Billet de blog 18 mai 2017

Mayotte en souffrance

L'ancienne colonie française, aujourd'hui département, jongle avec de graves problèmes en terme de santé, d'éducation, de sécurité...

Damien Gautreau
Professeur d'Histoire-Géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mayotte, département français depuis 2011, affiche le PIB par habitant le plus bas du pays. L'île est sous-développée et l’État français refuse de casser sa tire-lire pour rattraper le retard. Les Mahorais ont vu leur niveau de vie s'améliorer ces dernières années et ont l'impression de vivre sur un îlot de prospérité dans un océan de misère1. Ils accumulent pourtant de graves dysfonctionnement dans des domaines clefs.

L'insécurité

Le sentiment d'insécurité est très présent à Mayotte. La délinquance a augmenté en flèche ces dernières années. La capitale, Mamoudzou connaît son lot quotidien de cambriolages, de vols à l'arrachée et de violences. Mayotte subit la pression migratoire des autres îles de l'archipel des Comores. Il est donc facile de pointer du doigt les immigrés, bouc-émissaires idéals. Pourtant, l'immigration n'est pas seule responsable, les problèmes sociaux sont ici légion et il est difficile pour la jeunesse mahoraise de trouver des perspectives réjouissantes. La délinquance devient, pour certains, la seule alternative.

L'éducation

45% de la population a moins de 18 ans et le nombre de jeunes scolarisés a augmenté de 80% en seulement 10 ans. Face à cet afflux d'élèves l'île manque d'établissements et d'enseignants. L'académie de Mayotte peine à recruter. Le manque de titulaires est croissant, et ce malgré des avantages salariaux. Il y a moins de professeurs entrants que sortants. La rentrée 2017 verra un nouveau record pour Mayotte qui sera la seule académie où plus de la moitié des profs sont contractuels. Faute de personnels, la violence est très souvent présente dans les établissements scolaires et aux abords. Les rixes entre jeunes de villages rivaux sont fréquentes et s’accompagnent de coups de marteau ou de machette. C'est toute la profession qui appelle l’État à assumer son rôle et offrir à Mayotte un système éducatif digne d'un département français, en construisant de nouveaux établissements, en rénovant les plus anciens et en améliorant l'attractivité du territoire pour en finir avec cette situation.

La santé

L’hôpital de Mamoudzou, qui accueille la plus grande maternité de France, est complètement submergé. Les équipements sont clairement insuffisants et le manque de médecins est flagrant. Ils doivent pourtant faire face à des maladies inédites en France. Plusieurs personnes atteintes de la lèpre sont recensées sur l’ensemble du territoire qui dénombre 51 nouveaux cas en 2016. De plus, l’île vient d’enregistrer deux cas de tuberculose dans des établissements scolaires. L’un au collège de Dzoumogné, l’autre au lycée de Sada. Cette maladie, contagieuse et mortelle, se propage dans les milieux pauvres. Pour couronner le tout, à certains endroits, la qualité des eaux de baignade est insuffisante et des plages ont donc été fermées ; on retrouve dans les échantillons analysés des matières fécales. Les stations d’épuration sont quasi-inexistantes.

Le manque d'infrastructures

Outre le manque d'écoles et d’hôpitaux, c'est l'ensemble des infrastructures qui sont insuffisantes. Les routes sont peu nombreuses et mal entretenues. Il n'y a aucune 2x2 voies sur l'île et Mamoudzou connaît des embouteillages monstres. Les transports en communs sont inexistants, pour se déplacer il faut faire du stop ou prendre un taxi.
Le manque d'énergie est, lui aussi, problématique. Les pannes d'électricité sont fréquentes et les bâtiments officiels sont équipés de groupes électrogènes. Les énergies renouvelables sont quasiment absentes. Mais, plus graves encore, l'approvisionnement en eau pose problème. Les habitants de six communes du centre et sud de l'île – environ 70.000 personnes – ont subit des restrictions d'eau durant quatre mois. L'eau ne coulait qu'un jour sur trois et n'était pas potable. Cette situation, inédite pour un département français, n'est pas le seul fait de la sécheresse. Elle est la conséquence du manque de sérieux des responsables locaux et d'investissements insuffisants de la part de l’État.

Mayotte, morceau de France dans le canal du Mozambique, fait donc face à de nombreux défis. Elle ne peut les relever seule et l’État, qui a souhaité en faire un département, doit assumer pleinement son rôle et investir massivement afin de combler le retard de développement. L'attitude néo-coloniale doit définitivement cesser et le gouvernement de Macron, lequel prône le renouvellement, doit rapidement se mettre au travail pour offrir aux Mahorais ce qui leur est du, un traitement humain.

1 Madagascar et l'Union des Comores, les deux voisins, sont parmi les pays les plus pauvres de la planète.

Habitations sur la plage de Sada © Damien Gautreau

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart