... encore un peu de politique...

"La culture dont il déplore la perte (le bourgeois) est pour l'immense majorité un dressage qui en fait des machines.

Mais ne chicanez pas avec nous en mesurant l'abolition de la propriété bourgeoise à l'aune de vos idées bourgeoises de liberté, de culture, de droit, etc. Vos idées elles-mêmes sont des produits des rapports bourgeois de production et de propriété, comme votre droit n'est que la volonté de votre classe érigée en loi, volonté dont le contenu est donné dans les conditions matérielles d'existence de votre classe.

La conception intéressée qui vous fait transformer en lois éternelles de la nature et de la raison vos rapports de production et de propriété alors qu'ils sont historiques et que le cours de la production les rend caducs, vous le partagez avec toutes les classes dominantes disparues. Ce que vous comprenez pour la propriété antique, ce que vous comprenez pour pa propriété féodale, il semble que vous ne puissiez le concevoir pour la propriété bourgeoise.

Abolition de la famille ! Même les radicaux les plus avancés s'indignent de cet infâme dessein des communistes.

Quel est la base de la famille actuelle, de la famille bourgeoise ? Le capital, le gain individuel. Pleinement développée elle n'existe que pour la bourgeoisie ; mais elle a pour contrepartie la privation de la famille imposée aux prolétaires et la prostitution publique.

La famille du bourgeois cesse naturellement d'exister en même temps que son complément, et tous deux disparaissent même temps que le capital.

Nous reprochez-vous de vouloir abolir l'exploitation des enfants par leurs parents ? Nous avouons ce crime. "

 

...

 

Manifeste du parti communiste. Marx et Engels.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.