Saskia Vidal
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Music Tchat

Suivi par 12 abonnés

Billet de blog 19 nov. 2008

Saskia Vidal
Cucurbitologue animalier, abonnée au gaz, nocturne le jeudi.
Abonné·e de Mediapart

Sting et Costello chantent l'opéra au Châtelet

Saskia Vidal
Cucurbitologue animalier, abonnée au gaz, nocturne le jeudi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© theatrechatelet

"La variété, c'est comme la femme fardée" me disait l'autre jour un ami avec qui nous discutions de l'opéra Welcome to the voice. "Toute notre éducation a beau nous dire qu'elle est facile, vulgaire, pas digne de nos élans, on ne peut pas décrocher nos yeux de son décolleté". Voilà précisément le remord qui m'étreint à la vue de la distribution de ce spectacle qui convie Sting et Elvis Costello au théâtre du Châtelet, à Paris, du 20 au 25 novembre.

Je suis désolée de vous infliger les vidéos promotionnelles, je n'ai trouvé que cela. D'ailleurs, elles ne cachent rien, même pas que Sting chante terriblement faux dans les aigus.

Quel peut être l'intérêt de ce spectacle un peu hybride?

Il fait cohabiter les sopranos Julia Schwartz ("la cantatrice Lily", elle remplace Barbara Bonney qui chantait sur l'enregistrement Deutsche Gramophon), Anna Galer ("le fantôme de Norma", à la place d'Anna Roocroft), Sonya Yoncheva ("le fantôme de Madame Butterfly", Nathalie Manfrino à l'origine), la mezzo Marie-Ange Todorovitch ("le fantôme de Carmen", Sara Fulgoni) coté lyrique, et coté pop, Sting donc, entre autre bassiste et chanteur de Police ("Dyonisos"), Elvis Costello, indéfinissable touche-à-tout du rock ("le commissaire de police") et le fils de Sting, Joe Sumner ("l'ami", qui relève Robert Wyatt, batteur et chanteur de Soft Machine).

Tout cela ressemble quand même à un aimable amusement de stars qui se donnent le frisson de l'opéra.

Ajoutons que la musique est composée par Steve Nieve, ancien pianiste de Costello comme de Robert Wyatt, que le livret et la mise en scène sont signés de sa compagne, la psychanalyste et cinéaste Muriel Teodori.

© theatrechatelet

L'argument n'est ni plus ni moins ridicule que celui de a plupart des livrets d'opéra: Dionysos, ouvrier métallurgiste grec, tombe amoureux d'une chanteuse d'opéra. Son ami l'avertit que cet amour n'est pas pour lui, mais, obsédé par cette voix, il délaisse sa vie, son travail, pour ne plus penser qu'à elle. Trois fantômes, Norma (Bellini), Carmen (Bizet) et Madame Butterfly (Puccini), se jouent de lui et lui rappellent que le ténor meurt toujours à la fin de l'opéra, et un odieux commissaire veut le contraindre à rentrer dans le rang...

Comme le disait George Bernard Shaw, "un opéra, c'est une histoire où le baryton fait tout empêcher le ténor de coucher avec la soprano".

Ce n'est pas la première fois que Sting s'aventure du coté classique. Déjà en 2006, il avait enregistré Songs for the Labyrinth du luthiste du XVIe-XVIIe John Dowland.

Flow my tears, version "classique"

Le même par Sting

Quant l'écléctique Elvis Costello, il a composé pour la mezzo-soprano Anne-Sofie von Otter (For the Stars, 2001). Certes, von Otter a un peu moins glorieusement repris des chansons d'Abba (Like an Angel Passing Through My Room), mais l'expérience était... disons... intéressante.

Un pot-pourri avec No Wonder, Baby plays around et Go Leave:

Quel intérêt, donc?

Peut-être celui d'amener le public de la variété à suivre le chemin que ces chanteurs ont défriché vers une musique qui ne se donne pas entièrement, tout de suite, mais exige que l'on minaude un peu avec elle, que l'on prenne les formes, avant de s'offrir. Et avec quelle générosité, parfois!

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes