Dieudonné : la bête immonde ?

A moins que vous ne viviez dans une grotte, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de vous rappeler les événements qui ont marqué ce début d'année. Comme plusieurs millions de personnes, j'ai été informé, j'ai observé, j'ai participé. J'ai ensuite été interpellé, par une phrase. « Je me sens Charlie Coulibaly ». Une nouvelle fois, Dieudonné fait parler de lui. Par Jordan Guerin-Morin.

A moins que vous ne viviez dans une grotte, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de vous rappeler les événements qui ont marqué ce début d'année. Comme plusieurs millions de personnes, j'ai été informé, j'ai observé, j'ai participé. J'ai ensuite été interpellé, par une phrase. « Je me sens Charlie Coulibaly ». Une nouvelle fois, Dieudonné fait parler de lui. Par Jordan Guerin-Morin.

Dieudonné M'Bala M'Bala, dit Dieudonné, Dieudo pour les intimes, Dieu pour les fidèles, est un humoriste-polémiste breton d'origine camerounaise. Il débute sa carrière dans les années 90 avec Elie Semoun. Il est rapidement considéré comme l'un des meilleurs humoristes français.

Ce n'est pas avec cette image d'humoriste à succès que notre génération a découvert Dieudonné. Si l'on demande à un jeune qui est Dieudonné, il nous répondra « un polémiste antisémite(1) » s'il écoute les médias, « un emmer**** » s'il s'est rapidement fait un avis avec ces derniers. Car c'est cette image de Dieudonné qui ressort à travers les médias. Le principal intéressé quant à lui se présente comme défenseur de la paix et de la liberté d'expression.

Le nouveau Dieudo

Le Dieudonné que l'on connaît aujourd'hui est un personnage ambigu. L'homme est souvent en tenue décontractée de type veste-basket. Cette image semble le rapprocher des Français, de la masse à laquelle il s'identifie. Plus qu'un humoriste, Dieudonné est le leader d'un groupe social, sa dieudosphère. Comme tout groupe social, cette dieudosphère possède ses propres codes, son langage. Ainsi, effectuer une quenelle c'est montrer son appartenance à la communauté formée autour de l'humoriste. Il y a une idée de fierté d'appartenir au groupe, c'est comme porter un maillot de l'OM.

Si Dieudonné est un leader, c'est aussi un révolutionnaire. Cette quenelle est interprétée par les médias et politiques comme un salut nazi inversé et un geste antisémite. Selon l'humoriste c'est un geste anti-système. Un système qui n'est plus démocratique et mené par des « personnages indignes et immoraux ». « Le pouvoir est devenu complètement cinglé. Il ne contrôle plus la situation que par le mensonge, la manipulation et le vice. ». Il dénonce le racisme et le traitement des noirs, remontant jusqu'à la traite négrière. Il affirme l’existence d'un complot sioniste mondial(2). Ses idées, Dieudonné les partage en profitant du « miracle d'internet ». Il est le fondateur du site de « réinformation » QUENEL +, publie régulièrement des vidéos sur son compte Youtube et poste des messages sur Facebook. Ceux-ci font parfois la une de l'actualité et l'objet de procès. Pour ses fidèles, avec ces messages, Dieudonné se sacrifie pour rétablir la vérité. Chuck Norris n'a qu'à bien se tenir.

La bête immonde

En 2009, l'humoriste invite sur scène Robert Faurisson, historien et négationniste(3). Dans ses vidéos publiées sur Youtube, il se présente comme antisioniste(4). Pour cela, Dieudonné est considéré par la majorité des médias et des politiques comme un militant antisémite, une Bête Immonde. Pourtant, les définitions de ces trois notions sont claires. On peut être antisioniste sans être antisémite tout comme on peut être contre l'opinion d'une personne sans pour autant éprouver de la haine à son encontre. Si Dieudonné ne se revendique pas antisémite, qui sommes-nous pour le juger ainsi en s'appuyant sur de prétendues interprétions de ses propos ? Pour le gouvernement, ses paroles franchissent les frontières de la liberté d'expression. Certes, on peut rire de tout, mais pas n'importe comment. On ne peut pas tout dire. La loi autorise la satire des figures politiques et religieuses comme Marine Le Pen et Mahomet. En revanche, il est interdit de susciter la haine contre un individu ou un groupe d'individus, comme les juifs ou les musulmans. Pour répondre à ceux qui se poseraient la question, là est la principale différence entre Charlie Hebdo et Dieudonné. Aux yeux de la loi, les spectacles de Dieudonné conduisent à la haine des juifs. Les caricatures de Mahomet restent dans cadre de la loi. Chacun est libre de s'exprimer, y compris Dieudonné, dans les limites de la loi.

En mars prochain, une décision sera prise au sujet de l'expression «Je me sens Charlie Coulibaly ». Accusé de faire l'apologie du terrorisme, Dieudonné se défend d'avoir publié un message de paix. « Je me sens Charlie Coulibaly » est « la recherche d'une paix intérieure ». Dieudonné serait-il dérangé ? Le chef d'accusation est hyperbolique, l'explication tirée par les cheveux. S'il s'agit d'un message de paix, on ne voit pas très bien l’intérêt de le supprimer quelques temps après l'avoir publié.

Le chef d’entreprise

Fidèle à son image de révolté utopiste, Dieudonné décide il y a quelques mois de lancer sa propre compagnie d’assurance, l'ananassurance. L’utilisation de l’ananas est une référence à l’une de ses expressions : “Chaud ananas” pour certains, “Shoah-nanas" pour d’autres. Pour revenir à cette assurance, l’humoriste pense que la démocratie s'arrête là où il y a de l'argent. Le système aurait cadenassé toutes les possibilités permettant aux Français de créer leur assurance pour ainsi s'enrichir sur leur dos. Quelques centaines de milliers de fidèles se sont montrés favorables au projet en signant la « pétifion » (oui, le niveau est faible...).

Plus tard dans l'année, est annoncée la fondation avec Alain Soral de Réconciliation Nationale (RN), un parti politique. Soral est un écrivain français et chef d’entreprise. Il est notamment connu pour avoir effectué un passage au Parti Communiste puis au Front National… Soral est très attaché aux traditions. Mais méfions nous des traditions, elles peuvent être synonyme d’exclusion des plus faibles. Les deux hommes prétendent ne pas avoir eu le choix de créer ce parti. La formation d’RN aurait en effet été dévoilée avant même que les deux hommes l'annoncent. Preuve selon eux qu’il n’y a plus de liberté, que les journalistes travaillent avec le gouvernement. Pour le duo, il faut créer du débat. En politique disent-ils, il faut toujours un parti anti-système, un « méchant ». Ce rôle était jusque là tenu par le FN. Mais pour eux, l'extrême droite est rentrée dans le système, d'où la nécessité de créer NR.

La création de ce parti politique pose une question : les spectacles de Dieudonné n’avaient-ils pas dépassé le cadre de l’humour au profit de la politique ? Sans oublier que ce n'est pas la première fois que Dieudonné tente de percer dans le paysage politique. En 2009 et 2012, à l'occasion de différentes élections, il était présent sur la Liste Antisionisme du PAS (Parti Anti-Sioniste). Pour Dieudonné et Soral, ce parti est l'occasion de développer une nouvelle politique plus locale. Ils souhaitent donner la parole aux jeunes qui veulent créer des listes.

Avec ces belles paroles pour la jeunesse, le gouvernement n'est plus le seul concerné par les déclarations de Dieudonné. Il est de notre devoir de (futurs) citoyens de garder un œil critique sur l'actualité et sur les propos volontairement ambigus d'hommes aux motivations incertaines. L'important est d'être ensemble. C'est dans l’union que nous avancerons.

(1) L'antisémitisme est la haine des juifs.

(2) La théorie du complot est la théorie selon laquelle les juifs contrôleraient le monde.

(3) Un négationniste nie l’extermination des juifs dans les camps.

(4) Un antisioniste s'oppose à la politique du gouvernement israélien qui occupe des territoires en Palestine.

 

Jordan GUERIN-MORIN, Actu en Rab' #1, le journal du lycée François Rabelais, Fontenay le Comte (85)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.