A VENISSIEUX : Que sont mes voix devenues ?

Dans un article d’édition en date du 8 février, je vous livrais la petite histoire de la constitution d’une liste « d’opposition de gauche »  à Vénissieux ; voilà la suite quant à l’expression des nouveaux rapports de forces et des nouvelles lignes de fractures que ces élections ont mise à nu .

 Méthodologie  d’un  électeur qui ne s’autorise que de lui même.

Il s’agit de comparer les résultats en voix des 1er tour des  élections présidentielles / législatives de 2012  et  Municipales 2014 sur la commune de Vénissieux.

Parce que ces élections consécutives balisent le parcours de François HOLLANDE et donnent une image de l’évolution  « du rayonnement » des formations politiques.

Parce que toutes ces  élections sont éminemment politiques malgré le brouillage organisé qui prétend que les Municipales ce n’est que « du local » ;  comme si  la politique se réduisait aux choix macroéconomiques – la figure imposée par le MEDEF -  et que le choix de l’humain ne relèverait que de la compassion, de la corruption ou  de la haine du voisin . Oui la conscience de classe ça existe.

Parce qu’à l’évidence les choix politiques qui ont présidé à la constitution des listes ont  été fondés sur cette comparaison.

Parce que de tous les possibles qui pouvaient être extrapolés de cette situation comparative ce n’est pas le résultat attendu – le plus probable - qui en est ressorti.

Parce que faire de la politique c’est toujours faire un pari à ses risques et périls ; on appellera ça «  une surprise »!

 

 Vénissieux : 62000 habitants, 3ème  ville du Rhône.

 DATA :   1er tour Elections législatives 2012 1er tour Elections Municipales 2014.

  Commençons la comparaison par le plus grand parti de France : celui des abstentionnistes.

Inscrits  aux Municipales 2014 : 28700 électeurs ; Abstentions 55,75%

Blancs ou nuls : 451

Exprimés au 1er tour des Municipales 2014 : 12249 votes

Exprimés  au1er tour des  Législatives 2012: 13290 votes ;

soit un différentiel de – 1051 votes 

 

L’abstention dans nos villes dites de banlieue accompagne et croît en même temps qu’une paupérisation grandissante. Misère et exclusion sociale sont à la base du désengagement politique; le pauvre  est dépolitisé, il passe du statut de citoyen à celui de « cas social » ; souvent « non inscrit » sur les listes et donc pour une part invisible. Vénissieux, ville populaire, n’échappe pas à cette tendance organique du système. A cette tendance lourde s’ajoute ce qui relève de la conjoncture : le vote « utile » en 2012  qui  a battu tous les records de renonciation, de fourberie, de trahisons ; il ajoute la désespérance au fatalisme. La corruption « normale » de CAHUSAC  nous donne  le reste.

 « En attendant Godot » : la loi pour le droit de vote des résidents étrangers ; nous ne sommes pas obligés de faire crédit aux moralistes de tous bords qui viennent insulter le peuple qui boude les urnes ; ce sont les mêmes qui restreignent le suffrage universel.

 Suite au 2ème tour, le PS a très bien « compris » le message des urnes ; fin de la trêve hivernale : la police était présente dès ce  lundi matin  31 mars à Décines au centre d’hébergement d’urgence  pour procéder aux expulsions. Haro sur les pauvres, la chasse aux non-inscrits est ouverte.

 

Poursuivons  les comparaisons à propos de ce qui est dans  l’air du temps,  l’« irrésistible ascension du FN » ? 

 Aux  élections  Législatives de 2012 la candidate bleue marine  fait : 2377 voix au 1er tour ; elle  est seule en liste pour le deuxième tour contre le candidats PS  ( 67,52%) ; elle pointe à 4090 voix.( 32,48%)

Pour ces élections Municipales 2014, à Vénissieux, c’est l’incapacité du FN à constituer une liste qui est remarquable ;  alors qu’en 2008, le FN réalisait  avec le candidat Yvan BENEDETTI 1442 voix (11,16%) contre 27% en 2002 .

