Billet de blog 11 avr. 2011

A(d)mis de justesse

Pour la plupart des Observacteurs, la première rencontre avec Israel a eu lieu à l'aéroport de Tel Aviv, dans la nuit du 11 avril, sous les traits des policiers aux frontières et à l'abri d'une salle de rétention. Les premiers d'entre nous, arrivés à 00h30, n'ont pu être autorisés à entrer sur le territoire qu'à 7h30. Certains ont même du dormir à même le sol.

Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour la plupart des Observacteurs, la première rencontre avec Israel a eu lieu à l'aéroport de Tel Aviv, dans la nuit du 11 avril, sous les traits des policiers aux frontières et à l'abri d'une salle de rétention. Les premiers d'entre nous, arrivés à 00h30, n'ont pu être autorisés à entrer sur le territoire qu'à 7h30. Certains ont même du dormir à même le sol. Avant de nous rendre nos précieux sésames, l'une des agents s'est fait un plaisir de nous rappeler que sans l'intervention des autorités françaises, nous aurions fait demi-tour.

Le plus dur à supporter fut l'incertitude couplée d'un contrôle au faciès flagrant. Sentir, durant des heures, notre sort attaché à la pesanteur du pouvoir de l'Etat, se présentant à nous sous les traits pourtant charmants de la policière qui nous fait subir un interrogatoire aussi mystérieux qu'incompréhensible.

Après avoir été refoulés au contrôle, les douze membres de l'équipe ont du, les uns après les autres et isolés, décliner leur identité, celle de leur père et de leur grand-père. Cette série de questions d'état civil reste à nos yeux absurde. Les autorités israéliennes nous ont ensuite demandé toutes nos adresses mails, nous laissant entendre la possible vérification de leur contenu.

Jusque là, le réconfort d'être en groupe nous laissait dans l'espoir d'une issue rapide. Après huit heures de vol, nous mourrions tous d'envie d'entrer enfin en Israël puis en Palestine. L'attente ne faisait pourtant que commencer dans une salle lugubre dont la peinture blanche jaunie et les lambeaux d'affiches au mur allaient vite nous mener vers un début de désespoir. Alors que les heures tournent, que la fatigue et la faim se font sentir, nous sentons que notre sort nous échappe, placés sous le joug d'un pouvoir implacable. Celui qui va décider de la suite de notre voyage. Celui qui nous permettra, ou non, d'entamer la découverte de cette region que nous préparons depuis si longtemps.

Encore une fois, malgré les « cautions » que l'on a pu présenter, rien n'y a fait. On se dit vraiment que comme souvent, voire toujours, Israël fait ce que bon lui semble, sans tenir compte du monde qui l'entoure. Jusqu'à nous mettre en garde sur les actions illégales que nous pourrions commettre durant notre séjour Clairement, ce qui est insoutenable et donc frappé du sceau de l'illégalité pour les dirigeants israéliens est notre soutien indéfectible au peuple palestinien.
Nous avons croisé des personnes à l'allure "convenable", qui elles n'avaient pas le même tort que certains d'entre nous : porter un nom à consonance ...
Mais tout comme nous, ces voyageurs ont été choqués par le contrôle au faciès, évident mais qu'ils n'imaginaient tout de même pas. L'image d'Israël s'écorne et cet accueil y contribue.

Arrivés à l'hôtel, nous déposons les bagages et allons nous emparer de Jérusalem. Cette ville a quelque chose d'inexplicable qui fait qu'on ne l'oublie pas, et qu'on s'y sent chez soi.
Après avoir visité les lieux saints des trois religions, nous avons continué de nous imprégner de cette ville en attendant de nous reposer avant le départ prévu demain destination.....

NB : la fatigue et le clavier expliquent les quelques maladresses et fautes....

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier