Les soucis actuels que rencontre l' UPM pour trouver son organisation fonctionnelle, sont-ils juste des péripéties éphémères ou des indices d'un échec annoncé ?

L'UPM pose beaucoup de questions, qui toutes obèrent son destin.

A quoi doit-elle servir ?

Relais de l'influence française dans une région traditionnellement privilégiée ? Volonté de créer une enceinte où les acteurs concernés pourraient discuter, et notamment Israël et les Palestiniens ? Architecture dépassée déjà par les tensions géopolitiques et les facteurs objectifs de disparité ? Simple reconnaissance de la réalité de la mer intérieure, bassin de vie, forgé par des flux humains, économiques, culturels ? Concrétisation du souhait si français de retrouver un rôle international en profitant d'une interface vitale en mariant histoire et géographie ?

A l'heure d'une mondialisation souvent vécue comme délétèr, beaucoup de nos dirigeants auraient aimé dire de la Méditerrané," mare nostrum"... Cette pensée est-elle aujourd'hui aussi morte que la langue qui l'exprime ou redevient-elle très actuelle ?

C'est sans doute la seule question qui vaille aujourd'hui.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Les commentaires sont réservés aux abonnés.