des moments forts, des relations se sont forcément nouées entre les « soutiens » et les immigrés. Qu'est-il resté de tout cela ?

Finalement rien, chacun a repris sa route : les uns leur route d'immigré, les autres leur route de « soutien » dans une boîte dela Fonction Publique sans immigrés, les autres dans une université ou dans une  grande école qui fabrique la dite « élite » de la nation.

Finalement tout s'est défait, pourquoi ?

Peut-être que dans les soutiens on faisait un peu les dames patronesses en oubliant d'échanger à égalité avec les immigrés, en ne cherchant pas à se connaître, en ne cherchant pas à comprendre,  leur rapport à leur pays, leur rapport àla France, la vie qu' ils voulaient. De ça on ne parlait jamais.

Peut-être aussi qu'il y avait un vieux fond de racisme colonial qui nous empêchait de considérer les locataires de l'hôtel comme nos égaux

Et cette lutte que tous avaient à la bouche, quel était son contenu réel pour les uns et pour les autres?

En gros, pour les différentes chapelles gauchistes c'était d'abord prouver l'efficacité de son organisation dans la lutte des classes par rapport aux autres groupes. Il fallait être ceux qui défendent les plus exploités, les immigrés.

Alors s'intéresser à la vie que les immigrés vivaient dans cet hôtel, à leurs projets proches et plus lointains, c'était non seulement secondaire mais sans objet.

D'ailleurs quand les expulsions on eu lieu et que le conflit c'est dénoué, les malentendus ont surgi. Les militants syndicaux plus proche des réalités immédiates ont compris les premiers  que la belle unanimité était entrain de se fissurer de toutes part et qu'il fallait sortir du malentendu en donnant la parole aux seuls intéressés.

Devant ceux qui voulaient continuer la lutte a tous prix, un syndicaliste de l'union Locale a proposé que les travailleurs immigrés de l'hotel se réunissent seuls et fassent part de leur décision au groupe.

A l'issue de la réunion « les soutiens » ont été stupéfaits : ils apprenaient que la majorité avait trouvé une solution de relogement collective ou individuelle. Les locataires immigrés de l'hôtel ne leur en avaient rien dit, pour ne pas les décevoir, pour ne pas avoir l'air de renoncer à la lutte, en fait ils s'étaient concertés entre eux sans s'occuper des soutiens.

Par contre ils avaient laissé entendre aux syndicalistes bas de plafond mais nettement plus réalistes.

qu'ils ne comptaient pas passer leur vie dans cet hôtel pourri.

Ce que n'avaient pas bien compris les « soutiens » c'est que les immigrés ne vivaient pas dans un hôtel loué par des marchands de sommeil pour le plaisir de  la lutte, mais pour faire des économies.

Déjà pendant la lutte chacun vivait dans son monde, ainsi il n'est rien resté d'une lutte de 3 ans.

Parce que les bons sentiments politiques, humanitaires, ne suffisent pas et l'idée de la lutte comme bonne en soi évite de rencontrer les individus qui mènent cette lutte et qui eux ne sont pas une abstraction politique. Il ne voulaient pas être expulsés dans n'importe quelle condition c'était cela l'objet réel de leur action à eux.

Parce que dans cette lutte il n'y avait pas égalité, ce quelquechose de vraiment commun qui existe quand les gens travaillent ensemble.

Oui, il y avait des ennemis communs, l'état, le capitalisme mais ils sont loins, le plus proche c'était  le proprio de l'hôtel. 

Parce que il y avait la supériorité intellectuelle des uns sur les autres, celle de ceux qui ont les discours et les autres qui sont seulement invités à dire leur exploitation, leur misère, leur révolte que les militants politiques sont chargés de tranformer en révolution, les malentendus se sont accumulés.

Cette révolution c'est leur parti politique qui la ferait.

Parce que nous les militants français, avons fait l'impasse sur l'histoire coloniale de la France, ils n'ont pas eu la cruauté de nous dire pourquoi ils étaient là, comment ils étaient arrivés dans nos usines en France et pas ailleurs. On avait oublié que dans les années 1830, la Franceavec une certaine caution de son « peuple » les avait spoliés de leur terre et de leur mode de vie

Parcequ'il faut garder une distance entre le collectif et l'individuel, en fait se protéger de l'autre, de sa façon de vivre, de sa culture.

Sans parler jamais, bien sûr de la question des femmes françaises militantes en présence des hommes vivants en célibataires forcés, ce qui faussait les rapports dont une grande part passait par la séduction et qui avait besoin du cadre de la lutte pour se dérouler.

Quand je me rappelle de cette lutte, de la chaleur des relations qu'il y avait, je réalise cet abandon, je me dis qu'on a raté quelquechose qui aujourd'hui serait précieux.

Garder des liens aurait pu donner des billes solides contre les mensonges, les impostures, le populisme du discours de la famille Le Pen.

Bon, encore un bilan négatif, c'est avec des bilans de ce genre qu'on se retrouve avec un Sarkosy et un Guéant. C'est triste à pleurer et comme personne ne veut faire de bilan, on est prêt à recommencer les mêmes âneries avec les sans-papiers.

Du coup aujourd'hui on n'ose même plus dire « travailleurs Français immigrés même patron, même combat » qui est pourtant toujours aussi juste.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon