Billet de blog 10 mars 2016

Primera pregunta a Ishtar Yasin Gutiérrez por su proxima película "Dos Fridas"

“Dos Fridas” se basa en la historia real de Judith Ferreto, la enfermera costarricense que cuidó a Frida Kahlo en sus últimos años de vida. Propone un tiempo donde el pasado y el presente se entremezclan en la memoria de la protagonista. En su último día de vida, la anciana Judith recuerda momentos, de complicidad junto a la pintora, que desde entonces tejen la trama de su destino.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ishtar Yasin Gutiérrez © Laura Morsch Kihn

Cédric Lépine : ¿Puedes precisar el nuevo enfoque con el que propones mostrar a Frida Kahlo en tu nuevo largometraje

Ishtar Yasin Gutiérrez : La primera pintura que vi de Frida Kahlo fue “La venadita herida”. Me conmovió profundamente,  no era Cristo, ni San Sebastián, era una Mujer-Venado con nueve flechas clavadas en el cuerpo. De alguna forma me proyectaba en ella. Al leer sobre su vida me impactó el accidente que sufrió y las consecuencias físicas que tuvo que enfrentar.

En sus pinturas Frida expresa su pensamiento y universo único y más íntimo, con absoluta honestidad. Ella se enfrentó a la muerte,  sublimó el dolor y lo convirtió en belleza. Se encontró a sí misma, en medio de su amado pueblo mexicano, alejada de las normas establecidas y de esquemas impuestos por la sociedad patriarcal. Ella rompió con la imagen esteriotipada de la mujer,  era revolucionaria y bisexual, vivió la vida con alegría a pesar del sufrimiento, a partir de lo que su conciencia y su niña interior le dictaban.

Judith Ferreto, el personaje principal de este proyecto, fue la enfermera costarricense que cuidó a Frida Kahlo durante sus últimos años de vida. Después de la muerte de la pintora, Judith también sufrió un accidente en la ciudad de México. Ella vivía una fascinación por Frida y en sus últimos años de vida, se vestía y pintaba el entrecejo como si estuviera poseída por la personalidad de la pintora.Judith creó en su casa una “Casa Azul” y encontró alivio al mimetizarse con ese ser que amo e idolatró.

Es a partir de la mirada de Judith, de su memoria, que Frida Kahlo aparece y la mira a través de la luz, de los objetos, los espejos, a través de todo lo que la rodea.  Ella evoca los recuerdos de los últimos años en la vida de la pintora y Frida revive en medio de las ruinas, entre piedras color azul añil, como si fuera parte de una  pintura viviente, con el rostro enigmático y la personalidad misteriosa. Judith cuida con rigor y ternura el cuerpo herido de Frida. Ambas comparten el hecho de ser mujeres, la dependencia y el deseo de libertad.

Es decir,  intento también con este proyecto revelar el grado de influencia que ha ejercido y ejerce Frida Kahlo en las mujeres que vivimos bajo el dominio patriarcal y social.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS