Billet de blog 10 mai 2017

Vive la fripe!

Faire plutôt que dire... Je ne me le fait pas dire deux fois ! Dans une période qui me saoule.

Annie Lasorne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faire plutôt que dire... Je ne me le fais pas dire deux fois !

Bienheureuse retraitée (on en recausera, de ce "statut"), je donne des cours de français à des primo-arrivants issus de l’immigration (je viendrais ici, vous en re-parler), dans une association de ma ville, qui existe depuis un quart de siècle. Dans cette asso, il y a plein d’activités : couture, cuisine (du monde), jeux, danse, maquillage, aide aux devoirs… Parce que ce sont surtout des femmes qui y viennent, soit seule, soit avec une copine, soit envoyée par différents services sociaux.

Il y a aussi un « free-market » (marché gratuit tendance anti-conso) une fois par mois. On y trouve de tout, des dons, on apporte ce qui ne nous sert pas ou plus et c’est gratuit. On peut donc repartir heureux avec les merdouilles des autres… Vêtements, draps, accessoires, vaisselle, petits meubles, bouquins, jouets, plantes…

J’y suis allée il y a une dizaine de jours et je me suis intéressée aux monceaux de textile, qui n’avait pas trouvé preneur. Il faut dire que je couds (cela a même été un de mes métiers : costumière de théâtre) et que je récupère un maximum (c’est presque de l’addiction, mais je me soigne…) Quand ma belle-fille (écolo) échange des sacs de fringues pour ses enfants et pour elle, avec ses amies, dont les enfants ont grandis, je passe après son premier tri (pour elle et sa famille), puis son second tri, pour des associations caritative (tout ce qui est en très bon état, mais qui ne leur plaisent pas) et je repars avec un sac, souvent très gros de trucs plus ou moins abimés. Je commence par récupérer la mercerie (parce que ça coûte très cher, quand on coud) : fermetures éclairs, boutons, agrafes, pressions, cordons, scratch, jolies étiquettes textiles, broderies, anneaux… Puis je récupère les morceaux de tissus en bon état. Tout cela refera du neuf, du patch, des pochettes, d’autres vêtements, des sacs de course (maintenant que les cochonneries de pochons plastique sont enfin interdits !), des chapeaux, des torchons, des lingettes, des coussins et même des vêtements de poupée pour les enfants, des cadeaux pour ma famille et mes amis…

Cet après-midi, je suis donc allée proposer dans cette asso, d’animer un atelier de « recyclage » de ce qu’il reste, après le free-market. Du recyclage, après le recyclage... Rien ne se perd, tout se transforme... Une manière de réfléchir collectivement, à tout ce qu’on jette, tout ce qu’on peut réparer, créer dans la joie et la bonne humeur…

Peut-être existe-t-il un free-market dans votre ville ou pouvez-vous en créer un, avec une asso de votre quartier. Ces libres marchés là, n’ont rien de macronniens… 😀 

Ils sont nés en Argentine (gratiféria), pendant « la crise » économique, très grave, qui a secouée le pays au début des années 2000. Vu la pauvreté qui y sévissait ! Toujours les mêmes qui trinquent.

http://www.greenetvert.fr/2012/06/01/les-marches-gratuits-la-nouvelle-tendance-anticonso/58756

Sans argent, tout est plus simple

http://www.kaizen-magazine.com/un-marche-ou-tout-est-gratuit/

 Et chose non négligeable, on n'y rencontre ni Fillon, ni Macron, pour les costards !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann