Mediapart aura-t-il le bon sens de re-ouvrir le fil d'Adonis ?

 A V I S      A U X     L E C T E U R S  

M. Antoine Perraud, auteur de l'article entretien  Adonis, la poésie arabe qui secoue mondes et religions,  publié le 3 octobre, a aussitôt décidé de re-ouvrir le fil des commentaires, une heure après la publication de ce billet, qui a ainsi atteint sa raison d'être. Je ne le supprimerai pas, il a eu sa raison d'exister. 

Description de cette image, également commentée ci-après

Je voudrais signaler la situation malheureuse et honteuse - et je l'espère, temporaire - qu'a à subir l'entretien du poète Adonis, qui a été verrouillé à l'expression publique sur le site de Mediapart après seulement une trentaine de commentaires. L'auteur de l'entretien, croyant bien faire, a fermé le fil des commentaires, tout en infligeant aux abonnés qui n'ont pas eu la perspicacité de saisir vite l'enjeu de ce qui se jouait dans le fil, ce châtiment de ne pouvoir exprimer leur opinion éclairée, participant ainsi, contre leur gré, et par ce silence imposé, à aggraver la mésentente générale concernant la place et le rôle des laïcs dans les sociétés où le débat sur le rapport entre islam et politique est actuellement l'enjeu capital, alors que c'est en défense de cela qu'était appelée la voix du poète.  

Ne sommes-nous, citoyens européens, plus capables de défendre un poète? ou pour le moins de confronter nos idées aux siennes tout en respectant les lois qui fondent l'espace public démocratique ? sommes-nous réduits à parler par le truchement d'un seul et unique journaliste, érigeant autour de l'interviewé une barrière de sécurité ? 

Si les responsables du site Mediapart nous considèrent incapables de formuler le moindre jugement, si on pensera de nous que nous n'avons ni la sensibilité ni la capacité de formuler un positionnement politique sur ce qui est en train d'arriver sur les rives sud de la Méditerranée, ni savoir chercher des informations permettant d'étayer ces positions, si on pensera que nous ne savons discuter ni du communautarisme ni de la laïcité, qui sont les arguments dont traite Adonis dans l'entretien, et tout cela à la fois en Europe comme dans les pays où tout cela est rendu difficile voire parfois impossible, et dans tous les cas risqué, à quoi bon nous donner à lire des articles ? A quoi bon continuer à espérer que l'information et la culture participent de la construction de cette Europe des peuples, de la construction tout bonnemment du dialogue avec les autres  ?  

L'image du poète Adonis ne peut être ternie par l'opinion exprimée par un seul ou quelques uns. Il le sait bien, lui, qui a eu à affrontrer maintes fois ce type de situation dans des pays où la liberté d'expression est brimée tous les jours, mais peut-être pour la première fois ici en France. Que le fil de l'entretien d'Adonis soit donc réouvert au public ! et que ce débat qui avait si bien commencé puisse avoir lieu à la lumière et non pas dans le dos du journaliste, ou pire, du poète. 

A preuve que la position de Mediapart est en faveur de ce débat, mentionnons parmi les nombreux articles sur le sujet, celui daté du 13 juillet 2011, diablement plus audacieux, documenté par la lettre de Adonis au président Assad, évoquée trop rapidement dans l'entretien.

Vu des médias arabes. De drôles d'intellectuels arabes… 

http://www.mediapart.fr/journal/international/130711/vu-des-medias-arabes-de-droles-dintellectuels-arabes 

L'entretien avec le poète Adonis à ce lien : 

Adonis, la poésie arabe qui secoue mondes et religions

03 OCTOBRE 2013 |  PAR ANTOINE PERRAUD 

http://www.mediapart.fr/journal/culture-idees/031013/adonis-la-poesie-arabe-qui-secoue-mondes-et-religions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.