Billet de blog 6 mai 2008

Racisme ou xénophobie, les étranges subtilités de la Ligue de football

stephane@lavignotte.org
Ancien journaliste, militant écologiste, éthicien, pasteur de la Mission populaire à Montreuil (93), habite à L'Ile-Saint-Denis
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Pédophiles, chômeurs, consanguins: bienvenue chez les Ch'tis". Cette affirmation - portée sur la banderole de supporters du PSG le samedi 29 mars lors d'un match contre Lens - est donc "xénophobe" mais pas "raciste" a estimé un mois après le méfait la commission de discipline de la Ligue de football. La distinction est subtile. Elle n'a peut-être qu'un seul but : permettre comme sanction l'exclusion de la Coupe de la Ligue, mais éviter le retrait de points au classement et l'accéleration de la descente en deuxième division.

Etonnnant tout de même cette subtilité langagière. Etonnant aussi qu'elle n'ait pas provoqué plus d'étonnement.

Comment Jacques Riolacci, président de la-dite commission explique-t-il ce choix ? «La commission de discipline n'a pas trouvé dans la banderole des éléments purement racistes qui nous aurait conduit à enlever des points au PSG. Il est incontestable que de s'en prendre à une communauté, à un ensemble de population qui revendique un mode de vie et une identité commune, s'apparente à une forme de xénophobie. Le distinguo est très subtil. D'ailleurs, le procureur de la République de Bobigny a basé son enquête sur la provocation à la haine et à la violence.»

Distinguo tellement subtil qu'on peut se demander s'il n'est pas purement et simplement un contresens, ou plutôt un sens inquiétant. D'abord parce qu'on se demande bien où la Ligue de Football est allée pêcher sa définition.

Le terme de xénophobie - tel que le définit le Petit Larousse - s'applique fort peu au texte de la banderole du PSG : "hostilité systématique à l'égard des étrangers, de ce qui vient de l'étranger". Le Nord est difficile à considérer comme un pays étranger, ses ressortissants comme des étrangers. On a plutôt souligné combien le film "Bienvenu chez les Cht'is" renouait avec une tradition bien "franchouilarde" des films régionalistes, des films de Pagnol à ceux de Guédidian, façon de célébrer d'autant plus la diversité des régions de France qu'on nie les cultures régionales et les revendications d'autonomies.

Pour racisme, Le Petit Larousse donne deux acceptions: "1) idéologie fondée sur la croyance qu'il existe une hierarchie entre les "races" 2) attitude d'hostilité systématique à l'égard d'une catégorie déterminée de personnes. Racisme envers les jeunes". D'autres part la loi de 1972 définit le délit de racisme comme celui de provoquer "à la discrimination, la haine, la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes en raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée". Peut-on considérer les "cht'is" comme une "ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée" ? Sans doute ni Nation (on voit bien que cela deviendrait plus délicat avec les basques ou les bretons) ni religion (même si on avancera avec une pointe de polémique évangélique que le succés du film, et ses avatars en vente de sonnerie de portables "biloutes" et autre Cht'imnierie, font flirter le tout avec les plus ou moins éphémères religions laïques contemporaines...). Au passage, on soulignera combien l'utilisation dans cette loi des termes "ethnie" et "race" - et non ethnie ou race supposées - a d'ambigüe.

En revanche, le texte de la banderole s'en prend bien - autre catégorie de la loi de 1972 - à un groupe de personnes en raison de leur origine : le nord. Comme elle s'en prend - terme du Petit Larousse - à une "catégorie de personnes". Tout ces termes déterminant le racisme.

Le choix de la Ligue ne tient pas la route. Cela traduit-il une lecture "subtile" des définitions ou une bien étrange - mais pas inconnue - conception de la race ?

Quelques semaines plus tôt, le FC Metz a été puni par la même Ligue de football professionnelle (LFP) après qu'un de ses supporters a proféré des insultes racistes à l'encontre du défenseur de Valenciennes Abdeslam Ouaddou. Le club s'est vu retiré un point et sanctionné d'un match à huis clos. Donc, pour la Ligue, Cht'is n'est pas une race, noir, oui.

Les Cht'is pour la Ligue de football ne sont pas une race mais une "communauté, (...) un ensemble de population qui revendique un mode de vie et une identité commune." Comme si une race n'était pas d'abord pour un ensemble d'acteur - pour la dénigrer ou la revendiquer - le fait de revendiquer l'appartenance à une "communauté", le résultat du fait qu' "un ensemble de population revendique un mode de vie et une identité commune", un mode d'appartenance durcit avec le temps.Un fait social donnant l'aspect d'un fait naturel, comme le sont aussi "femme", "homme", "homo" ou "hétéro". Ce qui explique que Le Petit Larousse ait la prudence de mettre race entre guillemets, et puisse donner comme exemple le racisme anti-jeunes.

Mais alors, pourquoi "noir" serait plus une "race" - et donc objet de "racisme" - sinon que cela traduit l'idée qu'il y aurait autre chose que du social et du culturel quand il s'agit des noirs : de la génétique ou de la largeur de boîte cranienne pas exemple ? Le racisme pour la Ligue de Football ne concernerait que les "vraies" "races", et donc il en existerait ? Serait-ce cela les "éléments purement racistes" que la Ligue de football n'a pas trouvé dans la banderole ? Cht'is n'est pas assez "purement" une race pour subir du racisme, tandis que "noir" serait assez "purement" une race pour qu'on puisse être raciste à son égard ? Raciste en faisant une hiérarchie par exemple entre eux et les blancs ?

Là où la Ligue de football se trompe lourdement c'est que ce que disent justement les nazillons du PSG dans leur banderole, c'est que les Cht'is ne sont pas "purement' une race pure mais une version dégénérée - Pédophiles, chômeurs, consanguins - de la race qu'ils considèrent comme pure et supérieure : la race blanche. Et ça, c'est purement et simplement la définition du racisme idéologique...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amérique Latine
Au Mexique, Pérou, Chili, en Argentine, Bolivie, Colombie, peut-être au Brésil... Et des défis immenses
Les forces progressistes reprennent du poil de la bête du Rio Grande jusqu’à la Terre de Feu. La Colombie est le dernier pays en date à élire un président de gauche, avant un probable retour de Lula au Brésil. Après la pandémie, les défis économiques, sociaux et environnementaux sont immenses.
par François Bougon
Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Cour Suprême : femme, débrouille-toi !
Décision mal-historique de la Cour Suprême états-unienne d’abroger la loi Roe vs. Wade de 1973 qui décriminalisait l’avortement. Décision de la droite religieuse et conservatrice qui ne reconnaît plus de libre arbitre à la femme.
par esther heboyan
Billet de blog
Droit à l’avortement: aux États-Unis, la Cour Suprême renverse Roe v. Wade
La Cour Suprême s’engage dans la révolution conservatrice. Après la décision d'hier libéralisant le port d’armes, aujourd'hui, elle décide d'en finir avec le droit à l'avortement. Laisser la décision aux États, c’est encourager l’activisme de groupes de pression réactionnaires financés par des milliardaires évangéliques ou trumpistes. Que se passera-t-il aux élections de mi-mandat ?
par Eric Fassin
Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
L'avortement fait partie de la sexualité hétéro
Quand j'ai commencé à avoir des relations sexuelles avec mes petits copains, j'avais la trouille de tomber enceinte. Ma mère a toujours dépeint le fait d'avorter comme une épreuve terrible dont les femmes ne se remettent pas.
par Nina Innana