J'ai vu des vrais riches, ça change des personnes de mon quotidien...

J'ai assisté à la fashion week 2016 lors de mon stage au musée des arts décoratifs au 107 rue de Rivoli. Les grandes marques de luxe, comme Berluti, louent l'espace, installent leur podium, les loges et font venir des mannequins du monde entier. J'ai assisté au défilé du grand créateur Alexandre Vauthier et de la marque turque Dice Kayek. Par Toulaye

Le public n'était pas de ma classe sociale. Ce sont des vrais riches ! J'ai vu vraiment des personnes très aisées. Je ne me sentais pas du tout gênée, au contraire, ça change des personnes que je vois tous les jours habillées en racaille ou des faux riches, des mecs avec des "grandes marques de luxe" comme Gucci, Louis Vuitton, Louboutin, etc., juste pour montrer qu'ils ont de l'argent. Là, j'ai vu des vrais riches ! J'ai kiffé ! J'ai vu un autre monde !  J'ai vu des journalistes, la télé aussi, des mannequins, des choses que nous ne voyons pas souvent.

J'ai trouvé les mannequins moches !

Les mannequins sont vraiment impressionnantes, super grandes, super minces. Quand elles marchaient, j'avais peur qu'elles se cassent en mille morceaux. Je les ai trouvées moches, avec des joues creusées, limite anorexiques, teint moche pâle, voire gris, pas belles à voir. Je ne pensais pas qu'elles étaient comme ça.

À la télé, on vend ce métier comme s'il était parfait. C'est du mensonge ! Métier de m… !

À la télé, on vend ce métier comme s'il était parfait. C'est du mensonge ! En coulisse, les managers de l’événement stressaient les coiffeuses, maquilleuses, habilleuses et surtout les pauvres mannequins. Avant l'événement, elles ne doivent pas manger. Métier de merde. Mais, j'ai vraiment aimé car j'ai découvert un autre monde que personne, en temps normal, ne connaît. C'était super malgré le stress. J'ai beaucoup aimé les décors et le défilé était incroyable. J'ai adoré !

Toulaye (terminale), PPL Actus, lycée professionnel Paul Painlevé, Courbevoie (92)

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.