Fred Oberson
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

A l'heure suisse

Suivi par 113 abonnés

Billet de blog 10 août 2013

Fred Oberson
Cultive les oliviers et l'écriture...
Abonné·e de Mediapart

UBS passe à la caisse !

Fred Oberson
Cultive les oliviers et l'écriture...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© 

Pour mettre fin à la poursuite d’investisseurs grugés par UBS dans les années 2007/2008, ils recevront 120 millions de dollars, selon la Tribune de Genève, ICI.

Voici ce que je publiais en 2009 à propos des agissements délictueux de UBS, dans « Dis, Papy, c’est quoi la crise », coédité avec Mediapart. Et ses malversations continuent, notamment en France.

…UBS, Union de Banque Suisse, la première banque du pays, la troisième du monde, ayant pourtant la réputation d’être un établissement de toute confiance, annonce une perte cumulée, au cours des années 2007 et 2008, de 50 milliards de francs suisses ! Cette perte équivaut au montant de son capital et elle devait logiquement déposer son bilan et se déclarer en faillite.

Pour faire face à une situation désespérée, l’UBS émet un emprunt de 13 milliards, puis un deuxième de 15 milliards, remboursables en actions auprès du Gouvernement de Singapour, d’un investisseur du Proche-Orient et de diverses banques. Mais cela ne suffit pas car elle s’est engagée, via sa filiale américaine, dans les subprimes jusqu’à concurrence de 200 milliards !

Afin d'éviter la banqueroute, la Confédération Suisse lui octroie, en octobre 2008, un crédit de 6 milliards et la Banque Nationale Suisse prend en portage pour 46 milliards de placements douteux, l’équivalent du budget annuel de la Suisse ou de 7.000 francs par habitant ! De peur de tout perdre, des milliers de clients se précipitent à ses guichets pour retirer plus de 226 milliards en quelques semaines. Le cours de l’action UBS passe de 80 francs en 2007 à 10 francs en février 2009 ! Merci pour les 130.000 petits actionnaires qui ne représentent que 2,3% du capital et n’ont forcément rien à dire lors de l’Assemblée générale. Pour tout viatique, ils recevront une pomme et un sandwich !

En matière de « bonus », les gnomes de Zurich font encore plus fort ! Malgré la perte de plus de 4 milliards en 2007, l’UBS versera 12,5 milliards de bonus à ses cadres et à ses employés. En 2008, elle promet une somme inférieure de 80% : la modique somme de 2 milliards... soit 25.000 francs au lieu de 156.000 par salarié ! Sur le dos des contribuables helvétiques car, selon certaines rumeurs, la perte de l’année 2008 serait de l’ordre de 20 milliards !

Le responsable de cette débâcle n’est autre le que président du conseil d’administration de la banque, Marcel Ospel, qui, depuis son arrivée au pouvoir, en 2004, n’a eu de cesse d’assouvir son ambition de faire de l’UBS la plus grande banque du monde. Il coule des jours heureux dans sa propriété des bords du lac de Zurich, à la tête d’une fortune de plus de 100 millions ! Dans son livre: Marcel Ospel, L’homme qui est allé trop loin, Editions Favre, Jacques Neirynck dresse un portrait sans concession du “fossoyeur” de l’UBS ! …

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Cinéma
Les Français désertent le grand écran, le septième art broie du noir
Affecté par la baisse plus forte que prévu des fréquentations en salles et par l’arrivée des plateformes américaines, le cinéma français voit son modèle économique chamboulé.  
par Mathias Thépot
Journal
Le cinéma, emblème d’une politique culturelle fantoche
Alors que des professionnels lancent une journée d’appel à des états généraux du cinéma, jeudi 6 octobre, la politique culturelle sur le sujet demeure aussi introuvable que problématique.
par Joseph Confavreux
Journal
Un Nobel de la paix contre Poutine et Loukachenko et pour les droits humains
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Europe
Lev Ponomarev : « La folie de Poutine progresse à mesure qu’il perd, puisqu’il ne sait pas perdre »
Lev Ponomarev, co-fondateur de Memorial, co-lauréat du prix Nobel de la paix 2022, opposant à Vladimir Poutine, est un défenseur des droits, en exil pour avoir protesté contre l’invasion de l’Ukraine. Il dresse le tableau d’une Russie aussi accablée qu’accablante. 
par Antoine Perraud

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac