22 interrogations sur la réforme du lycée en général et sur la réforme du lycée pour les SES et la série ES en particulier

La consultation du projet de maquette pour la future seconde rendu public mardi 22 octobre sur le site du Ministère de l'Education nationale laisse apparaître une

Interrogation 2 : Parmi les modules semestriels d’approfondissement ou d’exploration offerts en seconde, lesquels et combien seront respectivement obligatoires pour poursuivre dans chacun des 4 parcours en cycle terminal ?

Interrogation 3
: Tous les modules semestriels proposés pourront-ils être poursuivis au second semestre ? Si non lesquels pourront être poursuivis ?

Interrogation 4
: Comment, au second semestre, regrouper les élèves entre ceux qui découvriront le module et ceux qui le continueront ? Y aura-t-il 2 programmes différents par matière concernant les modules voire 3 pour les matières qui sont aussi obligatoires ?

Interrogation 5
: Que deviennent les heures dédoublées ? Dans quelles matières y en aura-t-il ? Combien ? Quels seront les futurs effectifs par classe en modules ?

Interrogation 6
: Pourquoi les Sciences de gestion ne sont-elles pas dans le parcours Technologies pour entrer dans le parcours Sciences de la société ?

Interrogation 7
: Les actuels élèves de la série technologique STG seront-ils des lycéens du parcours Sciences de la société ? Si oui avec quel dosage entre Sciences Economiques et Sociales, Histoire-géographie et Sciences de gestion ? Est-ce une fusion de la série ES et STG qui ne dit pas son nom ?

Interrogation 8
:
- Combien de modules de Math, Physique-Chimie, SVT, Informatique et société numérique un élève devra-t-il avoir validé en fin de cycle terminal pour le parcours Sciences ?
- Combien de modules de littérature, arts et histoire de l’art, langues vivantes et anciennes ( et philosophie ?) … un élève devra-t-il avoir validé pour le parcours Humanités ?
- Combien de modules de Sciences Economiques et Sociales, Histoire-géographie et Sciences de gestion (!) un élève devra-t-il avoir validé pour le parcours Sciences de la société ?
- Combien de modules du parcours Technologies et quel volume horaire de matières générales (non technologiques) un élève devra-t-il avoir validé pour le parcours Technologies ?


Interrogation 9
: Comment seront évalués les semestres ? A quelle date ? De façon nationale et anonyme ou en Contrôle en Cours de Formation ? Que devient le baccalauréat ? Quelle adéquation entre les parcours et les débouchés post-bac selon l’intensité de la coloration ?


Interrogation 10
: Quand les élèves de seconde choisiront-ils leurs modules par semestre ? En fin de collège ? En début de semestre ? 2 par 2 ou les 4 en début d’année de seconde ? Quel degré de souplesse cela nécessitera-t-il dans la gestion des groupes d'élèves, des emplois du temps des élèves et des services des enseignants ?


Interrogation 11 : La semestrialisation va-t-elle conduire à une annualisation du temps de travail des enseignants ? Y’aura-t-il des quotas d’élèves par modules pour rendre adéquat la Dotation Horaire Globale avec les demandes des familles en matière de modules semestriels ? Dans le cas contraire, que feront les enseignants excédentaires, comment satisfaire les demandes dépassant les moyens dans chaque établissement ?


Interrogation 12 : Le groupe classe existera-t-il encore ?


Interrogation 13 : Au lycée un semestre égale 4 mois de cours (si on ôte les vacances), comment instaurer une relation pédagogique, inscrire les apprentissages dans la durée, notamment transmettre des méthodes propres à chaque discipline en si peu de temps ? Ces cours semestrialisés induisent-ils un recentrage sur les seuls savoirs fondamentaux, les méthodes étant exportées dans le module d’accompagnement ?