Ce candidat fasciste, exclu du FN  pour manquement  à l’image,  a lui « réussi » à constituer une liste dont  nous apprenons après le 1er tour que “Parmi les 49 personnes inscrites sur la liste, 19 ont déclaré n’avoir eu, en aucun cas, l’intention d’être candidates aux élections municipales”, (communiqué de la Préfecture). En fin connaisseur, Le FN demande son interdiction pour cause de parasitage.

 Que sont devenues les 2377 voix du FN du 1er tour des législatives de 2012 ?

1408 voix se sont reportées sur le candidat «  IDENTITAIRE » , fasciste déclaré ; Qui (à - 34 voix près) renoue avec son score de 2008 . Le reliquat 964 voix se retrouvant  presque entièrement  ( + 910voix )sur la liste très droitière du candidat DVD apparenté UMP.

Ce révélateur  vénissian  nous confirme que la campagne de dédiabolisation du FN n’est qu’un vernis ; son socle électoral  reste d’inspiration fasciste ; Il nous confirme aussi   l’extrême droitisation de la droite sarkosyste qui capte son électorat flottant.

 Ce qui est bien établi dans le paysage politique c’est le discours xénophobe,  raciste et communautariste des diverses droites qui renvoient la responsabilité de la crise à l’immigré, à l’étranger, aux musulmans  disculpant ainsi les politiques libérales d’austérité menée au nom du sacro-saint remboursement de la dette. Les Identitaires et le FN en sont les promoteurs mais on aurait tord de faire une fixation sur eux et de banaliser  les autres droites quand elles reprennent à leur compte ces mêmes idées.

 Venons-en à ce pourquoi nous sommes « en ligne ».

 Au Lendemain des législatives de 2012, dans la foulée de l’élection de F Hollande, il n’y avait pas grand monde pour  miser un copeck  sur la reconduction des communistes  à la Mairie de Vénissieux.

 Au premier tour des Législatives : (Chiffres sur la ville)

Michel PICARD Front de gauche : 22,51% 2991 voix

Yves BLEIN PS : 34,46%   4580 voix  (ballotage )

Christophe GIRARD DVD : 13,45% 1788 voix

Sandrine  LIGOUT  FN : 17,89% 2377 voix  ( ballotage)

 2è tour : PS 62% 8503 voix / FN  32,48%  4090 voix

 Les socialistes se sont mis à rêver de la ville qui leur semblait « promise ». Pendant que Hollande sévissait, les socialistes locaux, aveugles sur les conséquences de cette politique, s’étripaient pour savoir qui serait  calife à la place du calife.

 Une première liste s’affichât ; un attelage : PS exclus + modem + un syndicaliste ( CFDT-EELV ) ; cette liste explosa en plein vol  le syndicaliste, exclu de EELV, finit au 2ème tour  par soutenir la liste DVD-UMP . Cette  liste illustre  bien la période troublée de  décomposition idéologique et politique  que nous traversons. (628 voix, 5,12% au 1er tour)

 Puis la liste officielle PS conduite par Lofti BenKhelifa dont Rue89Lyon fait la promotion

« L’Obama des Minguettes » :

Aux prochaines élections municipales, le PCF canal historique risque de perdre Vénissieux, un de ses derniers bastions. Pour la première fois depuis 80 ans, les communistes auront un socialiste sur leur chemin : Lotfi Ben Khelifa, rebaptisé « LBK » par les communicants du PS. Un cantonnier devenu syndicaliste qui a grandi aux Minguettes

 

Le PCF était  bien-sûr  ouvert à une liste commune avec le PS  qui lui garantirait la mairie. Les négociations capotèrent  devant les exigences des socialistes qui sur la base des résultats aux législatives voulaient prendre la mairie avant les élections. Leurs critiques  sur "les 80 ans de communisme à Vénissieux" faisaient écho à celles de la droite.

Une liste Front de Gauche «  Tenir le cap à Gauche » clairement d’opposition rassemblât la gauche vénissiane : PCF- PG- MRC- opposants PS- EELV- personnalités de la société civile  vit le jour ;  délestée du boulet PS, au grand soulagement du PG mais pas seulement si l’on considère la dynamique crée par cette situation inattendue.

