Les roses noires, un documentaire sur la lutte des filles pour trouver leur féminité

Les roses noires est un documentaire d’Hélène Milano passé sur France 3 et dont une version longue est sortie en salle en octobre 2012. Ce film parle des jeunes filles des quartiers. Elles prennent la parole. Elles habitent dans le sud de la France, en banlieue marseillaise, et dans la banlieue parisienne. Elles ont entre 13 et 18 ans.

Les roses noires est un documentaire d’Hélène Milano passé sur France 3 et dont une version longue est sortie en salle en octobre 2012. Ce film parle des jeunes filles des quartiers. Elles prennent la parole. Elles habitent dans le sud de la France, en banlieue marseillaise, et dans la banlieue parisienne. Elles ont entre 13 et 18 ans.

Agir comme un garçon manqué pour échapper à la mauvaise réputation

Avec toute la richesse d’un français pas très soutenu, elle racontent d’abord l’exclusion liée au langage. Mais elles se confient aussi sur la puberté, l’angoisse de devenir une femme, l’innocence perdue, sur la difficulté d’être une fille en banlieue aussi avec la nécessité de s’adapter, d’adapter ses vêtements et de ressembler finalement à des garçons. En effet, pour ne pas avoir la vie dure, il faut devenir un garçon manqué affirme l’une d’elle. Agir comme un garçon manqué pour cacher ses faiblesses et se montrer forte au regard des autres.

S’accommoder des codes imposés par les garçons

Elles disent qu’elles essaient de s’accommoder des codes imposés par les garçons. Elles parlent de leur vie, le peu de rêves qu’elles s’autorisent, leur peur à toutes de voir leur réputation détruite … par quoi ? Un malentendu, une mauvaise blague, la malchance tout simplement. Dans ces quartiers où mettre une jupe fait de vous une pute, ces jeunes filles luttent pour trouver leur féminité.

Trouver la sérénité sans se cacher derrière ses frères

La vie de ces filles est dure. Mais, ce n’est pas pour autant qu’il faille se cacher derrière ses frères pour trouver la paix ou du respect. Je pense que si on se respecte soi-même si on réfléchit intelligemment, on peut vivre normalement. C’est normal d’avoir peur de tous ces regards et de toutes ces rumeurs autour de son image, mais certaines filles ont à peu près 13 ans et ne savent pas trop ce qu'est la vraie vie d’une femme. Ce documentaire est très touchant, j’ai hâte de voir la suite.

 

Miss D., Bal'Actu, LP Daniel Balavoine à Bois-Colombes (92).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.