Billet de blog 18 avr. 2011

Un Dimanche à Jéricho

Par Anissa.Il est environ quatorze heures quarante cinq quand le car stationne sur le parking donnant accès à la mer morte. La chaleur est écrasante à Jéricho et nos sacs a dos plus chargés que d’habitude : maillots de bain pour certains, paréo pour d’autres, empressement de découvrir ce lieu mythique pour tous.

Madjid MESSAOUDENE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Par Anissa.

Il est environ quatorze heures quarante cinq quand le car stationne sur le parking donnant accès à la mer morte. La chaleur est écrasante à Jéricho et nos sacs a dos plus chargés que d’habitude : maillots de bain pour certains, paréo pour d’autres, empressement de découvrir ce lieu mythique pour tous.

La veille, la journée passée à Hébron avait été éprouvante etaujourd’hui le besoin irrépressible de décompresser les pieds dans l’eau amotivé le groupe pour être, pour une fois, à l’heure au point de rendez – vous.

Nombreux sont les touristes à se précipiter vers le portique d’accès à cette plage unique et mythique: « rabza », « renoi »,« chinois » : une véritable pub Benetton.

Un garde à l’entrée veille au bon déroulement du franchissement de ce « checkpoint » plus agréable que ceux précédemment franchis. Mais hélas, une fois encore, la déception et la colère sont au rendez – vous. L’accès à la mer est payant : 45 shekels soit l’équivalent de neuf euros.

C’est la zone mon frère !

Zone B en l’occurrence, autrement dit : territoirepalestinien, sous contrôle israélien.

« Que fait – on ? » lance Madjid.

Un tocard propose de chevaucher un petit muret, donnant sur la plage,mais très vite un cerbère nous en empêche, nous alertant sur la présence demines, tristes vestiges de la guerre des six jours.

Passablement excédés, nous revenons sur nos pas et Madjid renouvèle sa question.

L’hésitation fait rapidement place à l’adoption d’une résolution commune :pas question de cautionner cette privatisation injuste d’un lieu situé t enterritoire palestinien et qui devrait, par sa charge historique, être ouvert à tous.

Je crois que ça va pas être possible

Par ailleurs, nous en avons été témoins : sous nos yeux, un groupe de Palestiniens de moins de 35 ans s’est fait refoule aux seuls prétextes de leur potentielle dangerosité liée à leur nationalité.

Les Palestiniens âgés de plus de soixante ans peuvent aussi avoir accès à la plage, mais l’exercice de ce privilège reste assez aléatoire.

Ici, on refoule aussi bien que devant les boites de nuit parisiennes. Allez, circulez jeunes Palestiniens, pour vous y a rien à voir ! Qui sait ce que vous cachez derrière vos slipsde bain… Impuissants, écœurés, épuisés par la chaleur, nous rebroussons chemin.

Ce soir, le moral est aussi bas que le niveau de la mer morte…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda