Saskia Vidal
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Music Tchat

Suivi par 12 abonnés

Billet de blog 13 mai 2010

Tour de l'Afrique du Sud en chansons

Je ne sais pas pourquoi, quelque chose me dit que l'on va beaucoup parler de l'Afrique du Sud ces prochaines semaines, et pas seulement de sa musique. Quel dommage. Car il y a dans ce pays des ressources qui vont bien au-delà de Johnny Clegg.

Saskia Vidal
Cucurbitologue animalier, abonnée au gaz, nocturne le jeudi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je ne sais pas pourquoi, quelque chose me dit que l'on va beaucoup parler de l'Afrique du Sud ces prochaines semaines, et pas seulement de sa musique. Quel dommage. Car il y a dans ce pays des ressources qui vont bien au-delà de Johnny Clegg.

Non qu'il y ait lieu de mépriser le groupe: il fallait probablement pour chanter en Afrique du Sud, Nelson Mandela (emprisonné pendant 27 ans), Steve Biko (torturé et assassiné en 1977), Victoria Mxenge (assassinée en 1985) et Neil Aggett (syndicaliste torturé et assassiné en 1982).

Il n'en résume pas la diversité musicale.

Je pense aux Ladysmith Black Mambazo, ce choeur zoulou (c'est-à-dire originaire de l'est du pays) d'hommes qui reprennent les chants des mines, à leur belles voix de basse, à leur démarche de chat, qu'on a pu découvrir en occident grâce à Paul Simon, au moment de son album Graceland.

© almirCCR

Il y a aussi Myriam Makeba, "Mama Afrika", d'origine Xosa (au sud de l'Afrique du sud) dont la chanson Pata pata a fait le tour du monde, toujours engagée, au sein de l'ANC, auprès des Black Panthers et qui morte en 2008 à Naples, alors qu'elle venait soutenir l'auteur de Gomorra, Roberto Saviano.

© 

Je me souviens aussi de Solomon Linda auteur en 1939 de la chanson sud africaine la plus connue sans qu'on connaisse souvent son origine: Mbube, le lion en zoulou. Elle a été achetée pour 25 schillings à l'époque à ses auteurs et n'a jamais fait leur fortune. Pourtant, elle a été reprise ou adaptée par Henri Salvador, les Beach Boys, REM et même par Disney dans Le Roi lion qui en a tiré pas moins d'1,6 millions de dollars en redevance.

Je découvre à l'occasion du film Invictus le Soweto String Quartet, qui s'inspire aussi bien du jazz africain que du kwela, un genre populaire dans les années 50 et du mbaqanga, plus rural et syncopé, qui s'est épanoui dans les années 60.

On peut aussi y entendre le choeur africain de Johannesburg avec Shosholoza. C'est au départ une chanson de travail entonnée par les ouvriers des mines d'or à la fin du XIXème siècle. Elle est devenu l'hymne des populations noires sous l'apartheid, puis, à partir de la coupe du monde de rugby, en 1995, elle a envahi les stades pour devenir le chant des supporters sud-africains.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
En Seine-Maritime, Alma Dufour veut concilier « fin du monde et fin du mois »
C’est l’un des slogans des « gilets jaunes » comme du mouvement climat. La militante écologiste, qui assume cette double filiation, se lance sous les couleurs de l’union de la gauche sur ce territoire perfusé à l’industrie lourde, qui ne lui est pas acquis.
par Mathilde Goanec
Journal — Sports
Ligue des champions : la France gagne le trophée de l’incompétence
La finale de la compétition européenne de football, samedi à Saint-Denis, a été émaillée de nombreux incidents. Des centaines de supporters de Liverpool ont été nassés, bloqués à l’entrée du stade, puis gazés par les forces de l’ordre. Une faillite des pouvoirs publics français qui ponctue de longues années d’un maintien de l’ordre répressif et inadapté, souvent violent.
par Ilyes Ramdani
Journal — Europe
En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »
L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 
par Ludovic Lamant
Journal — Moyen-Orient
Le pouvoir iranien en voie de talibanisation
La hausse exponentielle des prix pousse à la révolte les villes du sud et de l’ouest de l’Iran. Une contestation que les forces sécuritaires ne parviennent pas à arrêter, tandis que le régime s’emploie à mettre en place une politique de ségrégation à l’égard des femmes.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
« La puissance des mères », extrait du livre de Fatima Ouassak
A l'occasion de la fête des mères, et de son braquage par le Front de mères pour faire de cette journée à l'origine réactionnaire une célébration de nos luttes et de nos victoires, extrait du livre « La Puissance des mères, pour un nouveau sujet révolutionnaire » de Fatima Ouassak. Il s'agit de la conclusion, manifeste écologiste, féministe et antiraciste, lue par Audrey Vernon.
par Jean-Marc B
Billet d’édition
Ma grand-mère, fille mère
Les récits familiaux reprennent dans l'édition «Nos ancêtres les gauloises». Celui-ci nous est proposé par un contributeur qui tient à rester anonyme. Son histoire, entre mémoire et fiction, explore un secret de famille où la vie des bonnes «engrossées» par leur patron rencontre celle des soldats de la Guerre de 14...
par ELISE THIEBAUT
Billet de blog
Pourquoi la fête des Mères est l’arnaque du siècle
À l’origine la Fête des Mères a donc été inventé pour visibiliser le travail domestique gratuit porté par les femmes. En effet, Anna Jarvis avait créé la Fête des Mères comme une journée de lutte pour la reconnaissance du travail domestique et éducatif gratuit ! Aujourd'hui personne n'est dupe sur les intérêts de cette fête et pourtant...
par Léane Alestra
Billet de blog
Les mères peuvent-elles parler ?
C'est la nuit. Les phares des voitures défilent sur le périphérique balayant de leurs rayons lumineux le lit et les murs de ma chambre d'hôpital. Je m'y accroche comme à un rocher. Autour de moi, tout tangue. Mon bébé hurle dans mes bras.
par Nina Innana