Re-négociation encore entre les deux tours, mais quand c’est plus l’heure c’est trop tard .

  

Résultats au premier tour :

-       Passing-shot gagnant le long de « la ligne « :   il s’agit de  la ligne «  stratégie de Front de gauche » constituée en opposition, vous l’aurez compris.

La liste « Tenir le cap à gauche, rassembler les vénissians » passe en tête :

  •    Michèle PICARD 3763 voix , 30,72%

              LDVD-UMP  Christophe  GIRARD : 2698 voix 22,02%

               PS : LBK 1934 voix 11,46%

               LEXD : Yvan BEBEDETTI : 1408 voix 11,49%

           Et 4 autres candidats

 Quadrangulaire au 2ème tour : dans le même ordre  avec 947 votants de plus

             - Service gagnant    Michèle PICARD : 4967 voix , 37,64%

                                                LDVD-UMP  Christophe  GIRARD : 4012 voix 30,4%

                                                PS : LBK , 2862 voix 21,68%

                                               LEXD : Yvan BENEDETTI : 1355 voix 10,26%     

 

Quelques enseignements :

 

La mise en œuvre concrète d’une stratégie de Front de gauche clairement d’opposition a permis de rassembler  toutes les forces populaires et de gagner.

Avec 4967 voix au second tour pour une  participation de 47,69%, Michèle PICARD fait le plein des voix   « gauche et vert »  du 1er tour des Présidentielles à Vénissieux pour une participation de 75,16% .

JLM 4118 + Eva Joly 349+ LO 190+ NPA 249 voix = 4806 plus 161 voix que je mettrais au crédit  des opposants socialistes qui, depuis, ont fait une croix sur Hollande.

C’est dire que pas une voix n’a manqué ! ça c’est une vraie surprise !

 

Si l’on procède à un calcul semblable pour la droite entre :

-  le 1er tour des législatives 2012

FN 2313 + Girard DVD UMP 1788 +CENTRE (Mertani 735+ Iacovella 382) = 5222voix

-  et le 1er tour des Municipales 2014 sur les voix de droites avec pour une part les mêmes protagonistes : EXD 1408 +Girard DVD-UMP 2698+ Iacovella 738 + ( 0 Mertani a  rallié le PS) = 4844 voix

Soit -378 voix ; ce qui signifie que l’électorat de droite est affecté par l’abstention  et ne progresse pas à Vénissieux malgré les récentes mobilisations contre le mariage pour tous  ou contre la soi-disante « théorie du genre ».

Avec le premier tour des présidentielles ( Sarkosy 3319+Le Pen 3520 + Bayrou 1220 ) le différentiel est encore plus grand  ( - 3215 voix)

La droite prospère seulement sur l’incurie de Hollande ; elle récupère sans problème un électorat  flottant FN que l’on peut évaluer à Vénissieux à 40% du score FN.  Dans la commune voisine de St-PRIEST la triangulaire  Union de la Gauche PS-PCF / UMP /FN à vue la victoire de l’UMP suite à un report de  31 % des voix FN.

C’est dire si l’Union de la Gauche a vécu ; c’est un champ de ruines.

 

Le PS en tant que   courroie de transmission social-libérale du Medef  a connu la débâcle à Vénissieux et pas seulement à Vénissieux si j’en crois la rumeur ; ses électeurs se sont réfugiés pour l’essentiel dans l’abstention :

F Hollande : 8384 voix 1er tour  Présidentielles ; LBK  1934 voix au 1er tour des Municipales. Soit – 6450 voix.

 Le « vote  utile » des élections de 2012 a pris un « coup de 12 » : il a du plomb dans l’aile. Faute d’avoir mener au plan national une campagne unique, clairement d’opposition à Hollande, Le Front de Gauche pas plus que EELV n’ont constitué un débouché politique pour ces abstentionnistes.

 

A vénissieux, nous avons tenu le cap à gauche ! 

Vénissieux : la Belle, la Rebelle vous salue bien !

 

Claude DELORME alias St-Ethique-slam

Adhérent PG.

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.