Une alliance, oui, mais pour une alternative (sinon, rien)

APPEL COLLECTIF à une conférence nationale pour l'unité à la présidentielle et pour des législatives citoyennes.

Membres ou sympathisants de mouvements écologistes, du Front de gauche, de la France Insoumise, électeurs lors des primaires de l'écologie ou du PS, nous nous félicitons de l’appel de Benoît Hamon à des discussions avec Yannick Jadot, Jean-Luc Mélenchon et les forces du Front de gauche. Nous nous félicitons également des nombreux appels à l'union à l'initiative de la société civile.

Nous sommes convaincus de la nécessité d'une alliance allant de la gauche du PS jusqu'au Front de gauche et aux écologistes. Les grandes lignes du projet semblent partagées : la recherche du bonheur plus que de l'accumulation, une sixième République plus décentralisée et démocratique, des outils concrets pour l'intervention populaire dans la politique, le revenu universel, la lutte déterminée contre toutes les discriminations, la légalisation du cannabis, la transition écologique (sortie du nucléaire, recyclage, biodiversité ...), la transformation de la gouvernance des entreprises, le partage du travail et des revenus, l'évolution des sources de taxation, la révolution fiscale...

Un front populaire pour la souveraineté du peuple sur la finance, pour la Terre, pour la paix, la primauté de la quête du bonheur sur les logiques mortifères, n'est-ce pas chaque jour plus d'actualité ?

C'est pourquoi l'enjeu est bien au-delà de "la présence d'un candidat de gauche au second tour". En soi, cela n'a pas de sens pour nous.

Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot ont raison de renvoyer à Hamon la seule question qui compte : au-delà du candidat, quelle majorité pour quel projet ? Quel rapport de confiance ? 

Certes, le projet de Benoît Hamon est de notre point de vue le plus satisfaisant proposé par un socialiste depuis longtemps, même s’il faudrait l’infléchir encore sur de nombreux points, comme la nécessité d'une sortie rapide du nucléaire et non la seule réduction de son poids dans le "mix" énergétique. Mais surtout, il y a un problème de confiance.

Benoît Hamon ne doit pas donner l'impression de rejouer la gauche plurielle de Jospin. Car, hormis des premiers mois prometteurs (sous la pression du mouvement social), elle fut une succession de reniements qui a abouti à l'abstention d'un million d'électeurs socialistes au premier tour en 2002 et à la présence de l'extrême-droite au second tour. François Hollande déclara que son ennemi était la finance et fit la politique de la finance. Nous n'avons pas la mémoire courte : cette perte de confiance, ce sentiment que le PS fait campagne "à gauche toute" et gouverne à droite a un nom et une date : "tournant de la rigueur" et 1983.

Une malédiction ? Non, des questions structurelles sur ce que sont le Parti socialiste et la cinquième République. Avant d'envisager une candidature unique à la présidentielle ou même un investissement confiant dans un nouveau front populaire écologique et social, il nous faut d'abord nous attaquer à ces problèmes de fond. (...)

(...) Qu'est-ce que cela signifie concrètement ? Une primaire Mélenchon-Jadot-Hamon, avec réouverture à des candidatEs (surtout des candidates...) qui ne se sont pas présentées auparavant aux primaires ? Un retrait des trois pour une personnalité de la société civile ou du mouvement social consensuelle dans notre espace politique ? Un tirage au sort entre les trois comme le propose Utopia ? Oui, tout sauf un accord d'appareil ou une soumission aux sondages.

Mais l'important n'est pas là, surtout si l'on veut rompre avec la vision monarchique. L'important ce sont des législatives bousculées par l'intervention citoyenne. (...)

 

L'intégralité de l'appel (et la possibilité de le signer) sur :
https://frama.link/2017-alliance-ecolosociale

 

Premiers signataires : Thierry Astolfi (citoyen), Benoît Aublet (citoyen), Luc Bastard (citoyen), Yves Bastard (citoyen), Lucile Blavy (sympathisante PS), Raymonde Bonnet (altermondialiste), Fethi Chouder (militant unitaire), Véronique Dubarry (EELV), François Dubreuil (EELV), Héloïse Duché (militante féministe), Julien Dussart (EELV), Rémi Fillau (militant associatif), Josette Gazzaniga (citoyenne engagée), Aïda Ghazal (citoyenne), Pierre Gineste (citoyen d'Ensemble), Guillaume Grima (Appel pour un nouvelle primaire, une secondaire), Judith Humery (citoyenne), Michel Jondot (retraité, responsable associatif), Benjamin Joyeux (citoyen et écologiste européen), Léonie Lavignotte (volontaire service civique), Stéphane Lavignotte (Ensemble - Front de gauche), Michel Lepesant (ami de la décroissance), Richard Loiret (citoyen militant de l'Economie Sociale, Solidaire et Ecologique), Thomas Luquet (PS), Benoist Magnat (citoyen), Colin Maheu-Gourmelon (EELV), Marie-Dominique Monferrand (citoyenne), Jean-Claude Moog (militant associatif), Patrick Petit (EELV), Claudine Reboux (E ! Besançon), Jacques Simon (conseiller municipal Ensemble à Évry, 91), Cathy Soubles (citoyenne), David Stewart (sympathisant socialiste et écologiste), Marie-Camille Wautriche (citoyenne)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.