Lettre ouverte aux élèves qui foutent la m… en cours

Tous les jours, vous venez en cours juste pour perturber et empêcher les autres de travailler. Il y a ceux qui ont des objectifs et ceux qui ne savent pas vraiment ce qu’ils viennent foutre en cours. Par Shasha MSB

Lettre ouverte aux élèves qui foutent la m… en cours 

Tous les jours, vous venez en cours juste pour perturber et empêcher les autres de travailler. Il y a ceux qui ont des objectifs et ceux qui ne savent pas vraiment ce qu’ils viennent foutre en cours. Rien en tête, ils ne pensent qu’à faire chier les profs et les autres élèves qui veulent travailler. Franchement, je vous assure, c’est trop triste  de vous imaginer que, tous les jours, vous vous levez, vous vous préparez, vous  prenez votre bus et une fois arrivée, vous ne faites rien au lycée. Vous venez juste pour perdre votre temps.!! Des bavardages qui ne cessent jamais.

Pensez à vos parents qui veulent votre réussite

De nos jours, les jeunes ne savent pas vraiment la vraie valeur de l’école et à quel point ça aide :  être diplômé, avoir un  bon boulot et aussi être une personne très importante dans la société. Mais non ! Vous, ça ne vous dit absolument rien du tout le lycée ! Et après ? Après, c’est pour devenir un voyou, un bon à rien ! Vous choisissez des chemins qui ne vous mèneront que vers des ennuis, des problèmes et … la mort. Prenez conscience de votre avenir, pensez plutôt à des choses positives dans vos vies et non à des choses bêtes. Oui, vous voulez acheter des chaussures, des vêtements, des voitures, mais si vous ne travaillez pas, comment allez vous faire pour les acheter ?

Pensez à vos parents ! À toutes les dépenses qu’ils font pour vous, leur confiance envers vous et aussi à ce qu’ils attendent en retour. Ils ne vous enverraient pas à l’école s’il n’y avait pas un but, la réussite.

Shasha MSB (1ère Gestion administration), PPL Actus, lycée professionnel Paul Painlevé, Courbevoie (92)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.