Dieudonné, quand l'exception fait la règle.

Le CRIF, la LICRA, les associations anti-racistes, ont vocation et, comme les particuliers, le droit de saisir la justice contre ce qu'ils estiment une mise en cause inacceptable de leurs valeurs ou de leur conscience morale.

C'est normal, dans l'ordre des choses et la justice statue.

A ce titre, Dieudonné a été jugé et condamné plusieurs fois.

Les médias peuvent traiter l'information et porter aussi leur sensibilité vers l'un ou l'autre des adversaires qui vont régler leur différent en justice.

Cependant, l'élémentaire éthique de leur métier, va consister à éviter de jouer les procureurs, puis sans renier leur avis particulier, donner le droit de réponse que l'on est en droit d'attendre de quelqu'un qui est jeté en pâture à la vindicte publique. Si la personne mise en cause refuse de s'exprimer, on s'attachera au moins à rapporter le conflit avec le minimum d'équité.

La position de l'Etat, dans ce type d'affaires, sera celle d'arbitrer, de dire le droit et de ramener la paix publique nécessaire à une société civilisée.

Celle du ministère de l'intérieur devra être de s'attacher à fournir à chacun la sécurité et la sauvegarde de ses droits constitutionnels.

Celle du président de la république, de veiller à ce que les institutions observent la stricte neutralité dans les conflits entre organisations ou entre particuliers.

Voilà la règle.

Ensuite, nous avons l'exception.

Quand les médias relaient sans cesse, avec un fonctionnement de rouleau compresseur sur les consciences, la condamnation d'un individu, fut-il coupable, quand le ministre de l'intérieur assure des organisations de droit privé qu'il va écraser l'impétrant, quand le président de la république prend publiquement position, enfin, quand des membres du gouvernement renchérissent, nous avons un énorme problème.

Qui est ce danger national qui permet de couper court à toutes les sécurités et toutes les procédures légales qui protègent  la personne individuelle, afin de ramener l'ordre et la sécurité, un terroriste en pleine action?

Non, un humoriste.

Mais que se passe-t-il donc dans ce pays?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.