Portfolio

Live report - Hollie Cook au New Morning

La jeune londonienne se produisait au New Morning. Reggae-dub et sourires en images.
  1. C'était le 16 décembre dernier, Hollie Cook, fille du batteur Paul Cook des Sex Pistols, réchauffait le New Morning.
    Plus d'informations sur : https://blogs.mediapart.fr/new-morning/blog/081215/la-tropical-pop-dhollie-cook

  2. Le New Morning est loin d'être rempli à 21h pour le début de la première partie.
    Peu avant 22h, Hollie Cook monte sur scène et la fosse se tasse. L'ambiance est festive mais pas excessive. Un concert à la maison en quelque sorte.

  3. "This song is about the beach. 'Le plage'. All my songs are about 'le plage'. Ah-ah-ah!"

  4. Malgré un problème de micro dès le premier morceau, Hollie Cook faisait danser la fosse qui s'échauffait à peine, sur un beat dub bien entendu.

  5. Son deuxième album, intitulé « Twice »  est sorti en mai 2014 sur le label Bongo Records.
    Produit une nouvelle fois par Prince Fatty, c'est un reggae lancinant, voire mélancolique qui se dégage. Sur scène, c'est plus vif et entrainant. La beauté et l'énergie de la chanteuse n'y sont certainement pas pour rien.

  6. Horseman, la batteur de renom, accompagne Hollie Cook depuis son 1er album. Une voix rauque, parfaite sur ces sons dub entêtants.

  7. Elle finira avec un petit mot pour Paris "qui aura toujours une place chère dans son cœur". Donner un concert ici semble avoir une autre saveur pour les artistes depuis le mois de Novembre dernier.
    "Peace love unity for Paris".

  8. C'est tout sourire et plein de sensualité que la chanteuse londonienne s'est adressée au public du New Morning.

  9. La scène est petite, l'artiste y est à l'aise et n'arrêtera pas de bouger entre ses musiciens et le public.

  10. Siska assurait la première partie. La chanteuse de Watcha Clan vient de lancer son projet solo "entre neo soul et trip hop, une soul électro chargée d'effluves des 90's venues de Bristol".

  11. Légende facultative.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.