Billet de blog 11 juin 2015

Homophobie mon amour

Vendredi dernier, j’étais en SVT. Ou peut être était-ce celui d’avant, je ne sais plus. Toujours est-il que c’était un chaud vendredi, lourd après-midi qui anesthésierait un boeuf et fige le temps dans la pénombre d’une salle de classe. Ce temps même qui pousse votre oreille à écouter, dans votre dos, la discussion blasée chuchotée par les cancres du dernier rang plutôt que le discours monotone caractéristique du prof harassé par la chaleur. Par Simon Lambert

Rédaction Lycéenne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi dernier, j’étais en SVT. Ou peut être était-ce celui d’avant, je ne sais plus. Toujours est-il que c’était un chaud vendredi, lourd après-midi qui anesthésierait un boeuf et fige le temps dans la pénombre d’une salle de classe. Ce temps même qui pousse votre oreille à écouter, dans votre dos, la discussion blasée chuchotée par les cancres du dernier rang plutôt que le discours monotone caractéristique du prof harassé par la chaleur. Par Simon Lambert

 Les paupières mi-closes, je me laissais dériver avec la discussion des cancres, radeau de fortune dans une mer d’ennui. Tout à coup, le radeau tangue, craque ; les cancres se gondolaient. Entre deux ricanements, j’entendis un seau d’eau glacé qui me fit l’effet de propos homophobes (la preuve, j’en perds mes mots). Je vous les rapporte ici, sans exagération ni précision absolue, mais dans les grandes lignes (et en modifiant le nom).

“He regarde ! Antoine se dandine ! C’est tellement un pédé ce mec ! Regarde ! Regarde ! Avec son bras là, il fait sa grande folle, haha. Vas-y Antoinepédé, t’es le plus fort ! Antoinepédé ! Antoinepédé !”

Pardon? Ça, en 2015, dans la banlieue (trop?) bien pensante de Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine, France? Dans un lycée où le racisme est d’une proportion qui donne le sourire? Et ce n’est pas tout. Lorsque je me mis à gronder sévèrement mais à voix basse les méchants, le prof me demanda rhétoriquement si quelque chose n’allait pas. A ma réponse il répliqua mollement : “Ah... Oui, c’est vrai que ce n’est pas bien. Reprenons.” Deuxième pardon? Si l’article B-4 (Principe de laïcité et discrimination) du chapitre Droits et obligations de notre règlement intérieur ne précise rien au propos de l’orientation sexuelle, il me semble évident que ce genre de comportement doit être pour le moins blâmé, quand il est explicitement écrit qu’un élève peut se retrouver face à la justice pour de tels propos quant à l’appartenance religieuse ou ethnique d’autrui. J’espère ne pas vous blesser, cher professeur, mais votre tolérance m’abasourdit et me désole. Un comble, alors que je fais la critique de l’intolérance de mes petits (d’esprit) camarades. Pour rappel, pédé est un diminutif de pédéraste, soit un homme d’âge mûr attiré par les hommes plus jeunes. Il va sans dire que de nos jours la pédérastie est plutôt mal vue. C’est un peu comme si je disais Antoinebougnoule, en fin de compte. Tiens, on pourrait faire une expérience : en combien de temps reçoit-on insultes des élèves et sanctions de l’équipe pédagogique si j’appelle mes camarades Arabes “Achrafbougnoule” et les Noirs “Raïsanégresse”? C’est ici le paradoxe de la situation : nous avons toutes les cartes en mains pour combattre le racisme, alors que l’homophobie, pffffff, rien. Ni les adultes, ni les enfants. Qui plus est, aucun lycéen censé n’irait dire qu’il est Lepeniste, pourtant notre lycée est empreint d’une sorte de doux fascisme qui classe les sexes et sexualités extrêmement durement, dans lequel aucun écart de genre n’est toléré !

La preuve par une autre anecdote : malgré l’article Droit de publication et d’affichage de la partie A du chapitre Droits et obligations du même règlement intérieur qui stipule que “les publications peuvent être librement distribuées dans le lycée, elles doivent être signées et ne pas porter atteinte aux droits d’autrui ni à l’ordre public” je me suis vu refuser l’affichage d’une affiche sans illustration avec pou simple inscription “Journée Nationale de la bisexualité. RDV place machin à telle heure” sans aucun motif. J’imagine que ça peut choquer les plus jeunes, hein, une affiche aussi explicite ! Et avec le climat actuel de montée de tous nos copains d’extrême droite, le niveau de tolérance raciale et LGBT (Lesbian-Gay-Bi-Trans community) risque de perdre encore des points. Réagissons !

Simon Lambert, Le Cancre, lycée Jacques Prévert, Boulogne-Billancourt (92)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles depuis des années dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 37 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
Contrôleuse des lieux de privation de liberté : l’année Covid en prison
Mis en garde par la Contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL) pour les risques de cluster dans les prisons, le gouvernement a brillé par sa passivité. Rien d'étonnant, tant ses alertes et préconisations restent systématiquement lettre morte.
par lien-social
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart