Hôpital : le travail à la chaine, c'est possible !

2012 c'est finit, la fin du monde aussi. Et pourtant, à l'aube de l'année 2013, peut on vraiment dire que tout va pour le mieux ? La réponse est évidement non : guerres au Moyen-Orient, crises politiques, réchauffement climatique.. Mais ne suffirait-il pas de regarder dans le lieu le plus représentatif de la bienveillance humaine pour se rendre compte que oui, c'est vraiment la merde ? Petit zoom sur le monde merveilleux de l'hôpital...

2012 c'est finit, la fin du monde aussi. Et pourtant, à l'aube de l'année 2013, peut on vraiment dire que tout va pour le mieux ? La réponse est évidement non : guerres au Moyen-Orient, crises politiques, réchauffement climatique.. Mais ne suffirait-il pas de regarder dans le lieu le plus représentatif de la bienveillance humaine pour se rendre compte que oui, c'est vraiment la merde ? Petit zoom sur le monde merveilleux de l'hôpital... Avec la crise et la hausse du chômage, le social c'est ce dont nous avons de plus en plus besoin. L'hôpital dans nos esprits innocents, c'est la base de tous ça. Quand on pense à l'hôpital on vois des gens qui sont là pour s'occuper de nous, un système entièrement tourné vers le bien être humain et la santé. Pure logique. 

 

 

Mais l'hôpital a dépassé la logique, il est entré dans le 21ème siècle et la mondialisation. Comme tout le reste il a été emporté dans cette folie qui a désormais dépassé les hommes : faire du chiffre, toujours et pour tout. Un patient ? Qu'importe de l'écouter, de répondre à ses besoins et de le soigner convenablement. Il doit sortir au plus vite avant de ne plus représenter un coût, mais un bénéfice. Et tant pis s'il reviens deux jours après, il aura quand même coûté moins cher. 

Quand ma mère, infirmière de nuit dans un des hôpitaux de Créteil, me parle de son travail, il n'y a rien de beau. Manque de personnel, manque de matériel, administration qui voudrait casser les équipes, pas le temps d'être à l'écoute des patients... En somme un personnel qui ne peux plus travailler comme il le devrait et une direction qui chercher à rentabiliser le tout. Rentabiliser... ça me soulève le coeur de penser que dans un hôpital, on puisse penser à faire du chiffre, pas vous ?

Malheureusement, il est clair qu'avec une ministre de la santé qui a été professeur de sciences économiques et commerciales et n'a jamais, de prêt ou de loin, été au contact du monde hospitalier, il semble compliqué que tout cela puisse avancer. Comment bien gérer quelque chose dont on ne connait pas vraiment les besoins ? Quand on a été formé à l'économie plus qu'au social ?

Et tout ceci, c'est une magnifique représentation de ce qu'est devenu le monde : une immense machine où le plus important ce sont les biens immatériels. Peut être que c'est ça qu'il nous manque, des gouvernants qui se rappellent qu'avant l'argent, il y avait l'homme et la terre. C'est nous et notre environnement que nous devons protéger. Le reste viens ensuite.

Perrine, Kaboom, Lycée Blaise Pascal, Brie-Comte-Robert (77).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.