Fred Oberson
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

A l'heure suisse

Suivi par 110 abonnés

Billet de blog 10 mai 2020

VIVE LE CONFINEMENT !

Voici deux mois qu'il n'en fait qu'à sa tête.

Fred Oberson
Cultive les oliviers et l'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Voici deux mois qu’il n’en fait qu’à sa tête. Concocté par une cohorte d’édiles scientifiques et politiques, le confinement tire ses dernières cartouches. Par retard, négligence et l’absence de matériels adéquats pour juguler ce virus venu d’ailleurs, l’État, qui l’a introduit, fait marche arrière toute ! Malgré une myriade de soignants dévoués à leurs risques et périls, faute de moyens, impossible de résister à ce tueur qui a causé la mort de milliers de personnes. Et qu’on se le dise… ça va continuer...

Dès le 11, chiffre fatidique, le bon peuple doit se démerder avec une nouvelle technologie que l’on nomme le « déconfinement », ce mot inculte - de technocrate - qui ne figure pas dans le petit Larousse ! D’un jour à l’autre, on lâche quasiment tout : les bagnoles, les 100 km, le tour d’horloge, la consommation tout azimut, l'industrie, le bâtiment, l'artisanat, les services les parcs, les plages peut-être, la compresse dans le métro et les bus.

A bas l’écologie, la route est libre pour le réchauffement de la planète. Comble de la bêtise, on rouvre les librairies en n’ayant plus le temps de lire ! A chacun de se débrouiller pour jouer à cache-cache avec cette pandémie héritée des Chinois. Après les gilets, le péril jaune est de rigueur ! Au boulot les feignasses, ça coûte un pognon de dingue de toucher un salaire les bras croisés.

Adieu le bon temps, on va souffrir avec la suppression du confinement et de nouvelles mesures annoncées au coup par coup par des ministres désemparés. De nouveaux intervenants au niveau des préfets, des conseillés généraux, des maires et autres députés rebelles ont voie au chapitre.

Et regretter ces deux mois de calme, de silence, ne plus entendre le vacarme des bagnoles, écouter le gazouillis des oiseaux, faire grasse matinée, courir cinq-sept au magaz, préparer de bons petits plats, être enfin le chef de la cagna, gronder les mioches, la gifle ayant repris du poil de la bête. Faire des signes à la voisine d’en face, la rejoindre vite fait au local poubelle. Fini la causette avec la dame âgée du cinquième. Fini ce changement de vie dont on avait pris goût, le temps de prendre son temps, de revivre son passé, sa jeunesse débridée. Boire son pastaga avec les copains en visio-apéro. Plus moyen de découvrir une cité déserte, ces ruelles historiques, ces bâtiments de style imposant. L’abandon de ces chères tomates plantées hors sol sur le balcon et les salades mazoutées au coin de la rue.

Fini le télétravail à la va comme je te pousse avec le loisir de visionner en cachette des films pornos sur l’ordi. Restera les souvenirs notés jour après jour sur un agenda pour la postérité, du genre : « rien à signaler » ou « idem » !

J-1

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet de blog
Le bocal de la mélancolie
Eric Zemmour prétend s’adresser à vous, à moi, ses compatriotes, à travers son clip de candidat. Vraiment ? Je lui réponds avec ses mots, ses phrases, un lien vidéo, et quelques ajouts de mon cru.
par Claire Ze
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau