Une réponse à "Des quenelles à Oradour-sur-Glane."

J'ai participé à un fil ici

Le fil a fermé, alors que je poursuivais un échange avec des commentateurs.

J'imagine donc que mon point de vue a pu choquer, donc j'ai effacé mes contributions, je déteste imposer un point de vue que je comprends pour être parfaitement choquant, à des gens qui tiennent à des principes que je respecte profondément, mais qui font l'objet de secousses, pour répondre à d'autres principes, que j'estime pour ma part encore plus élevés.

La contestation, la révolte, la liberté d'expression.

Contre l'ordre et la révérence, les tabous, pour utiles qu'ils puissent être, ainsi que le respect des idoles sacrées, même s'il est fondé.

Les commentaires sont là pour étayer la rencontre et la rupture entre ces ces principes.

Nous aurons peut-être l'occasion d'en débattre, dans cette édition précisément pensée  autrefois "faite pour cela".

Il s'agit d'abord ici de clarifier et étayer mon point de vue dans les commentairtes, de le questionner et le contredire, mais bien sûr de l'exprimer.

Puisque le blogueur a scellé l'entrée de son fil, où la discusssion avait lieu, estimant qu'elle était sans objet, ou que je n'étais pas d'un avis recevable, peut-être par la forme, ou par le fond,

Je ne le saurais jamais tant qu'il n'aura pas donné son sentiment, mais c'est son droit de tenir un blog à sa manière.

Ici, j'ai surtout décidé de répondre au très honorable Olala, qui ne craint pas l'échange, malgré mon mauvais esprit récurrent, ni lui-même de présenter un avis tranché. Mes excuses au blogueur du billet concerné, si je l'ai conduit à fermer son fil, pour que je m'en aille, il suffit de demander.

Vive la liberté, mais vive la paix des esprits, aussi.

Quelle que soit leur capacité d'ouverture, comme leur degré de conformisme, on l'ignore tant que l'on n'en n'a pas ressenti le franchissement des limites.

Le cas qui nous occupe est exemplaire à ce propos.

Voilà où nous étions rendus:

08/02/2014, 20:18 | Par Passifou

Poussez-vous!

Laissez-moi passer!

Que je donne un avis un peu à contre-courant, quoi. Ne tapez pas tout de suite. svp.

Mince, on a quenellé Oradour-sur-Glane...Pas possible...

On ne respecte plus rien, ma parole!

Et oui, c'est justement l'effet recherché.

Vvvvrrrrp! Retour en arrière.

Donc dieudonné crache sur les camps de la mort, etc...

Il s'attaque de face et en force, au consensus le plus génral, celui qui jette l'opprobre et la condamnation éternels sur le nazisme.

Donc, "c'est un nazi, hurlent les bonnes âmes, révoltées. Donnez-le moi que je le finisse!"

Ben, non, ce n'est pas un nazi, même pas un antisémite.

Par contre, pour la provocation, il est costaud.

Dieudonné, c'est l'éveilleur des consciences. Expliquons-nous.

D'un côté, il réveille les consciences fascistes, les nazillons, tout heureux de se voir ramenés au centre de l'attention des démocrates congestionnés, qu'ils haïssent, hou, la, la...

Et va-z-y que je te quenellesise à tout va tout ce qui est marqué de l'étoile de David ou antinazi.

La quenelle un salut nazi inversé? Avec Anelka qui s'en permet une à la télé?

Ô bonheur, ô joie dans le monde antisémite et antidémocrate, raciste, négationniste et antibolchevique viscéral.

C'est simple, pour eux, le MRG, c'est Staline et le FN, l'antichambre du parti communiste.

Ensuite, il redonne la joie de vivre aux antisionistes. Ben, oui, après tout, on trouve dans le paquet des pro-palestiniens justement révoltés, mais aussi des anti-axe américano-européo-sioniste, qui notent ensemble que la Shoah n'a pas à servir la propagande que les uns dénoncent ici, avec une certaine mesure, quand les autres la voient partout. 

Enfin, il fait se questionner d'autres, qui réfléchissent toujours en dehors, sur la marge, ou la rive, au bord du torrent qui embarque tous les raisonnements

Et oui, pour ne pas se retrouver trempé, il faut sortir son parapluie, et savoir si ce qui tombe, c'est bien de la pluie ou de la merde.

C'est simple, on reconnaît la pluie à ce qu'elle vous nettoie la nature, l'autre, on sait tout de suite, ça a une odeur et de la couleur...

Donc, on y revient, le consensus indiscutable et indiscuté, c'est le nazisme. Or, comment se faire mieux entendre dans une société ou le bruit du convenu couvre toutes les saloperies, si ce n'est justement en taguant le mausolée devant qui tous viennent s'agenouiller.

Est-ce celui de la traite des noirs? Des millions d'êtres, on ne sait combien de morts, de déplacés, avec les conséquences que l'on sait pour des millions de descendants, dont les derniers ne sont pas encore sortis de l'ostracisme et du mépris dans les deux amériques et leurs îles? Non.

Est-ce celui des colonisés? Dont on a vu partout le destin historique, avant et après la décolonisation, avec la spoliation comme règle de droit en vigueur, encore et toujours? Sans parler de l'héritage de malheurs, de guerres, dont ils vivent quotidiennement le patrimoine laissé et entretenu par les puissances colonisatrices? Non.

Est-ce celui des victimes de toutes les guerres provoquées par les appétits impérialistes et capitalistes? Ceux de 14-18, venus des campagnes de France, du Maghreb, de l'Afrique noire, et de celles d'allemagne? Ceux des guerres d'avant dans les pays du Moyen-orinet et d'Asie? Ceux qui tombent aujourd'hui, dans les armées ultramodernes et ces civils dans des rues qui n'ont jamais connu autre chose que la terre battue? Non.

On pleure sur le souvenir des massacrés d'Oradour, mais on a oublié pourquoi.

On pleure sur la Shoah, mais on a oublié au nom de quoi, on ne pleure pas sur la misère du monde, les gosses qu'on enterre, les adultes qui s'égorgent, pour que les rois du monde viennent se faire lécher la main par les patrons des grandes démocraties.

Alors Dieudonné passe par là, il vous le rappelle, à sa façon, qui n'est pas académique, mais au moins elle est audible... Bande de crocodiles.

08/02/2014, 20:20 | Par Fantie B. en réponse au commentaire de Passifou le 08/02/2014 à 20:18

Mais Oradour, Passifou ?

Quel rapport avec la Shoah et tout le reste ?

08/02/2014, 20:55 | Par Passifou en réponse au commentaire de Fantie B. le 08/02/2014 à 20:20

Rigolant

Pourquoi des gens font la grève de la faim devant les assemblées et pas à la maison?

Parce que si on se laisse crever dans son petit chez soi, personne ne vous voit.

Si les deux quenelliers d'Oradour sont des fachos, qu'on leur casse la gueule, je suis volontaire, ou qu'on les abatte sur place, où on les trouvera, mais si ce sont des antisystèmes, ils ont fait exactement ce qu'il fallait où il fallait.

Et les mânes des martyrs d'Oradour sont avec eux.

Comme celles de toutes les victime du système qui les a tuées aujourd'hui même.

08/02/2014, 20:57 | Par OLALA en réponse au commentaire de Passifou le 08/02/2014 à 20:55

non 

 

08/02/2014, 21:04 | Par Passifou en réponse au commentaire de OLALA le 08/02/2014 à 20:57

Ah bon?

Et bien, quand vous verrez un dépôt de gerbe, avec la sonnerie aux morts, et les culs serrés autant que les lèvres, avec un air de dignité compassée...

Regardez bien qui s'incline, qui l'accompagne, le coeur dégoulinant de bonne conscience, pendant que leurs copains, leurs associés, leurs complices, accomplissent plus de mal, en une heure, que les nazis ne l'ont rêvé.

On se demande qui est l'insulteur, pour de vrai.

08/02/2014, 21:10 | Par OLALA en réponse au commentaire de Passifou le 08/02/2014 à 21:04

Non ce sont des fachos ou des crétins finis qui n'ont rien dans la tête , surtout pas une conception du monde qui se tienne,  parce que, antisystème y a rien de plus vague ni de plus nébuleux comme idée , une pensée politique claire  ne mélange pas tout.

08/02/2014, 21:14 | Par Passifou en réponse au commentaire de OLALA le 08/02/2014 à 21:10

Si ce sont des fachos, j'ai déjà dit ce que j'en pensais.

Quant aux moyens de la lutte contre le système, tant qu'elle n'est pas violente autrement que pour choquer les conforts moraux à géométrie variable, et bien j'offre une quenelle, xxl, pour vous et pour eux.

08/02/2014, 21:17 | Par OLALA en réponse au commentaire de Passifou le 08/02/2014 à 21:14

Choquer mais pour dire quoi , pour proposer quoi ensuite ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.