Suisse : la dame à la rose et le roi-patron

Historique : le Parlement suisse, qui a été l’un des derniers pays à accorder le droit de vote aux femmes, a élu un gouvernement à majorité féminine : 4 femmes sur les 7 membres du Conseil fédéral. La nouvelle élue, Simonetta Sommaruga, est une socialiste convaincue, sénatrice influente et ancienne défenseur des consommateurs. Elle remplace un ministre à bout de souffle, qui a siégé 16 ans au gouvernement. Avec la ministre des Affaires étrangères, les socialistes ont un duo de choc au gouvernement fédéral.

Le nouvel élu, Johann Schneider-Ammann, est patron d’une entreprise spécialisée dans les machines de chantier et la construction. Il est aussi vice-président d’economiesuissse, l’équivalent helvétique du Medef. Un poids lourd de l’économie, dont la fortune est estimée à 450 millions d’euros. Il occupera le siège libéral-radical (centre droit) d’un ancien ministre des Finances, malade, dépassé par les événements et poussé à la démission par son parti.

Que de chemin parcouru pour les femmes, en Suisse, depuis quarante ans ! Les électeurs leur ont accordé le droit de vote aux élections fédérales, en 1971. Mais, dans l’irréductible démocratie montagnarde du demi-canton d’Appenzell Rhodes Intérieures, il a fallu attendre le 27 novembre 1990 pour que la Landsgemeinde (l’assemblée populaire) vote à mains levées, sous la pression des féministes qui avaient porté plainte au Tribunal fédéral.

L’image a fait le tour du monde : le landamann (président) demande aux milliers d’électeurs réunis sur le Ring (la place de l’assemblée), tous porteurs de l’épée traditionnelle, de lever la main s’ils acceptent de donner le droit de vote aux femmes. Une forêt de mains pour. Qui est contre ? Une forêt aussi dense. A Appenzell, selon la tradition millénaire, on ne compte pas les voix, on les estime. Impossible de trancher. Après une brève concertation, le landamann proclame que les femmes auront le droit de vote. La guerre des sexes mettra encore un an à se calmer.

Quelques années plus tôt, le landamann Raymond Broger, l’homme fort du canton, m’avait expliqué pourquoi. Il était à la fois président du gouvernement, du Parlement et du Tribunal cantonal. Un roi réélu à mains levées depuis 20 ans. Vous comprenez, m’expliquait Broger, les femmes ne s’intéressent pas à la politique. Leur domaine, c’est la maison. Et, de toute façon, il n’y aurait pas assez de place sur le Ring pour les électrices !

Mais un gouvernement à majorité féminine ne suffira pas à résoudre les problèmes de la Suisse. Traditionnellement, selon des règles non écrites, le gouvernement fédéral est une coalition de sept membres, élus par le Parlement et censée représenter l’équilibre des paris. C’est ce que les Suisses appellent la concordance. Le système, appelé “formule magique” depuis 1959, n’a pas trop mal fonctionné pendant un demi-siècle. Par mer calme, tous les marins tiraient à la même corde. Par gros temps, ça s’est gâté.

L’entrée tonitruante au gouvernement, en 2003, de Christoph Blocher, le millionnaire leader de l’UDC (un parti nationaliste, anti-européen et ouvertement xénophobe) a bousculé le jeu. Son éviction, quelques années plus tard, a “ouvert la boîte de Pandore. Chaque parti se sent désormais libre d’utiliser la moindre élection partielle pour tenter de modifier la composition du gouvernement. Avec quel argument? Simplement en proposant sa propre interprétation de la formule arithmétique”, explique le quotidien Le Temps.

En Suisse, les partis de la coalition entendent contrôler celles et ceux qu’ils ont élu au gouvernement. Il n’y a pas de programme gouvernemental et le président, élu chaque année, n’a qu’une fonction représentative. La Suisse ne connaît pas le modèle majorité-opposition. C’est la démocratie directe qui joue le rôle de “contrôleurs des équilibres”, rappelle Le Temps. En clair, comment gouverner quand les partis et les groupes d’intérêt ont en main l’arme redoutable du referendum pour s’opposer à une loi votée par le Parlement ?

Il faudra aux quatre femmes du gouvernement et à leurs trois collègues masculins beaucoup d’intelligence politique et beaucoup de sens de l’Etat pour retrouver une cohésion, avant les élections fédérales de l’automne 2011.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.