Shakespeare à Villeurbanne

Le TNP de Villeurbanne donnait ces jours-ci  Le Roi Lear dans une mise en scène de Christian Schiaretti. Tempête, confusion et chaos.

Quel rapport avec les élections municipales? Aucun, si ce n'est la confusion.

Le maire PS sortant, Jean-Paul Bret, se représente avec une liste constituée de PS + PRG + Génération écologie + PCF "membre du Front de gauche" (c'est écrit sur les tracts et les affiches).

Les alliés du PS au gouvernement, EELV, emmenés par Béatrice Vessiller, se présentent sur une liste "verte et rouge" intitulée "Le Rassemblement Citoyen", sur laquelle figure en deuxième position Olivier Gluck, co-secrétaire du Parti de gauche du Rhône, lequel parti est allié au PCF au sein, justement, du Front de gauche. La liste est (élégamment) qualifiée par le maire sortant de « voiture-balai de gens en rupture et mélenchonisés ».

Bien maligne la poule qui y retrouvera ses poussins. Shakespeare n'est pas loin, si on veut : Fair is foul and foul is fair s'exclament les sorcières qui saluent Macbeth sur la lande. Dans la traduction de Victor Hugo cela donne "Le beau est affreux et l'affreux est beau", autrement dit, tout est sens-dessus-dessous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.