Billet de blog 10 mai 2017

Annie Lasorne
Abonné·e de Mediapart

Vive la fripe!

Faire plutôt que dire... Je ne me le fait pas dire deux fois ! Dans une période qui me saoule.

Annie Lasorne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faire plutôt que dire... Je ne me le fais pas dire deux fois !

Bienheureuse retraitée (on en recausera, de ce "statut"), je donne des cours de français à des primo-arrivants issus de l’immigration (je viendrais ici, vous en re-parler), dans une association de ma ville, qui existe depuis un quart de siècle. Dans cette asso, il y a plein d’activités : couture, cuisine (du monde), jeux, danse, maquillage, aide aux devoirs… Parce que ce sont surtout des femmes qui y viennent, soit seule, soit avec une copine, soit envoyée par différents services sociaux.

Il y a aussi un « free-market » (marché gratuit tendance anti-conso) une fois par mois. On y trouve de tout, des dons, on apporte ce qui ne nous sert pas ou plus et c’est gratuit. On peut donc repartir heureux avec les merdouilles des autres… Vêtements, draps, accessoires, vaisselle, petits meubles, bouquins, jouets, plantes…

J’y suis allée il y a une dizaine de jours et je me suis intéressée aux monceaux de textile, qui n’avait pas trouvé preneur. Il faut dire que je couds (cela a même été un de mes métiers : costumière de théâtre) et que je récupère un maximum (c’est presque de l’addiction, mais je me soigne…) Quand ma belle-fille (écolo) échange des sacs de fringues pour ses enfants et pour elle, avec ses amies, dont les enfants ont grandis, je passe après son premier tri (pour elle et sa famille), puis son second tri, pour des associations caritative (tout ce qui est en très bon état, mais qui ne leur plaisent pas) et je repars avec un sac, souvent très gros de trucs plus ou moins abimés. Je commence par récupérer la mercerie (parce que ça coûte très cher, quand on coud) : fermetures éclairs, boutons, agrafes, pressions, cordons, scratch, jolies étiquettes textiles, broderies, anneaux… Puis je récupère les morceaux de tissus en bon état. Tout cela refera du neuf, du patch, des pochettes, d’autres vêtements, des sacs de course (maintenant que les cochonneries de pochons plastique sont enfin interdits !), des chapeaux, des torchons, des lingettes, des coussins et même des vêtements de poupée pour les enfants, des cadeaux pour ma famille et mes amis…

Cet après-midi, je suis donc allée proposer dans cette asso, d’animer un atelier de « recyclage » de ce qu’il reste, après le free-market. Du recyclage, après le recyclage... Rien ne se perd, tout se transforme... Une manière de réfléchir collectivement, à tout ce qu’on jette, tout ce qu’on peut réparer, créer dans la joie et la bonne humeur…

Peut-être existe-t-il un free-market dans votre ville ou pouvez-vous en créer un, avec une asso de votre quartier. Ces libres marchés là, n’ont rien de macronniens… 😀 

Ils sont nés en Argentine (gratiféria), pendant « la crise » économique, très grave, qui a secouée le pays au début des années 2000. Vu la pauvreté qui y sévissait ! Toujours les mêmes qui trinquent.

http://www.greenetvert.fr/2012/06/01/les-marches-gratuits-la-nouvelle-tendance-anticonso/58756

Sans argent, tout est plus simple

http://www.kaizen-magazine.com/un-marche-ou-tout-est-gratuit/

 Et chose non négligeable, on n'y rencontre ni Fillon, ni Macron, pour les costards !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
À Mykolaïv, les morts hantent civils et militaires
La ville de Mykolaïv subit depuis des mois le manque d’eau potable et les coupures d’électricité. La région a été bombardée sans relâche par l’armée russe jusqu’à la mi-novembre 2022 et plus de la moitié des habitants a quitté les lieux. Civils et militaires restés sur place racontent leur « cauchemar ».
par Mathilde Goanec
Journal — Élysée et gouvernement
À Dijon, Macron tente de redonner vie à sa « grande cause »
Le président de la République a profité de la journée de lutte contre les violences faites aux femmes pour exposer son bilan sur le sujet. Sans lever les doutes sur la faiblesse des moyens et du portage politique de la question au sommet de l’État.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le président turc menace les Kurdes syriens d’une offensive militaire 
À six mois d’une élection présidentielle cruciale, un attentat non revendiqué à Istanbul sert de prétexte au président turc pour lancer une campagne de bombardements dans le nord de la Syrie.
par Zafer Sivrikaya
Journal — Asie et Océanie
En Chine, la politique « zéro Covid » est de plus en plus contestée
Des chiffres de contamination record en Chine poussent les autorités à décréter de nouveau des mesures de confinement un peu partout dans le pays. Ce qui entraîne des réactions de plus en plus vives, y compris des émeutes, comme récemment dans la plus grosse usine d’iPhone au monde dans le centre du pays.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Des chênes (français) pour la Chine
Fric-frac dans les forêts françaises. Voler du bois n’est pas une mince affaire. Et pourtant, dans les Pyrénées, en Moselle, en Vendée, dans le Nord, le brigandage se multiplie. A l’heure des drones, GPS et autres trackers… (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Incendie de forêt : les causes ne sont pas que climatiques
[Rediffusion] Les forêts du Sud en particulier demandent beaucoup d'attention pour ne pas prendre feu. Coupe feu, garde-forestiers, défrichages, surveillances, pompiers de proximité, les moyens sont-ils encore là ou ces incendies sont-ils causés par l'impéritie des pouvoirs publics ?
par lecteurfid
Billet d’édition
Reboiser les forêts brûlées est favorisé par une niche fiscale
Si l'investissement forestier offre des possibilités de rendement limitées, il constitue en revanche une niche fiscale qui permet de réduire le montant de son impôt sur le revenu. L'investissement forestier réalisé par une personne domiciliée en France lui permet de bénéficier d'un avantage fiscal, que ce soit au titre de l'impôt sur le revenu ou de l'IFI (impôt sur la fortune immobilière).
par Patrick Cahez
Billet de blog
Vidéo - le gouvernement empêche les débats sur les forêts publiques par 49-3
Il y a un mois, nous avons publié ici une tribune signée par plus de 40 parlementaires, demandant un débat sur l’avenir de l'Office National des Forêts dans la loi de finances avant le 49-3 du gouvernement. Devinez quoi : les débats devaient avoir lieu le 2 novembre à 17h05. Le 49-3 a été activé le 2 novembre à 17h00. Mais tout n'est pas perdu : la suite se joue au Sénat dès mercredi.
par Pour des forêts vivantes