Interrogation 14 : Quels seront les enseignants qui s’occuperont de l’encadrement des modules d’accompagnement ? Que deviennent les COPsy, les professeurs principaux ? Qui enseignera le module Informatique et société numérique ?


Interrogation 15 : Quid de l’enseignement de la philosophie en cycle terminal ?


Interrogation 16
: Comment seront découpés les programmes actuels pour rentrer dans les modules semestriels de 3h ? Quelle cohérence, pour chaque matière, des modules entre eux sur les 3 ans de lycée ? Y’aura-t-il un ordre pour suivre les modules de telle ou telle matière ? Les modules de mathématiques, histoire-géographie, philosophie, sciences économiques et sociales, sciences de la vie et de la terre, physique-chimie, sciences de gestion seront-ils les mêmes pour tous les lycéens quel que soit le parcours ? Quelle complémentarité sera-t-il possible d’atteindre entre les programmes des modules semestriels pour chaque parcours ?

 

 

Interrogation 17 : Compte tenu du calendrier extrêment resseré pour la mise en oeuvre de la réforme (2009 pour la seconde, 2010 pour la première et 2011 pour la terminale) quels modalités et moyens va se donner le ministère pour refondre ou recomposer les programmes ? La maquette du cycle terminal sera-t-elle connue avant la rentrée 2009, c'est-a-dire avant que les élèves de seconde ne choisissent leurs 4 modules ?

 

 

Interrogation 18 : Que deviennent les Travaux Personnels Encadrés en cycle terminal véritable espace d'apprentissage de l'autonomie (avec les heures dédoublées) au lycée ?

 

Interrogation 19 : Combien de modules de chaque discipline seront-ils offerts ? Particulièrement en SES où l'horaire élève est actuellement compris entre 5 et 7 heures hebdomadaires et annuelles en première et 6 et 8 heures en terminale ?


Interrogation 20 : Pourquoi l’Education Civique Juridique et Sociale devient Instruction civique, « enseignée » par les seuls professeurs d’histoire-géographie alors que l’ECJS pouvait être « enseignée » par tous les professeurs volontaires, notamment les professeurs d’histoire-géographie, de SES et de philosophie ?


Interrogation 21
: Il est clair que cette réforme du lycée organise la concurrence entre les matières au sein de chaque établissement pour attirer à elle le maximum d’élèves dans les modules semestriels « librement » choisis, mais aussi entre les enseignants d’une même matière dans le choix des modules enseignés (qui sera au premier semestre, qui au second, qui en modules d’enseignement général, d’approfondissement, d’exploration ?), et enfin entre lycées selon la diversité des modules offerts. Que deviendra le travail d’équipes interdisciplinaires ? Que deviendront nos services d’enseignement ? Quels seront nos rapports avec des élèves qu’ont ne voit que 3 heures par semaine pendant 4 mois ?

 

 

Interrogation 22 : Allons-nous nous opposer à cette réforme du lycée qui masque mal la volonté gouvernementale de baisser la dépense publique pour l’éducation et de casser les statuts des enseignants (disparition du temps de travail hebdomadaire, services et groupes classe variables sur l’année, disparition des IUFM, mastérisation et réforme des concours), tout en dégradant les conditions d’apprentissage des élèves (affaiblissement du groupe classe, moins d’heures de cours, moins d’heures en demi classe, perte du temps annuel donné aux apprentissages) ? La hiérarchie des séries n’est en rien remise en cause, elle en sortira même renforcée pour les enfants des milieux favorisés aptes à choisir les "bons" modules. La démocratisation du lycée (permise notamment par les bac pro, la diversité des séries technologiques et la série ES) en panne depuis 1995 ne sera en rien relancée par cette réforme du lycée (l’offre de séries lisibles, cohérentes et diversifiées diminue, même si des améliorations doivent être apportées aux actuelles séries).


Marjorie GALY, Enseignante de Sciences Économiques et Sociales au lycée Koeberlé de Sélestat (Alsace).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.