Il en va de notre avenir, l'idée communiste

Des kilomètres et des kilomètres d'informations, de sondages, d'opinions, de peurs, d'humeurs, de déceptions, de tristesses, et quoi ? Dans ce désert pour la pensée, quoi de décisif ?

L'idée communiste. Un caillou. Un chemin pour l'avenir.

L'idée communiste est le déroulement des questions qui la constituent. C'est un drôle de caillou que ce caillou-là. Prêt à éclore, déborder, se dérouler dans le monde. Les questions, la dureté du questionnement, ne viennent pas de nulle part. Les questions, parce qu'elles sont celles de n'importe qui, pourvu qu'il affirme le principe d'égalité, sont le lieu de la politique.

La politique est une décision. Une orientation. Un courage. Et le courage est toujours celui d'un corps — disait à peu près Michel Foucault.

La politique a donc à voir avec les corps. Avec ce dont les corps sont capables.

 

"Je voudrais m'exprimer avec des exemples.

Jeter mon corps dans la lutte.

Mais si les actions de la vie sont expressives,

l'expression, aussi, est action."

 

Pier Paolo Pasolini, Qui je suis, Paris, Arlea, 1999. Cité dans Les corps de Pasolini, par Eric Clemens, Lignes, n° 18, octobre 2005.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.