Les Suisses votent sur la souveraineté alimentaire.

UNITERRE, organisation syndicale paysanne a lancé une initiative populaire sur la souveraineté alimentaire, souhaitant la faire inscrire dans la Constitution.

Le 23 septembre, les Suisses voteront sur l’acceptation ou le refus de la défense économique et morale des exploitants agricoles et du monde rural devant les autorités politiques et vis-à-vis des partenaires économiques, administratifs et juridiques.

Il faut faire face aux grands défis de notre époque de façon responsable et solidaire. Ainsi, inscrire la souveraineté alimentaire dans la constitution, c’est prendre au sérieux les soucis et les demandes de la population.

En deux mots, la Suisse ne faisant pas partie de l’Europe, elle a la liberté d’établir des quotas et des droits de douane sur les importations d’aliments, ou autres produits, ne respectant pas les mêmes normes helvétiques. (Avec parfois des menaces de rétorsion)

Voici le texte soumis aux citoyens :

Art. 104c Souveraineté alimentaire

1 Afin de mettre en œuvre la souveraineté alimentaire, la Confédération favorise une agriculture paysanne indigène rémunératrice et diversifiée, fournissant des denrées alimentaires saines et répondant aux attentes sociales et écologiques de la population.

2 Elle veille à ce que l’approvisionnement en denrées alimentaires indigènes et en aliments indigènes pour animaux soit prépondérant et que leur production ménage les ressources naturelles.

3 Elle prend des mesures efficaces pour:

a. favoriser l’augmentation du nombre d’actifs dans l’agriculture et la diversité des structures;

b. préserver les surfaces cultivables, notamment les surfaces d’assolement, tant en quantité qu’en qualité;

c. garantir le droit à l’utilisation, à la multiplication, à l’échange et à la commercialisation des semences par les paysans.

4 Elle proscrit l’emploi dans l’agriculture des organismes génétiquement modifiés ainsi que des plantes et des animaux issus des nouvelles technologies de modification ou de recombinaison non naturelle du génome.

5 Elle assume notamment les tâches suivantes:

a. elle soutient la création d’organisations paysannes qui visent à assurer l’adéquation entre l’offre des paysans et les besoins de la population;

b. elle garantit la transparence sur le marché et favorise la détermination de prix équitables dans chaque filière;

c. elle renforce les échanges commerciaux directs entre paysans et consommateurs ainsi que les structures de transformation, de stockage et de commercialisation régionales.

6 Elle porte une attention particulière aux conditions de travail des salariés agricoles et veille à ce qu’elles soient harmonisées au niveau fédéral.

7 Pour maintenir et développer la production indigène, elle prélève des droits de douane sur les produits agricoles et les denrées alimentaires importés et en régule les volumes d’importation.

8 Pour favoriser une production conforme aux normes sociales et environnementales suisses, elle prélève des droits de douane sur les produits agricoles et les denrées alimentaires importés non conformes à ces normes et peut en interdire l’importation.

9 Elle n’accorde aucune subvention à l’exportation de produits agricoles et de denrées alimentaires.

10 Elle garantit l’information et la sensibilisation sur les conditions de production et de transformation des denrées alimentaires indigènes et importées. Elle peut fixer des normes de qualité indépendamment des normes internationales.

 

Art. 197, ch. 12

12. Disposition transitoire ad art. 104c (Souveraineté alimentaire)

Le Conseil fédéral soumet les dispositions légales nécessaires à l’exécution de l’art. 104c à l’Assemblée fédérale au plus tard deux ans après l’acceptation de cet article par le peuple et les cantons.

Voici le sondage du 17 août 2018 :

 

sondagessr-sa

Mais à la suite d’une campagne du lobby agro-industriel, de la grande distribution et des milieux économiques, les derniers sondages prévoient l’échec de cette initiative.

Verdict demain dimanche 23 septembre en fin de journée !

 

Les Suisses balaient les deux initiatives alimentaires, mais plébiscitent le vélo

- Les deux initiatives agricoles ont été nettement rejetées dimanche dans les urnes. Selon les projections de gfs.bern pour la SSR, l'initiative pour des aliments équitables est refusée à 62% et l'initiative pour la souveraineté alimentaire à 70%.

- Seuls quatre cantons romands ont accepté ces textes, Neuchâtel, Genève, Vaud et le Jura, alors que Fribourg, le Valais et toute la Suisse alémanique ont dit massivement non.

- C'est en revanche un large oui à plus de 70% pour l'arrêté fédéral qui propose d'inscrire le vélo dans la Constitution. Tous les cantons diraient oui à cet objet.

- Les citoyens du canton de Saint-Gall ont par ailleurs accepté à plus de 66% d'interdire la burqa, alors que ceux des Grisons ont décidé que deux langues étrangères seront toujours enseignées en primaire. Une hausse des impôts a aussi été repoussée à Obwald.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.