Les normes au Québec sont beaucoup moins oppressante qu’en France

Québec est une ville francophone du Canada mais pourtant, elle est bien différente de la France. En effet, pour y avoir passé deux mois de vacances, j’ai pu voir un mode de vie totalement différent et cela est un gros changement… Par Jonathan Faure

Pour moi qui n’ai pas le contact facile, la mentalité québécoise est quelque chose de super.

En effet, les québécois et même les canadiens en général n'ont pas le regard moqueur et critique comme l’ont les français sur l'apparence physique, le style vestimentaire ou l’orientation sexuelle. Les personnes corpulentes ne sont ni montrées du doigt, ni exclues.

Tout le monde s'habille à sa manière et personne ne se critique la dessus. Les différences en matière d'orientation sexuelle ne choquent pas, au point de passer inaperçues ! Les normes au Québec sont beaucoup moins oppressantes qu'en France.

La nature est aussi plus présente. On peut voir des animaux que l’on ne voit pas ici tels que des ratons laveurs  ou des moufettes (surtout ne pas crier car elles pourraient prendre peur et emettre une odeur peu agréable)... Ces animaux ne sont pas dans des coins reculés de la campagne mais en ville !

L’économie est aussi totalement différente au Québec. Amateur et amatrice de soldes : cet endroit est fait pour vous. Des réductions allant jusqu'à 80%... Cependant, attention : les taxes ne sont pas incluses dans les prix, alors pensez à les calculer (ne faites pas comme moi qui suis arrivé à la caisse sans les avoir calculées et qui me suis retrouvé bête).

Les magasins sont aussi très différents, ils ne sont pas ciblés comme ici, par exemple on trouve à manger et à boire à la pharmacie… C’est troublant, au début.

Gros défaut de cet endroit : les écarts de températures … En été, il fait 30° à l'ombre, tandis qu' en hiver il fait -40° (il est peu conseillé de rester deux heures dehors dans ce genre de cas). Le style vestimentaire ne change cependant pas beaucoup de l’été à l’hiver, mis à part l'épaississement du manteau…

Par ces différences, je me suis senti dépaysé, mais à mon retour sur le sol français j’ai du prendre le tramway, j’ai accidentellement bousculé quelqu’un qui s’est mit à m'insulter… Je me suis dit : “qu’est-ce que je fais ici ?”. Bref, vive la France -_-. 

Jonathan FAURE, Pigeon2Poche, lycée Nord Bassin, Andernos (33)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.