Billet de blog 2 mai 2011

Comme si le malheur rendait meilleur

Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Nadir DENDOUNE.

Je dois être honnête, ce troisième voyage en Palestine m’affecte moins que les précédents. Est-ce la caméra qui m’accompagne dès l’aube et qui s’éteint tous les soirs très tard qui me sert de bouclier ? Ou peut-être que je m’habitue? Je commence à ressembler aux Palestiniens, à celles et ceux qui doivent tous les jours franchir les checks-points., à ceux qui doivent faire face à l’administration israélienne pour obtenir une quelconque autorisation. La vie de tous les jours pour les Palestiniens est tellement complexe, tellement contraignante, qu’il finit par s’installer une résignation. Sans même s’en rendre compte, comme quelque chose qui glisse tout seul. Une norme se construit de la sorte. Tout en douceur. Le matin, je me lève, Naif me sert un café et on discute.

Il aime les blagues. Les miennes sont parfois lourdingues mais l’humour est universel. Je suis diplômé en vanne, comme beaucoup de personnes ayant grandi dans un quartier impopulaire. Le café avalé, Anissa vient me chercher, toujours dix minutes en avance. Déjà en forme, déjà le sourire gravé sur son visage. Anissa aurait du s’appeler l’Humanité. Une fois, avec elle, nous sommes allés courir très tôt, nous nous sommes perdus deux heures. C ‘était un peu ça sa faute, elle disait qu’elle connaissait la route. C’était chiant quand même mais aujourd’hui, ce souvenir je l’adore. Ce matin là, j’étais pas bien, le cœur en souffrance. La vie sentimentale, la douleur du chagrin d’amour qui fait le plus mal. La journée, je filme, beaucoup. Je regarde partout, j’écoute aussi. Je marche et j’ai l’impression que cette caméra que je porte est comme une combinaison qui me colle à la peau. Je ne suis plus tout seul. Je filme et je vois les Observacteurs s’indigner à tout instant, débattre avec tout le monde, photographier tout pour ne rien rater, prendre leur ordinateur pour écrire ce qu’ils ressentent. Ce voyage les change. Tous. Sans exception.

Ce n’est pas les Bahamas. La première fois que je suis venu ici, je ne dormais pas, j’étais comme un fou, j’étais comme ce mec qui surprend la femme de sa vie au lit avec son meilleur ami, j’en voulais à la France, à la communauté internationale qui n’intervenait pas, qui laissait faire. J’étais plus énervé que le Palestinien lui même et je ne comprenais pas que certains d’entre eux ne soient pas autant en colère que moi. Les jours passent, des amitiés se créent au sein du groupe. Des joies, des joies et encore des joies. Des repas ensemble, des rires. Vive le voyage. Les Palestiniens nous reçoivent comme des Rois. Je dois être honnête, ce voyage me touche différemment. La première fois, j’étais triste pour ce peuple. Aujourd’hui, je suis triste d’être qui je suis. D’être comme je suis. Je les envie presque. Je trouve incroyable que certains d’entre eux arrivent à être heureux. Malgré l’Occupation. Malgré leur quotidien. Comme si parfois, le malheur rendait meilleur…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier