Billet de blog 12 févr. 2019

Des actes et des durées - Archive Temps 1

Le 10 février a eu lieu la première rencontre de la série «Des actes des durées» qui entend se placer en suite et écho de la mobilisation actuelle et des actes répétés chaque samedi. Elle a réuni, à l'invitation de la philosophe et dramaturge Camille Louis et de l'auteur Lancelot Hamelin, un ensemble de Gilets Jaunes, de Nanterre, Montreuil et d'ailleurs, des étudiant·es et divers penseurs et penseuses.

NanterreAmandiers
Centre dramatique national
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1ère rencontre Des actes et des durées - théâtre des Amandiers

En présence de l'historienne des mouvements sociaux Ludivine Bantigny, l'historien des sciences et techniques Jean Baptiste Fressoz, la philosophe Marie Cuillerai, l'anthropologue Marc Abélès, ce premier rendez vous fut à l'image de ce dont il voulait se faire l'écho et la scène de paroles : l'actuel mouvement des Gilets Jaunes. En effet, "nous" - un nous fait de croisements nouveaux et parsemé de différences qui, pour une fois, n'étaient pas assignées à résidence des identités séparées, mais bien rassemblées, prêtes à s'écouter - étions rassemblés; nous nous sommes racontés mais nous avons aussi eu (comme on l'a actuellement au sein de nos différentes assemblées) des difficultés à articuler une parole qui dépasse la sidération à laquelle nous réduit la violence, la série des violences.

Passer de la sidération à la considération, pour le dire dans les mots de Marielle Macé; passer de la suffocation imposée par les gazs lacrymogènes à la respiration que peut donner le renouvellement d'une expérience politique que supportent des actes forts et actions concrètes: cela demande encore plus de temps. Et il nous faut, plus que jamais, prendre ce temps, résister à "l'urgence" qui s'impose à nos é/États pour recouvrir le sens de "politique" sous celui de "police".

Prendre le temps de la narration, témoigner ensemble et depuis les engagements de personnes comme depuis les risques de "penser l'événement" pour rendre visible ce qui a lieu, ce qui commence en s'essayant et qui ne cesse d'ouvrir des possibles.

Nous avons commencé et nous continuerons dans quelques jours, le samedi 16 février à 20h, toujours dans les tribunes du théâtre Nanterre-Amandiers  à la suite de la représentation de La réunification des deux Corées. Nous tenterons de dépasser la constat de la violence pour ouvrir le dialogue sur ce que nous pouvons considérer en termes de recompositions politiques permises par le mouvement: quelles alliances nouvelles permet-il? quelle durée inscrit-il dans la répétition des samedi comme dans les occupations de ronds-points qui parviennent à résister, donnant à nos fragiles cabanes la dimension de nouvelles institutions civiles ? Pour en débattre, plusieurs groupes de Gilets Jaunes reviendront et converseront avec la sociologue Karen Akoka, auteure de nombreux articles sur les questions d’asile et de migrations, l'avocat Arié Alimi, membre du bureau National de la Ligue des Droits de l’Homme et le directeur de recherches au CNRS en sciences politiques Samuel Hayat

NanterreGiletsJaunes1 © vincialtern

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel