Billet de blog 25 oct. 2016

Ce week-end, le documentaire «My name is Gary» en intégralité sur Mediapart

Située dans l'Indiana, aux Etats-Unis, la ville fut la reine de l'acier et le berceau de Michael et Janet Jackson, tout comme celui de Joseph Stiglitz. Elle fut surtout la première à élire, en 1968, un maire noir, Richard G. Hatcher. Aujourd'hui devenue ville fantôme, elle raconte aussi les Etats-Unis. Ce documentaire de Frédéric Cousseau, Blandine Huk sera diffusé en intégralité sur Mediapart.

Sophie Dufau
Journaliste
Journaliste à Mediapart
© Blandine Huk & Frédéric Cousseau

A l'heure où le premier président noir des Etats-Unis, Barack Obama, achève son dernier mandat, My name is Gary, documentaire sorti en 2015, raconte en 85 minutes une certaine histoire de l'Amérique, celle de la ségrégation, du racisme et de la désindustrialisation. Il sera visible dès ce week-end et pendant trois mois sur notre site.

Comme chaque mois, voici l'avis d'un membre du réseau Images en Bibliothèques, partenaire de Mediapart pour la sélection des films que nous diffusons. A propos de My name is Gary, Jean-François Baudin, de la bibliothèque départementale de Rhône, écrit :

« Gary est le nom d’une ville de l’État de l’Indiana dans la banlieue de Chicago. Cette ville industrielle a connu un essor foudroyant au moment du climax de l’industrie automobile grâce à son industrie de l’acier. Elle est connue pour être la ville natale de la famille de Mickael Jackson. Fondée au début du XX° siècle par la compagnie U.S. Steel Corp., la ville a accueilli une forte population noire issue des États du Sud et utilisée comme main d’œuvre dans les aciéries. La coexistence des deux communautés noires et blanches ne s’est pas faite aisément. Lors de l’élection de Richard G. Hatcher, premier maire noir des États-Unis, en 1972, de nombreux blancs quittèrent la ville pour fonder plus au sud la cité de Merrilville.

Aujourd’hui la ville de Gary, désertée depuis l’effondrement des cours de l’acier, est devenue une ville fantôme, lieu de nombreux trafics, sources d’une criminalité exacerbée.

Le portrait de cette ville est aussi un portrait en creux de l’histoire du XX° siècle américain. De l’héritage des guerres de Sécession à l’essor économique sans précédent, des problèmes raciaux aux discriminations sociales et économiques, différents témoins raconte cette histoire mouvementée dans un décor urbain marqué par la décrépitude des rues et des maisons abandonnées. Parmi les témoins, notons une longue interview de Richard G. Hatcher, le premier maire noir de Gary et des USA.

Le film est à la fois un objet mémoriel important et un plaidoyer pour une ville meurtrie : en posant la question cruciale d’une inévitable recomposition urbaine qui semble ne pas se concrétiser en dehors de la volonté de ses habitants vouloir transcender les ségrégations passées. »

Chaque mois, Mediapart et Images en bibliothèques vous proposent un documentaire intégral. Pour retrouver l'ensemble de cette programmation, cliquez ici.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
En Ukraine, des militantes viennent en aide aux « survivantes » de viols de guerre
Un collectif encore très confidentiel de victimes de violences sexuelles dans le Donbass, membre du réseau mondial SEMA, se mobilise en Ukraine pour repérer et accompagner les rescapées des viols commis par les soldats russes. Mediapart a pu les suivre.
par Rachida El Azzouzi
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Sur les réseaux sociaux, les jeunes chercheurs obligés de « se vendre »
Précaires et soumises à une concurrence croissante, les nouvelles générations de chercheurs sont incitées à développer leur « marque » personnelle sur Twitter, Instagram voire TikTok. Non sans effets pervers.
par Aurélien Defer
Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis