Dieudonné, la fin de l'antisémitisme en France.

Avec le référé et la décision du conseil d'Etat nous avons vu l'interdiction de jouer n'importe quel spectacle dans tout le pays à un homme.

Parce que si l'on a décidé d'interdire le Mur, il est évident que l'on veut maintenant condamner à la ruine et à l'obscurité Dieudonné, la personne individuelle.

Il a été condamné pour antisémitisme, alors qu'il disait dénoncer parfois le sionisme.

Il a ét été condamné pour ses idées.

Plus loin, l'ensemble des spectateurs, des milliers qui le suivent ou bien qu'il interpelle et rend curieux, ont aussi été interdits de spectacle, au nom de quoi? Du trouble à l'ordre public.

En fait, on les accuse évidemment d'être ou de bientôt devenir des antisémites, puisqu'ils se fendent la poire à écouter le mariole.

A présent, on réfléchit aux moyens de pousser l'interdiction jusqu'à censurer, après le théâtre, les vidéos sur internet.

Donc, les quelques millions de gens qui ont vu ces vidéos et attendent d'en voir d'autres, sont aussi interdits de nourrir leur jugement, c'est qu'ils sont antisémites ou sont en train de le devenir.

N'importe quelle personne de bonne foi voit le niveau atteint par la police de la pensée, la censure morale dédiée à une vision de la vie, le décret d'un ordre naturel, il est interdit d'aborder certains sujets, non seulement dans l'histoire, mais maintenant partout.

Qu peut croire que cela va se passer sans souci?

Qui peut croire que cela se passe sans conséquences?

La première, c'est que l'on vide l'accusation d'antisémitisme de sa substance.

Aujourd'hui, être antisémite, ce n'est plus de haïr les juifs à vouloir leur nuire, c'est de partager une idée, ou une dénonciation ou une manière de rigoler, qui n'ont rien à voir avec la haine des juifs. Et la propagande et le matraquage médiatique toujours dans le mêm sens unitlatéral ne change rien, ils peuvent occuper et interdire aux autres avis l'espace médiatique, on continue à penser.

Aujourd'hui, la dénonciation de l'antisémtisme a singulièrement perdu de sa force.

Pensent-ils, nos censeurs, qu'un jour ils vont finir de la faire disparaître, par leurs excès?

Personne ne peut supporter longtemps d'être obligé de poser la main sur le coeur et jurer qu'il n'est pas un nazi, ou qu'il n'est pas antisémite, avant de donner son avis.

Quant à se faire traîner en justice ou perdre son travail, sous prétexte qu'on a eu un moment une pulsion antisystème, faisant un geste décidé être pro-nazi par la doxa des puissants, se rend-t-on compte de ce qui est en train de nous arriver?

On sait qui gagne au lynchage de Dieudonné. Ce ne sont pas les défenseurs de l'antiracisme.

La lutte contre l'antisémitisme d'autrefois vient d'être durablement entamée, va-t-elle s'en relever?

Mais peut-être cela arrange-t-il les intérêts des amis de la guerre de faire mousser le n'importe quoi, pour conitnuer à profiter des amitiés des puissants et continuer à occuper le terrain de l'oppression.

Après tout, tant que ça dure, ça dure, le tout c'est d'encaisser au maximum les dividendes à court terme de l'attention, on se fout des principes. Ils sont contents les amis de Vals en ce moment, ce sont les rois des médias. Le reste, ils s'en balancent.

Et les bonnes âmes à sens limité et unique leur servent de petits soldats, en oubliant les principes eux aussi, sous prétexte d'efficacité.

La démocratie, c'est lourd, lent et inefficace, à très court terme, oui, mais c'est aussi fragile, quand on l'éborgne, elle part dans le fossé. Cependant, elle vous fait une humanité à vivre qui s'inscrire quotidiennement dans l'Histoire.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.